Réviser : un peu de pub pour Anki

Studying @That_Bee sur Flickr

Crédits : Studying @That_Bee sur Flickr

 

Bientôt la rentrée : je m’étais promis de rédiger un court article pour présenter Anki, un logiciel de révisions par cartes flash dont j’ai régulièrement parlé aux étudiant·es. Il en existe d’autres similaires, mais Anki a plusieurs avantages :

  • Il est synchronisable sur différents appareils, ordinateurs, tablettes, ou smartphones.
  • C’est un logiciel open source, donc pas de pubs, des possibilités de le personnaliser, une documentation hyper complète et une communauté présente pour répondre aux questions et proposer des améliorations.
  • Les « paquets » de cartes créés par les utilisateurs peuvent être partagés : en langues par exemple, tout est à disposition, facilement trouvable sur le web.

 

Plan de l’article :

 

Gagner du temps et de l’efficacité dans les révisions

Dans les grandes lignes

Concrètement ? Chaque jour des révisions de 10-15 minutes sur le chemin de la fac, et vous connaissez tous vos programmes par cœur quasi sans effort. Promis, j’ai testé : j’ai fait ça toute mon année de préparation d’agrégation ; ça m’a soulagée du stress des trous de mémoire, ça m’a permis d’organiser mon temps facilement, et j’ai appris des milliards de choses. Du reste, je continue de l’utiliser aujourd’hui pour mon « plaisir » (😬) : je travaille par exemple encore mon vocabulaire anglais sur Anki, et ça marche toujours aussi bien.

Le principe : se faire interroger chaque jour (ou presque) par l’appli pour vérifier l’état des connaissances. La page de présentation le dit mieux que moi, Anki fonctionne sur le principe de la révision espacée, ie. les cartes qu’on a à réviser sont présentées régulièrement si on peine à les retenir, très rarement si on les connaît sur le bout des doigts. En gros : Anki vous aide à appliquer sans y penser les conseils que vos professeur·es vous donnent depuis, quoi, la primaire ? (« ne révisez pas seulement la veille des DST ! Lisez votre leçon une fois le soir, puis révisez dans la semaine, puis dans le mois, etc. etc. »… propos que personnellement je n’avais jamais pris au sérieux parce que **la flemme**. Au moins, là, Anki gère pour vous).

Anki se synchronise sur différents appareils : vous pouvez vous créer un compte personnel ici, ensuite l’utiliser sur votre ordinateur (et comme il s’agit d’un logiciel libre, ce peut être un PC, un Mac ou Linux) ou sur votre smartphone (AnkiDroid sur système Android, AnkiMobile sur système Apple). Voilà à quoi ça ressemble :

La page d’accueil indique les paquets qui sont en cours de révision et le nombre de cartes qui sont à réviser pour le jour ; ici, quatre au total, dont trois qui n’ont encore jamais été apprises.

Anki accueil ©Engagées

Accueil Anki

 

Voilà comment se présente l’interrogation : le haut s’affiche d’abord seul (« Auteur de la première version de Don Juan« ), vous répondez, affichez la réponse. Selon que vous avez trouvé la bonne réponse ou non, facilement ou non, vous cliquez sur « À revoir », « Correct » ou « Facile », et le logiciel calcule dans combien de temps il doit vous réinterroger sur la carte (ici : dans une minute, dans dix minutes, ou dans quatre jours).

Anki exemple histoire littéraire ©Engagées

Exemple de carte

Sur téléphone, même principe ; seule la présentation graphique change. Vous pouvez constater que quand une carte a déjà été souvent révisée, les délais de révisions s’allongent : ici, si je trouve que j’ai répondu facilement, Anki ne me posera plus de questions avant quasiment quatre mois — je ne perds pas de temps à revoir trop souvent des choses déjà sues.

Anki exemple smartphone ©Engagées

Réviser sur Ankidroid

 

Comment ajoute-t-on une carte ? Ci-dessous la manière dont cela se présente. Vous avez la possibilité de personnaliser l’apparence de la carte avec du gras, de l’italique, de la couleur ; la possibilité de changer de type de carte (j’y reviens plus bas), et de taguer votre carte.

Anki enregistrement carte ©Engagées

Créer une nouvelle carte

 

(Le design n’est pas la première qualité du logiciel, certes.)

 

À la fac, et en lettres surtout, est-ce vraiment utile ? → Des exemples

Je crois qu’on considère assez souvent qu’en lettres il n’y a pas grand chose à apprendre ; sans doute moins que dans d’autres domaines oui, mais si l’on souhaite vraiment de la rigueur dans les développements il faut tout de même bien maîtriser certaines connaissances — histoire littéraire, définitions stylistiques, etc. Quelques exemples :

Réviser des dates : contexte historique, ou histoire littéraire.

