« Vous ne me ferez pas croire… » : questions sur la place des femmes à l’université

 

En mai 2018 a été publié un rapport sur les freins aux carrières des femmes chercheuses à l’université. Je veux en proposer ici un petit compte-rendu, avec quelques remarques plus personnelles sur ce que j’ai eu l’occasion de remarquer moi-même pendant ma première année de doctorat.

Plan de l’article :

 

Rapport sur les freins aux carrières des femmes chercheures et enseignantes-chercheures au sein de l’ESR en France

📌 Vous trouverez ici le rapport complet sur « les freins aux carrières des femmes chercheures et enseignantes-chercheures au sein de l’enseignement supérieur et de la recherche en France ».

Le plafond de verre existe bien à l’université, de manière évidente si l’on considère l’écart entre proportion de femmes en personnel de soutien et proportion de femmes chercheuses, mais de manière non moins frappante si l’on ne considère que les chercheur·ses :

  • En 2017, les femmes représentaient 44 % de l’ensemble des MCF, toutes sections confondues, et 24 % des PR ; ceci malgré l’augmentation de la part des femmes dans l’ensemble ; et ce n’est pas lié qu’aux recrutements passés, puisque même dans les recrutements actuels la part des femmes est en-dessous du seuil de 50 %.
  • Plus on avance dans la carrière, moins il y a de femmes — candidates comme recrutées.

Il apparaît ainsi que les inégalités entre les femmes et les hommes persistent tout au long de la carrière académique, ce qui indique l’existence d’un « plafond de verre » auquel sont confrontées les femmes enseignantes-chercheures et chercheures. Ces inégalités ne se situent pas nécessairement au moment du recrutement. Alain Chenu et Olivier Martin, en prenant l’exemple des enseignant·e·s – chercheur·e·s en sociologie et démographie, indiquent ainsi qu’ »il semble que soient principalement en cause une différenciation, sensible surtout au-delà de 35 ans, tantôt réelle et tantôt imputée, des engagements dans la sphère de la vie familiale et le poids des stéréotypes en vigueur (y compris dans un milieu professionnel plutôt considéré comme attentif aux discriminations) qui tendent à écarter les femmes des positions de responsabilité. »1

Outre les chiffres de répartition hommes / femmes au sein de l’ESR, il faut considérer la persistance de certaines visions genrées de la recherche, de répartitions genrées des tâches. Elles ne tiennent pas qu’aux comportements individuels, aussi au fonctionnement structurel de l’institution.

Différents facteurs de mise à l’écart progressive des femmes dans la hiérarchie académique sont évoqués : l’habitus universitaire lié à des qualités dites masculines (affirmation de soi, technicité…), l’invisibilisation du travail des femmes, l’accumulation des avantages pour les personnes déjà les plus privilégiées au départ, l’existence de fait de « boy’s club » informels, le « plancher gluant » qui assigne plus facilement les femmes aux tâches ménagères (chez soi + à l’université), l’exigence universitaire de forte disponibilité qui entre en contradiction avec la vie privée des femmes, plus sujettes à subir des conflits travail/famille.

Quant à la répartition genrée des tâches professionnelles, on la constate par exemple2 :

  • Dans la répartition femmes / hommes entre « fonctions électives et […] fonctions scientifiques non électives » et « fonctions administratives non électives » : les hommes sont plus nombreux dans le premier groupe, les femmes dans le second.
  • Dans la répartition des manifestations scientifiques : les femmes participent plus à des colloques et à des séminaires, mais moins souvent en tant qu’invitées, moins souvent sur des tâches d’expertise.
  • Dans la répartition enseignement / recherche : les femmes accordent plus de temps que les hommes aux tâches d’enseignement, les décharges horaires sont plus fréquentes chez les hommes.
  • Dans les déclarations de déplacements : les femmes se déplacent moins pour leur recherche que les hommes.

Le conflit travail / famille est apparemment plus nettement ressenti chez les femmes que chez les hommes : elles sont plus nombreuses à considérer qu’elles travaillent trop, surtout si elles ont des enfants — « les enfants apparaissent comme révélateurs d’un déséquilibre et d’une norme de disponibilité. »3

Le rapport aborde ensuite des solutions possibles à la persistance de ces écarts, s’appuyant sur des exemples de politiques publiques menées en Europe ; une dizaine de recommandations sont détaillées (allez jeter un œil, c’est vraiment intéressant !).

 

« Vous ne me ferez pas croire… » : une certaine force de déni chez les intellectuel·les

J’ajoute juste à ce rapport ce tweet de Frédéric Dardel, aperçu récemment sur Twitter, en illustration : figurent ici une répartition des porteur·ses de projets ANR lauréats en fonction du prénom qu’ils et elles portent. Sur les 30 prénoms les plus fréquemment retrouvés, un seul féminin (« Anne ») ; les femmes sont assez dramatiquement absentes.

