“Il est donc interdit deux fois à la femme de parler (d’elle)”

parler de soi, parler en public (écrire) en termes personnels est, pour une femme, une double transgression : en tant qu’individu abstrait alors qu’elle est en réalité l’objet même de tous les interdits, celle dont on ne doit pas parler, celle qu’on ne doit pas voir, celle qu’on n’est pas censé connaître, qui doit passer inaperçue. Aussi la femme qui parle d’elle-même parle du privé, du monde secret que l’homme ne doit pas dévoiler. La femme est celle qui n’a pas parole et qui n’a pas de nom, celle que les hommes ne doivent pas évoquer en public autrement que par l’impersonnel "comment va ta maison ?" Si elle s’empare de l’écrit, elle s’emparera de la parole et menacera la règle de la séparation des sexes (infiçal), condition d’existence de la société. Elle violera la Loi que les hommes eux-mêmes doivent respecter. Il est donc interdit deux fois à la femme de parler (d’elle).

— Monique Gadant, Le Nationalisme algérien et les femmes, L'Harmattan, Paris, 1995, p. 271.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Aurore Turbiau (3 septembre 2019). “Il est donc interdit deux fois à la femme de parler (d’elle)” Littératures engagées. Consulté le 18 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/odxp


Aurore Turbiau

Docteure en littérature comparée, actuellement ATER en littérature française et études de genre (Université Lyon 2 Lumière, Passages). Spécialiste sur le sujet des littératures politiques des années 1970-1980, spécialement féministes et lesbiennes, entre la France et le Québec.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search