« c’est une merveilleuse gifle qu’on lance à la tête de notre monde pourri »

Nous formons à nous toutes une société secrète.

Personne le sait, mais chaque fois qu'une femme couche avec une autre femme, c'est une merveilleuse gifle qu'on lance à la tête de notre monde pourri. Un magnifique acte de subversion. "On n'a pas besoin de vous autres, vous entendez ? Regardez-nous jouir toutes seules, l'une de l'autre." Chaque fois qu'une femme couche avec une autre femme, elle affirme l'amour de son propre sexe, donc d'elle-même. Miette par miette elle reconquiert l'amour-propre qu'on lui a volé.

Bientôt les miettes seront cent, mille, les miettes apparaîtront au grand jour, elles se coaguleront, se solidifieront, deviendront montagne, une montagne avec une voix.

Prenez garde à la voix, ça gronde, ça gronde.

La patience s'épuise.

— Pol Pelletier, dans La Nef des Sorcières (collectif), éditions Quinze, Montréal, 1976, p. 71.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search