« rien n’arrive les cris la soif l’ordure mentale si grande si dépossédée emmurée dans la peur des mots « 

d'il d'elle de lui d'elle les mots de l'amour rêves phrases déparlantes je me dépare je déparle les phrases si muettes dans ma tête je me répète comme une petite fille si claires oui oui jongleuses des fins d'après-midi rendez-vous manqués puis masqués masque rien n'arrive les cris la soif l'ordure mentale si grande si dépossédée emmurée dans la peur des mots du sens de la marche le désordre jusque dans le corps crispé ça serre au ventre ça remue les hauts plafonds qui vont éclater [...] les phrases s'inversent les mots viennent par derrière commencer par la fin défaire bout pour bout le discours comme si c'était possible les phrases commencent par la fin comme s'il y avait trou comme il y a un trou dans mon corps à partir duquel je pourrais retourner bout pour bout ma peau par l'envers rouge j'imagine rugueuse torture pour les yeux muette de terreur mon corps non mes phrases oh ! je déparle oh ! j'ai déparlé comme je te vois comme je t'ai vu (p. 23)

— France Théoret, Bloody Mary, Les Herbes rouges, Montréal, 1977, p. 23.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search