 

L’un des points importants soulevés par le rapport concerne le fait que, dans le milieu de la recherche, on peut avoir tendance à se croire préservé·e des mécanismes de discrimination sexuelle (ou autres, d’ailleurs) qui sévissent ailleurs dans la société, ce qui n’est pourtant pas le cas : subsiste le préjugé selon lequel le sexisme n’existe pas chez les intellectuel·les. Je voudrais ici parler un peu de quelques mésaventures qui me sont arrivées au cours de l’année : très minoritaires heureusement mais vraiment surprenantes. Je pense qu’elles peuvent éclairer un peu cet état des lieux donné plus haut, et cet écart que je souligne entre impression d’évoluer dans un milieu privilégié et épargné par le sexisme, et réalité du sexisme qui continue de se diffuser au sein de l’institution.

« Vous ne me ferez pas croire qu’aujourd’hui, dans nos milieux intellectuels, il y a encore des gens qui traitent différemment les femmes des hommes » : un jour de colloque, c’est par exemple ce qu’on a pu prétendre, avec force conviction indignée dans la voix, face à une petite assemblée de chercheuses dans laquelle je me trouvais ; c’est ce qu’un autre homme m’avait aussi affirmé la veille de manière quelque peu condescendante. Les mêmes personnes avaient enchaîné, à quelques minutes d’intervalle :

  • L’un sur le récit d’un « vieux collègue » dont les étudiantes sortaient systématiquement du bureau en larmes, dont tout le monde savait qu’il les agressait — parce que, parfois, elles osaient le dire. Nous racontait-on cela pour faire la preuve d’une conscience féministe malgré tout acérée, pour effacer les propos juste passés ? Pas vraiment : il s’agissait plutôt de nous faire reconnaître que, parfois, on ne peut rien faire ; qu’il faut bien après tout que ces étudiantes s’endurcissent. Lui-même qui nous racontait cette histoire avait laissé faire pendant des années, et trouvait cela somme toute assez normal — il n’allait pas se mêler aux affaires des autres, et surtout pas de celles d’un grand ponte intouchable.
  • L’autre sur l’histoire de ses collègues hommes qui — les pauvres ! — n’osaient plus prendre l’ascenseur seuls avec une femme, de crainte de se faire traîner en justice. Combien de fois a-t-on entendu cette histoire ? Alors, le féminisme oui, mais « il ne faut pas que ça tourne à la persécution des hommes, n’est-ce pas ? »

Fait remarquable, ces deux-là ont tous les deux évoqués complaisamment ce qui leur était arrivé à eux en termes de harcèlement sexuel — l’un un baiser forcé, l’autre une main aux fesses. Pour l’un, il suffisait d’en rire — c’était tout de même fort cocasse, et cette dame était bien ridicule de s’imposer ainsi. Pour l’autre, « une bonne baffe et c’est fini »4. À ce dernier, qui m’a répété cette solution-miracle plusieurs fois d’un air goguenard, j’ai fini par expliquer qu’on ne donnait pas facilement une baffe à un grand ponte d’université, ou à son directeur de thèse, par exemple ; « ah, mais là, il y a un rapport de domination, c’est autre chose ! » ; et la conversation étrangement s’est arrêtée là, car je crois que la personne s’est rendu compte toute seule que cela ne changeait pas grand chose au problème… voire que cela le constituait entièrement.

On parle donc d’hommes — que je prends comme exemples parce que je leur ai parlé à un jour d’intervalle, pour dire que ce n’est pas si rare — qui prétendent, au début de la conversation, que notre féminisme n’a pas lieu d’être. Une certaine force de déni : les exemples-mêmes du fait que quelque chose ne va pas dans les rapports entre hommes et femmes, encore aujourd’hui, et « même à l’université », sont retournés pour tenter de nous faire dire qu’au fond, ce n’est rien — dans l’ignorance semble-t-il totale des rouages du sexisme les mieux connus pourtant. Un moment m’a particulièrement frappée à cet égard : autre conversation, un professeur d’université venait de raconter quelque chose de particulièrement atterrant censé nous convaincre que nous exagérions dans nos colères ; il se tait, un silence se fait ; il finit par s’exclamer, interpellant une collègue, « ah, vous êtes donc bien d’accord avec moi, vous ne dites rien ! » ; elle a dû faire l’effort — et prendre le risque — de répondre qu’elle était simplement beaucoup trop choquée et consternée pour pouvoir réagir.

 

Ce qui se joue — déjà — entre jeunes chercheurs et chercheuses

Je m’interroge aussi régulièrement en observant les choses se faire autour de moi entre jeunes chercheurs et chercheuses. Je pense être entourée de gens qui sont dans une très grande majorité favorable à la disparition de ces discriminations, plutôt informé·es sur ces questions, quoique pas forcément extrêmement engagé·es par ailleurs — ce qui est bien normal. Pourtant, il me semble régulièrement que, par crainte d’être mal jugé·es par les professeur·es en place, par crainte de nuire à une carrière déjà très précaire, par confort peut-être aussi simplement, nous reconduisons nous-mêmes les mêmes « filtres cachés »5 qui maintiennent les discriminations.