Anki exemple date ©Engagées

Réviser des dates

 

Réviser des définitions : en stylistique, ça peut être particulièrement efficace. À noter : vous pouvez parfaitement demander au logiciel de vous interroger dans tous les sens, parfois en vous demandant de trouver la définition à partir du nom de la figure, parfois en vous demandant de trouver le nom de la figure à partir de l’exemple… Pas besoin pour cela de multiplier les cartes, il suffit de le paramétrer dans le « type de note » (toutes les infos sont dans la documentation).

Anki exemple stylistique ©Engagées

Réviser des figures de style

 

Réviser des bouts de théorie littéraire :

Anki exemple interrogation théorique ©Engagées

Réviser de la théorie, exemple 1 : Ricœur

Anki exemple interrogation théorique ©Engagées

Réviser de la théorie, exemple 2 : Gide

 

Voilà en somme les principaux types de révisions qui me semblent utiles en lettres. Ensuite, sachez que vous pouvez créer ce qui s’appelle des « paquets filtrés » quand vous avez des besoins de révision précis. Par exemple, la veille d’un DST de type commentaire littéraire, vous pouvez réviser spécifiquement les figures de style :

Anki création paquet filtré ©Engagées

Paquet filtré

 

Optimiser le fonctionnement de l’appli

Je le disais en introduction, le grand avantage d’Anki c’est qu’il s’agit d’un logiciel open source, qui donne donc accès à son code pour modifier son apparence ou son fonctionnement. Sans aller très loin dans le bidouillage, voilà quelques petites choses à quoi vous pouvez facilement toucher.

 

Changer les styles

Les cartes Anki vous permettent de modifier leur apparence : on l’a vu plus haut, vous pouvez si vous le souhaitez introduire du gras, de l’italique, de la couleur, dans vos cartes. Vous pouvez aussi demander à ce que par défaut certains paramètres soient mis en place. Dans mes exemples, tous les énoncés de questions sont par exemple mis en rouge et en gras ; dans le corps de la réponse, tous les gras sont automatiquement écrits aussi en vert ; mes exemples sont automatiquement mis en italique.

Comment faire ? Il faut modifier le « type de carte » (infos ici) ; ci-dessous ce à quoi ça ressemble :

Anki exemple personnalisation carte ©Engagées

Dans les champs pertinents, vous entrez du code html ou css, selon vos besoins — pour les néophytes pas de craintes, ce sont les codes les plus simples à apprendre, et la documentation Anki vous guide très simplement. Par exemple ici, pour avoir les énoncés en gras et rouge, j’ai mis la balise « <div style= »color:#AA3333;font-weight:bold; »> » ; pour avoir mes textes en gras automatiquement mis aussi en vert, j’ai entré dans le css « b{color:#336666;} ». Une fois que vous avez enregistré ces changements, plus besoin d’y toucher, c’est automatique. Voilà ce que ça donne :

Anki exemple smartphone ©Engagées

Exemple paramétrage des styles

 

Ajouter sons et images, taper les réponses

Dernière chose importante : il est parfaitement possible d’enregistrer pour chaque carte des sons ou des images. Si vous préférez multiplier les repères d’apprentissage pour mieux retenir — ce qui est une bonne stratégie de révision d’ailleurs –, c’est donc possible.

De même, si vous avez besoin d’écrire vous même pour retenir, il est possible de paramétrer les cartes pour qu’elles vous demandent de taper la bonne réponse au lieu de simplement la réciter dans votre tête (les infos ici) : ça peut être particulièrement utile dans le cas où vous apprenez des définitions ou des citations, par exemple.

 

Quelques conseils pour finir

Anki ne fonctionne vraiment bien qu’à deux conditions :

  1. Que vous l’utilisiez vraiment régulièrement, tous les jours de préférence. C’est une contrainte, mais ça vaut la peine : 10-15 minutes de révision par jour sont surmontables et cela vous garantit une maîtrise des connaissances quasi parfaite pour les jours de DST, donc très peu de révisions de dernière minute et beaucoup moins de stress. De plus, les applications smartphone peuvent vous envoyer des notifications pour vous rappeler de réviser chaque jour.
  2. Que vous enregistriez les cartes bien en amont des DST, idéalement dès le début des cours : il faut se motiver pour le faire, mais c’est ce qui vous permet d’y passer le moins de temps à la fin.

Le plus coûteux en temps, dans toute cette histoire, c’est la mise au point des paquets : tout créer prend du temps, même si cela vous fait réviser au passage. D’où mon ultime conseil : PARTAGEZ vos cartes, faites ça collectivement — en petits groupes de travail, sur le drive de la promo, pourquoi pas ? Cela vous permettra en plus de vérifier que les infos que vous avez sont bien les bonnes.

 

Citer cet article : Aurore Turbiau, "Réviser : un peu de pub pour Anki", dans Littératures engagées (ISSN : 2679-4950), publié le 05/09/2019, https://engagees.hypotheses.org/611, consulté le 29/11/2020.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search