« Soon I would never have to see dead, robot-like female faces anymore »

1971 was exactly the kind of year in wich an event such as the Exodus could happen. There was widespread faith within the Feminist movement in the possibility of a complete change in women. Radical Feminists looked different because we were different. We looked Wild, Angry, and Absolutely Natural. I was then (and am Now) deeply Moved by the illustration on the cover of Notes from the Third Year: Women's Liberation -- a collection of articles by Radical Feminists published in 1971. That illustration is a collage of two women's faces. On the right is a photograph of the head of a pre-Feminist woman. Her hair is carefully curled. Her face, caked with makeup, is expressionless, dead. On the left is a photo of a woman whose consciousness has been liberated. Her hair is casual and free-style. Her face is free of makeup. She is bursting with energy, and she is laughing.
The Moment that I saw the cover of this issue I felt an enormous surge of hope. It seemed to me that The Change had happened once and for all. Plastic women, I thought, were a thing of the past. Soon I would never have to see dead, robot-like female faces anymore.
On an obvious level that hope was unrealistic. Within a few years fembotism, or fembotitude, would be back in full force. Deadened/"fixed-up" faces and bodies, fashioned by fashionable makeup and clothing, would return. But I knew then and Now that my hope was not unfounded. Despite all the work of fashion designers and media-men of all kinds, the imaginations of millions of women were stirred.

[1971 était exactement le type d'année où un événement comme l'Exode pouvait survenir. À l'intérieur du mouvement féministe se répandait une foi en la possibilité d'un complet changement chez les femmes. Les Féministes Radicales avaient l'air différentes parce que nous étions différentes. Nous avions l'air Sauvages, en Colère, et Absolument Naturelles. J'étais alors (et je suis Aujourd'hui) profondément Émue par l'illustration sur la couverture de Notes from the Third Year: Women's Liberation -- un recueil d'articles écrits par des Féministes Radicales publié en 1971. Cette illustration est un collage de deux visages de femmes. À droite, une photo de la tête d'une femme pré-Féministe. Sa coiffure est soigneusement bouclée. Son visage, figé de maquillage, est sans expression, mort. À gauche, une photo de femme dont la conscience a été libérée. Sa coiffure est simple et relâchée. Son visage est libre de maquillage. Elle rayonne d'énergie, et elle rit.
Au Moment où j'ai vu la couverture de ce numéro j'ai ressenti une énorme poussée d'espoir. Il m'a semblé que Le Changement était arrivé une fois pour toutes. Les femmes plastiques, pensais-je, appartenaient au passé. Bientôt je n'aurais plus jamais à voir ces visages féminins morts, semblables à des robots.
À un certain niveau cet espoir était évidemment irréaliste. En quelques années le fembotisme, ou la fembotitude, serait de retour dans toute sa force. Visages et corps inanimés/"arrangés", modelés par la mode vestimentaire et cosmétique, reviendraient. Mais je savais alors, et Aujourd'hui, que mon espoir n'était pas sans fondement. En dépit de tout le travail des créateurs de mode et des hommes de médias de tous types, les imaginations de millions de femmes étaient en branle.]

— Mary Daly, Outercourse. The Be-Dazzling Voyage, The Women's Press, Londres, [1992] 1993, p. 140. Ma traduction.

Couverture Notes from a third year

Couverture de Notes From the Third Year: Women’ s Liberation, recueil d’articles féministes radicaux publié en 1971 aux États-Unis.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search