« The important question to ask […] is not whether women are resisting, but how effectively »

As the backlash has gained power, instead of fighting and exposing its force, many women's groups and individual women have become caught up with fitting into its fabricated backdrop. Feminist-minded institutions founded a decade earlier [...] camouflaged their intent with new, neutralsounding names; women in politics have claimed they are now only interested in "family issues," not women's rights; and career women with Ivy League degrees have eschewed the feminist label for public consumption. Instead of assailing injustice, many women have learned to adjust to it. Instead of getting angry, they have become depressed. Instead of uniting their prodigious numbers, they have splintered and turned their pain and frustration inward, some in starkly physical ways. [...]
The American woman has not yet slipped into a cocoon, but she has tumbled down a rabbit hole into sudden isolation. [...]
As women's collective quest for equal rights smacks into the backlash's wall of resistance, it breaks into a million pieces, each shard a separate woman's life. The backlash has ushered in not the cozy feeling of "family togetherness," as advertisers have described it, but the chilling realization that it is now every woman for herself. [...]
The loss of a collective spirit has proven far more debilitating to American women than what is commonly characterized as the overly taxing experience of a liberated life. Backlash-era conventional wisdom blames the women's movement for American women's "exhaustion." The feminists have pushed forward too fast, backlash pundits say; they have brought too much change too soon and have worn women out. But the malaise and enervation that women are feeling today aren't induced by the speed of liberation but by its stagnation. The feminist revolution has petered out, leaving so many women discouraged and paralyzed by the knowledge that, once again, the possibility for real progress has been foreclosed.
When one is feeling stranded, finding a safe harbor inevitably becomes a more compelling course than bucking social currents. Keeping the peace with the particular man in one's life becomes more essential than battling the mass male culture. Saying one is "not a feminist" (even while supporting quietly every item of the feminist platform) seems the most prudent, self-protective strategy. Ultimately in such conditions, the impulse to remedy social injustice can become not only secondary but silent. "In a state of feeling alone," as feminist writer Susan Griffin has said, "the knowledge of oppression remains mute."

[...]

The important question to ask about the current backlash, then, is not whether women are resisting, but how effectively. Millions of individual women, each in her own way, spent the last decade kicking against the backlash barricades. But much of that effort proved fruitless. While women didn't succumb to the backlash agenda, they didn't gain sufficient momentum to crash its steel-reinforced gates, either. Instead, when women tried to drive privately against the antifeminist forces of the '80s, they most often found their wheels spinning, frustration and disappointment building as they sank deeper in the same old ruts. [...]
While the '80s was an era that trumpeted the "one person can make a difference" credo, this strategy proved a blind alley on the road to equal rights. To remove the backlash wall rather than to thrash continually against it, women needed to be armed with more than their privately held grievances and goals. Indeed, to instruct each woman to struggle alone was to set each woman up, yet again, for defeat.
In the past, women have proven that they can resist in a meaningful way, when they have had a clear agenda that is unsanitized and unapologetic, a mobilized mass that is forceful and public, and a conviction that is uncompromising and relentless. On the rare occasions when these three elements have coalesced in the last two centuries, women have won their battles. [...] Ultimately, it was the combination of a forthright agenda, mass action, and sheer physical resistance that won the day. Suffragists organized thousands of women, filed 480 appeals to the state legislatures, launched fifty-six referendum efforts and staged fortyseven campaigns at state constitutional conventions. Even so, it wasn't until the National Woman's Party members began picketing the Capitol, chaining themselves to the White House gates and enduring imprisonment and forced feedings, that half the population finally got the vote.

— Susan Faludi, Backlash. The Undeclared War Against American Women, Three Rivers Press, [1991] 2006, p. 71-73 for the first quotation, p. 462-463 for the second.

