Gérer un gros corpus : référencer, classer — une base de données pour œuvres et citations

Base de données. Rechercher des citations ©Engagées

 

Étant donné l’ampleur du corpus que j’ai à étudier, il est très important pour moi de pouvoir garder trace de ce que je lis : jamais je ne me souviendrai en détails du contenu des quelques 300 livres de corpus que j’ai à consulter. Entre la préparation du projet de thèse et la fin de la première année, j’ai navigué entre plusieurs méthodes. Aujourd’hui, je travaille avec plusieurs supports : un carnet manuscrit où je liste les lectures faites ou à faire et l’avancée du travail, des fiches pour les ouvrages de bibliographie critique, une base de données pour les ouvrages du corpus. Cet article présente mon outil le plus important, donc : la base de données.

Comment retenir tout ce que je lis, conserver résumés et citations ? Au début, je comptais sur ma seule mémoire (mauvaise idée :-) ). Ensuite, un peu plus réaliste et prise de frénésie de papeterie, j’ai acheté un petit carnet pour noter les citations qui me paraissaient importantes — en deux, trois semaines j’avais laborieusement recopié dedans plus de deux cents citations, et le carnet était plein — j’en ai acheté un autre sans grande conviction… avec un système de codes couleurs, je notais en marge de mes citations des tags, pour pouvoir m’y retrouver (« combat », « maternité », « masculinité », « violences », etc.).

Selon les thèses et les corpus on n’a pas les mêmes besoins : moi, j’ai besoin de collecter en grand nombre des extraits de mes œuvres, et de pouvoir les trier facilement. Donc, rapidement, j’ai commencé à vouloir créer plutôt une base de données numériques. J’ai tenté : Excel, Calc, Base (OpenOffice)… c’était hideux et peu pratique, j’ai perdu du temps à m’énerver devant mon écran. Comme j’ai des notions en code web et que j’ai des proches calés en informatique capables de me dépanner en cas de besoin, j’ai décidé de me coder une base de données sur MySql — je comprenais mieux MySql que Base. Si vous ne connaissez pas, c’est simple : c’est une plateforme web (en ligne ou locale) qui permet de créer des tables de données — on peut y faire en gros la même chose que sur un tableau Excel, la différence c’est qu’ensuite on peut organiser sur une page web une présentation graphique des données plus intéressante. J’ai choisi un hébergement en ligne pour pouvoir accéder à mes données facilement depuis plusieurs ordinateurs et assurer mes sauvegardes. Je passe les détails de code pour en venir à ce qui est peut-être plus intéressant : l’utilisation de la base de données une fois qu’elle est structurée. Sachez juste que si vous avez quelques notions de code, ce n’est pas très sorcier à mettre en place.

Je rentre dans ma base de données toutes les informations nécessaires sur les œuvres : autrices, dates de publication, édition, résumé, notes diverses. J’associe ensuite à chaque œuvre autant de citations que je veux, chaque citation étant « taguée », c’est-à-dire liée à différents thèmes (« amour », « sororité », « rire », « nature », « lutte »…). Certains thèmes étaient immédiatement repérables, d’autres se sont révélés au cours du défrichement du corpus : j’ai fait en sorte de pouvoir ajouter des nouveaux tags au fur et à mesure sans que cela m’oblige à remanier mon code web. Tout se passe sur mon interface graphique donc, c’est facile.

Voilà par exemple comment j’enregistre une nouvelle citation :

Enregistrer une nouvelle citation

 

Voilà ce que je vois quand j’ai besoin de retrouver le résumé d’une œuvre, ou d’accéder à ses informations éditoriales (j’ai vu les coquilles… tant pis) :

Retrouver résumé et informations sur une œuvre

 

Et puis le plus important : pouvoir trier les données une fois qu’elles sont enregistrées. Je peux retrouver les citations en choisissant une autrice, un titre d’œuvre, une nationalité (si je veux pouvoir ne considérer que les œuvres québécoises ou que les œuvres françaises), un genre littéraire, une maison d’édition. Je peux choisir de ne voir que les citations qui concernent la « contraception », ou que celles qui concernent la « religion » ; ou celles qui concernent les deux à la fois ; ou celles qui concernent l’une ou l’autre.

 

Rechercher des citations

 

Personnellement, c’est un fonctionnement qui me convient parfaitement : d’abord, parce que de fait mon corpus est trop énorme pour que je puisse vraiment me passer d’une base de données ; en plus j’ai des tendances un peu compulsives, pouvoir collecter à l’infini m’empêche d’angoisser sur les trous de mémoire. Quand je dois rédiger un article sur un sujet précis (comme par exemple en mars pour le colloque « Sapphic Vibes – Les lesbiennes dans la littérature de la Renaissance à nos jours »), une rapide recherche me permet de savoir facilement de quelles œuvres je vais pouvoir parler, et au moment de la rédaction mes citations sont toutes trouvées et déjà référencées ; au besoin, je jette un œil au résumé pour être sûre de bien resituer la citation dans son contexte et le tour est joué. Et puis, ça compte aussi, c’est agréable : je vois la base se remplir, je peux retomber par hasard sur certains extraits enthousiasmants (j’ai programmé un affichage aléatoire en page d’accueil !), errer pour trouver des idées. Bon. Pour autant, je suppose que cette méthode a des inconvénients : d’abord, enregistrer les données prend pas mal de temps — je le prends comme un investissement pour plus tard, c’est un pari ; ensuite, il y a le risque du « catalogue », dans lequel je suis déjà tombée plusieurs fois — au lieu d’utiliser cet outil pour produire des analyses, se laisser tenter par l’accumulation des citations brutes — elles sont si faciles d’accès…

Voilà où j’en suis en fin de première année ; ces méthodes me semblent assez stables et efficaces, je pense a priori qu’elles survivront aux années qui viennent. On verra !

 

***

Update quelques mois plus tard : je suis toujours très fan de cette petite installation : elle remplace très bien ma mémoire, je retrouve foule de détails hyper intéressants à chaque requête, et je référence mes œuvres et citations en deux minutes. J’ai juste besoin de me coder en plus une fonction de recherche qui balaie tous les champs que j’ai prévus, pour pouvoir fouiller mes résumés aussi — j’avais pensé pouvoir m’en dispenser jusque-là. Et puis mes variables qui chargent la base de données ne sont pas optimales, l’entièreté de la base est consultée pour chaque requête : comme j’en suis à 83 œuvres et 1748 citations, ça commence à faire un peu lourd…

 

Citer cet article : Aurore Turbiau, "Gérer un gros corpus : référencer, classer — une base de données pour œuvres et citations", dans Littératures engagées (ISSN : 2679-4950), publié le 03/06/2019, https://engagees.hypotheses.org/97, consulté le 29/11/2020.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search