« voilà ce qui constitue la trame réelle de la tragédie qui reste la geste du mâle »

Quant à la question actuelle de savoir si, dans notre système de pensée moderne, dans l’organisation sociale qui est la nôtre, et compte tenu de nos critères moraux ou créatifs, Corneille a conçu de "bien belles" héroïnes, cette question est parfaitement absurde, car ce qui compte c’est que nous percevions, de façon inconsciente et sans jamais le formuler ou le dénoncer, le système créatif dans lequel Corneille fonctionne. Or dans ce schéma, la femme, seconde, quoique très loquace, est abandonnée par l’homme, son maître, dans son ascension vers la gloire et la divinité, malgré ses efforts elle ne peut le suivre, elle est impuissante à créer : voilà
ce sur quoi l’on bute, voilà ce qui constitue la trame réelle de la tragédie qui reste la geste du mâle plus ou moins racontée et exploitée par la femme qui est exclue de son action.

— Michelle Coquillat, La Poétique du mâle, Gallimard, Paris, 1982, p. 87.

Un compte-rendu de lecture de La Poétique du mâle de Michelle Coquillat a été publié sur le carnet des Parleuses.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search