Lorsque, par exemple, entre doctorant·es on a soulevé la question de l’écriture inclusive pour s’adresser à un public d’étudiant·es. Je ne suis pas farouchement pour l’écriture inclusive, mais je l’utilise et je pense sincèrement qu’elle a de l’intérêt particulièrement dans ce genre de circonstances un peu officielles. Entre personnes décidantes, nous avons fait un sondage : à la (faible) majorité, nous avons voté plutôt pour l’usage du masculin « neutre ». À majorité mixte, en fait ; si l’on n’avait considéré que les votes des femmes du groupe, l’écriture inclusive l’aurait emporté. Qu’est-ce qui est juste dans ce cas ? Et surtout, comment se fait-il que ce mécanisme n’ait pas été prévu en amont, puis n’ait pas été relevé et mis en question ? Moi-même, je ne l’ai pas prévu, ni soulevé, ni mis en question — peur d’être la pénible féministe de service… Je continue de m’interroger sur ce qui s’est passé ; en tout état de cause, ce n’est pas franchement grave, mais n’est-ce pas l’indice d’une certaine pesanteur qu’on laisse persister ?

Lorsque, autre exemple, on discute entre doctorant·es de sujets à aborder dans une discussion publique sur les différents statuts qu’on peut avoir au sein de l’institution et sur les manières de concilier thèse et vie personnelle ou professionnelle. Récemment je me suis trouvée confrontée à un homme qui a pouffé lorsque dans cette conversation j’ai cité — entre autres choses — la question de la parentalité quand on est thésard·e ; je n’ai même pas compris pourquoi cette personne avait pouffé, j’ai ingénument demandé la raison ; apparemment, « c’était mignon » (qu’est-ce que ça veut dire ?) et « ça va de soi » (?). En creusant un peu, il s’est avéré que la personne en question était déjà père de plusieurs enfants et qu’il n’avait, disait-il, jamais constaté la moindre incidence de cela sur son parcours universitaire ; je me suis un peu interrogée sur ce qu’aurait pu dire sa compagne (puisque apparemment il y avait une compagne) si elle avait été présente, ou d’autres doctorantes que nous connaissons et qui se débrouillent comme elles peuvent pour gérer présence chez elles d’un·e jeune enfant, préparations de cours, thèse et déplacements professionnels. Dans le doute je me suis contentée de rappeler que, par exemple, le congé maternité est compris dans le contrat doctoral dont on est quelques un·es à bénéficier ; que dans bien des cas il est ainsi plus « facile » d’entamer une grossesse en thèse plutôt qu’après, période de plus grande incertitude et précarité, d’auditions pour recrutements, etc. À l’évocation de ces notions très matérielles la salle a d’un coup renchéri avec moi ; mais comment se fait-il qu’au départ, la question que j’ai soulevé ait globalement paru superflue et abstraite, alors qu’elle ne l’est pas du tout et qu’elle se pose pour énormément de jeunes femmes en thèse ? Pourquoi peut-on évidemment parler de certains sujets, pourquoi ceux-là qui sont pourtant cruciaux à nos âges semblent secondaires ? On dédie bien certaines de nos séances pour doctorant·es aux seul·es contractuel·les, est-ce que là ce n’est pas une question qui concernerait plus de monde même ?

Lorsqu’on regarde la répartition des statuts entre doctorant·es. Dans notre école doctorale, on n’est pas très loin de la parité dans la répartition des contrats doctoraux (cette année, douze hommes pour dix-sept femmes, les hommes représentent donc 41 % des contrats) ; la répartition globale des doctorant·es est semble-t-il, elle, très massivement féminine. De même, malgré cette présence doctorale essentiellement féminine, on a à peu près la parité dans la répartition des fonctions représentantes, avec même si je ne me trompe pas une légère prédominance masculine (collectif doctoral, laboratoires juniors, représentant·es des doctorant·es, ateliers). Loin de moi l’idée de blâmer quiconque : les volontaires en fait sont rares, et on est tous et toutes bien content·es d’avoir des candidat·es, qui qu’ils et elles soient ; simplement on aperçoit en filigrane ce qui se joue — encore.

Évidemment rien n’est flagrant, mais il me semble qu’au vu de ce qu’on sait qui existe dans la suite du parcours, on peut craindre que sous cette accumulation de faits anecdotiques se cachent déjà les prémices d’une réelle inégalité à venir. Et je suppose qu’il faut au moins poser la question, en espérant que ce ne soit pas le cas.

 

Citer cet article : Aurore Turbiau, "« Vous ne me ferez pas croire… » : questions sur la place des femmes à l’université", dans Littératures engagées (ISSN : 2679-4950), publié le 29/09/2019, https://engagees.hypotheses.org/685, consulté le 29/11/2020.

 

Notes :

  1. p. 6 du rapport ; citation tirée de A. Chenu et O. Martin, 2016, « Le plafond de verre chez les enseignants-chercheurs en sociologie et démographie », Travail, genre et sociétés, n° 36, p.155 []
  2. [Conclusions tirées d’une enquête menée auprès de 432 personnes []
  3. p. 8 du rapport. []
  4. Son histoire me paraît dans l’ensemble à peu près aussi vraisemblable que celle des ascenseurs — mais qui suis-je pour juger. []
  5. Expression utilisée dans la p. 7 du rapport. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search