La revanche gagne en puissance sans révéler son vrai visage, et de nombreux groupes de femmes, ainsi que des femmes isolées, se laissent prendre au piège de ce miroir aux alouettes. Les institutions d’obédience féministe qui ont été fondées dix ans plus tôt […] camouflent leurs objectifs sous des appellations plus neutres ; les femmes politiques disent désormais qu’elles s’intéressent aux « problèmes de la famille » et non plus aux droits des femmes ; les diplômées des universités chics évitent de dire en public qu’elles sont féministes. Plutôt que de combattre l’injustice de front, beaucoup préfèrent s’en accommoder. Elles ne sont plus révoltées, elles sont dépriméeS. Au lieu de rassembler leurs forces, alors considérables, elles restent divisées et intériorisent le malaise, la frustration, au point de tomber parfois gravement malades. […]
Les Américaines ne se réfugient pas dans un cocon protecteur, elles tombent au fond d’un terrier solitaire. […]
L’aspiration collective des femmes à l’égalité, en se heurtant au mur des attaquants, se brise en mille morceaux, et chacune se retrouve totalement isolée. La revanche fait naître non ce douillet sentiment « d’intimité familiale » dont parlent les publicitaires, mais l’angoissante perspective que désormais, ce sera chacune pour soi. […]
Les Américaines souffrent beaucoup plus de cette disparition de la solidarité que des prétendues fatigues de leur vie de femmes « libérées ». Ce sont les ténors de la revanche qui font croire que le mouvement a provoqué le « stress » des femmes. Les féministes sont allées trop loin, disent-ils ; elles ont suscité trop tôt un trop grand nombre de changements qui ont épuisé les femmes. C’est oublier que leur malaise et leur manque d’énergie actuels ne viennent pas de la rapidité mais de la lenteur de leur libération. Les feux de la révolution se sont éteints, laissant beaucoup de femmes découragées et paralysées de voir, une fois de plus, les chances de victoire s’éloigner.
Lorsqu’on se sent partir à la dérive, il vaut mieux revenir au port qu’affronter les courants hostiles. Vivre en paix avec l’homme de sa vie, dans ces moments, devient plus essentiel que de combattre une culture de masse dominée par les hommes. C’est beaucoup plus sage et moins risqué de dire qu’on « n’est pas féministe », même si l’on souscrit de tout cœur aux propositions des féministes. Et dans une situation aussi dure, on ne finit pas seulement par baisser les bras devant l’injustice, on se tait. « Quand on se sent isolée, dit la féministe Susan Griffin, on ne parle plus d’oppression.

[…]

La question, aujourd’hui, n’est pas de savoir si les femmes résistent à la revanche, mais si leur résistance est efficace. Des millions de femmes, chacune à leur manière, ont passé ces dix dernières années à monter à l’assaut du mur de la revanche, et leurs efforts ont toujours été vains. Elles n’ont pas été totalement écrasées mais elles ne l’ont pas attaqué avec assez de force pour y ouvrir des brèches ; et, lorsqu’elles ont mené le combat de façon isolée, elles se sont rendu compte que, très souvent, les roues tournaient dans le vide et que leur frustration, leur déception, grandissaient chaque fois qu’elles retombaient dans les mêmes ornières. […]
Il suffit, paraît-il, d’une seule personne pour tout faire changer. Ce slogan des années quatre-vingts s’est révélé trompeur en ce qui concerne l’égalité des droits. Pour détruire le mur de la revanche au lieu de s’y briser les dents, les femmes ont besoin d’armes plus efficaces que leurs doléances ou leurs aspirations personnelles. Dire aux femmes de lutter seules dans leur coin, c’est les mener à coup sûr à la défaite.
Elles ont prouvé par le passé qu’elles pouvaient se battre intelligemment, avec un programme clair, qui n’était ni édulcoré ni timide, mobiliser massivement, au grand jour, et convaincre sans faire de compromis ou de retours en arrière. Chaque fois qu’elles ont agi de la sorte, elles ont gagné leurs batailles. […] Et ce n’est qu’avec un programme précis, une action de masse et une résistance physique ouverte, que les suffragettes ont remporté la victoire. Elles ont mobilisé des milliers de femmes, déposé 480 recours en justice contre les lois des États, lancé 56 initiatives de référendum et participé à 47 conventions constitutionnelles d’États ; mais c’est lorsque les adhérentes du National Women’s Party ont commencé à manifester devant le Capitole et à s’enchaîner aux grilles de la Maison Blanche, au risque d’être parfois jetées en prison ou nourries de force, que la moitié de la population a fini par avoir le droit de voter.

 

Susan Faludi, Backlash. La guerre froide contre les femmes, éditions des Femmes – Antoinette Fouque, Paris, [1991] 1993, traduit de l’américain par Lise-Éliane Pomier, Évelyne Chatelain, Thérèse Réveillé, p. 113-115 pour la première citation, p. 633-634 pour la seconde.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search