« Je crie, le e féminin muet et je l’écris avec le e accent aigu »

Je crie, le e féminin muet et je l'écris avec le e accent aigu. J'écris ici ce que je crie femme et muette.

— Igrecque, Ô maman, baise-moi encore, éditions Des femmes, Paris, 1974, p. 48.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search