« c’est l’heure de la note douloureuse pour les femmes qui s’affublent de mecs parce que c’est conventionnel »

, à longueur de nuit des femmes accompagnées d'hommes dont elles espèrent se débarrasser à la sortie du restau, de la boîte, du ciné, du théâtre, mais les hommes ne comptent pas avoir perdu leur temps et envoyer leur fric en l'air pour rien, c'est l'heure de la note douloureuse pour les femmes qui s'affublent de mecs parce que c'est conventionnel, ça fait dans la norme, on vous traite pas de gouine, on est pas sans cesse agressées par les autres, le barman, le garçon qui vous sert ne se permet pas de vous lancer des piques, ou des vannes, ou de vous faire des avances, ça simule l'amour, vous êtes pas une pauvre femme seule, vous n'êtes pas deux pauvres femmes seules, vous n'êtes pas huit pauvres femmes seules, vous n'êtes pas vingt et une pauvres femmes seules, vous n'êtes pas une pauvre fille qui n'a trouvé personne et qui va au ciné, qui mange sa pizza, qui prend son café toute seule, mais l'heure de l'addition finit toujours par arriver et je les sens patauger dans le malaise, se découvrir fatiguée et un peu lasse, se faire même très douce pour expédier le bonhomme et aussitôt qu'il est descendu s'écrier :
-- Oufff !... j'ai cru jamais arriver à m'en débarrasser !
, c'est un peu mochingue, ça, comme mœurs, nous quand on était petites, on faisait pas ça, on était réglo, un cagé-une bise, un repas-le lit, toutes les filles qu'on était d'un côté pas des putes, de l'autre pas des bourgeoises et qu'on traînaillait avec rien dans les mains et des projets plein la tête, les marginales, les défamilliées, les défroquées du prince charmant, les élèves-actrices, les recherchantes, les aventurantes, si t'avais suffisamment faim pour te laisser amener bouffer par un type, tu offrais les contreparties, l'entrecôte te tirait une larme, le type disait :
-- Va, les chagrins d'amour, ça te passera, allez mange !
, t'osais pas dire, c'est pas les chagrins d'amour, andouille, c'est que je mange que du pain vaguement garni depuis trois mois !
, c'est sûr qu'il faut voir avec quel type on sort... tu sors avec un mec normal, qui n'est pas cadre supérieur ou fils à papa, il a son fric pour son samedi, si la fille à qui il a payé le restau et tout ça couche pas avec lui, il est volé ! il aurait mieux fait d'aller voir une prostituée !... pourquoi une fille se trimbale avec un mec qui lui plaît pas ? va partout avec lui, le laisse payer, puis fait tout pour lui glisser aux doigts ?... par ce que quand t'es une fille seule va sortir le soir, en plus, le samedi soir va manger seule dans un restaurant ! d'abord on n'aime pas les gens seuls ! ça occupe une table où iraient deux couverts ! ensuite une femme seule ! ou c'est une folle, ou elle sent mauvais, ou c'est une lesbienne ! à midi, l'après-midi, en semaine, une femme seule, passe encore ! mais un samedi soir ! ça ne peut être qu'une anormale même chez les évolués du quartier latin, fais la queue toute seule au cinéma ! vois les regards qu'ils te jettent ! au mieux, c'est de la pitié ! la pauvre fille, elle a trouvé personne !... un homme seul au ciné, au restau, on y fait pas attention... une femme t'as tous les regards sur toi... tu les vois se retourner plus ou moins furtivement... ils te font des clins d'œil, t'envoient des mies de pain, ils se marrent entre eux... [...]
, alors, bien sûr, les femmes qui veulent pas vivre, comme ça, perpétuellement en état de guerre, en état de résistance, oui résistance ! comme pendant la guerre, elles emploient le chaperon, elles se flanquent d'un croque-mort, oui croque-mort parce que trimbaler avec soi un mec qui te plaît pas, j'appelle ça croque-mort ! (p. 95-97)

— Victoria Thérame, La Dame au bidule, éditions des femmes, Paris, 1976, p. 95-97.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search