« Les filles posaient des conditions, elles ne voulaient pas être battues, et mille caprices »

Eremetus fit une loi que tous les enfants naissant désormais étaient littéralement et non littérairement du roi, à moins qu'un autre père ne prouvât qu'ils étaient siens. De ce jour les filles perdues plus ne chancelèrent sous l'opprobre. Au contraire elles refusèrent de s'encombrer d'un mari brutal et grognon avec des trous plein ses chemises comme ils ont tous. Les vierges qui voulaient quitter leur famille sans tomber dans une autre s'arrangeaient pour se faire suborner, et il devint difficile d'en fonder. Les filles posaient des conditions, elles ne voulaient pas être battues, et mille caprices. Elles faisaient tout pour vous faire céder avant mariage et là vous abandonnaient en ravissant le germe de votre espérance. Et allez donc courir là-bas le chercher dans le tas, et apporter les fameuses "preuves" exigées par la loi ! [...] Cette sorte de fille se promenait en grand nombre aux abords du château, et se montrait fière et insolente avec les garçons assez sots pour la croire plus accessible que l'autre. Allez donc apprendre à recoudre vos bas ! lançaient-elles.

— Christiane Rochefort, Archaos ou le jardin étincelant, Grasset et Fasquelle, Paris, [1972] 1999, p. 194.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search