Étiqueté : écriture féminine

Guillemets mauves ©Engagées - France 0

« en écrivant les pages charnues, les pages-mères, les pages-filles de la fiction… »

certes je me lasserais si, au moment de commencer un texte, je n’étais pas certaine de partir pour l’inconnu, pour l’aventure, et d’entraîner avec moi ma part masculine, ma part d’inconnu (ou plus exactement ce qui est attribué habituellement à la masculinité par opposition à la faiblesse, à la passivité, à la grâce …

Détail de la couverture Monique Wittig, Sande Zeig, Brouillon pour un dictionnaire des amantes, Grasset, Paris, [1976], 2011. 0

Fiction militante, politique fictionnelle : une analyse du Brouillon pour un dictionnaire des amantes

    Je reproduis ici la communication que je viens tout juste de donner au colloque des jeunes chercheurs du LIS de l’Université de Lorraine, à propos de « Fiction politique » (j’ai tenté un live-tweet...

Guillemets violets ©Engagées - Féminisme 0

« elles sont en train de le foutre littéralement en l’air, ce système ; en un trépidant sabbat, elles le minent, le sapent »

Pourquoi sorcières ? Parce qu’elles dansent. Elles dansent à la pleine lune. Femmes lunaires, lunatiques, atteintes — disent-ils — de folie périodique. Gonflées de révolte fulgurante, de colère bouillonnante, gonflées de désir, elles dansent sur la lande sauvage des danses sauvages.

Miniature couverture Sorcières n°14, "La Jasette", Stock, 1978 0

« Les jaseuses (en France, on dirait peut-être les parleuses) causent à l’ombre, derrière les volets, dans l’odeur de confitures »

  Ce texte a originellement été rédigé pour la rubrique « Carte blanche » du carnet de recherche des Parleuses ; je le reproduis ici avec l’autorisation du groupe. Pour le citer : Aurore Turbiau, “Les...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search