Argumenter, structurer une argumentation (méthodo du mémoire… ou de la thèse)

Morceau proposé pour mes séminaires d’accompagnement des masterant·es de lettres, séance “Argumenter”.

 

1. Jeter les premières bases d’un plan : méthode analytique vs. méthode empirique

Avant toute chose, se rappeler que tout le monde ne fonctionne pas pareil avec les plans, et les conseils que l’on peut donner ne fonctionnent jamais comme une recette parfaite, mais plutôt “en gros” : à chacun·e d’aviser en fonction de ses propres besoins et modes de travail. En particulier, certain·es travaillent avec d’abord un plan, puis une rédaction qui en comble les trous ; d’autres au contraire rédigent d’abord, puis en tirent un plan qu’ils ou elles améliorent ensuite progressivement. En pratique, on alterne souvent avec les deux méthodes. Je propose de distinguer ces deux types de démarches comme analytique et empirique.

Méthode analytique : penser l’objet de recherche, articuler les grands axes de son développement en fonction de la problématique, décliner les subdivisions argumentatives qui apparaissent de manière a priori logique. La rédaction, ensuite, consiste à phraser et ranger la matière accumulée dans chaque subdivision du texte. C’est la méthode globalement la plus employée et recommandée, au moins en contexte formatif tel que celui d’un master (parce qu’elle permet facilement de communiquer avec les encadrant·es).

  • Modèle linéaire. Par exemple, travailler avec un grand document texte qui vous permet de ranger chaque élément que vous trouvez dans la case où il sera utile. Cette méthode théorique linéaire nécessite d’avoir une idée claire de ce vers quoi vous voulez allez ; formuler le plan permet en tout cas de clarifier au moins temporairement ce qui restait flou.
  • Modèle arborescent. D’autres préféreront l’arborescent au linéaire, lorsque iels sont plutôt du genre à multiplier mentalement les “lieux” possibles d’inscription des éléments dans un plan (“cette citation peut aller en IB, mais aussi en III2c”) : dans ce cas, soit copier-coller des éléments en les doublant, soit recourir à un système de tags (base de données sur Excel, mind map, Zotero, Obsidian ou Cosma, autres…).
  • Ne pas négliger l’importance de créer ses propres outils : papier, numérique, plannings, post-its, carnets de bord, etc. Sans jamais oublier que la méthode de travail fait partie de la définition de l’objet scientifique, donc personne n’aura exactement les mêmes processus de travail (objectif de cette prise de conscience : ne pas s’entre-flipper, ne pas s’obliger à utiliser l’outil de qqn d’autre si celui-ci ne marche pas pour soi).
  • Avantages et risques de la méthode analytique : une méthode qui permet de cadrer le travail et de le planifier efficacement (quitte à noter par exemple, pour chaque sous-section, combien de pages elle devra faire à termes, en allant jusqu’à des petits découpages de type “deux pages”) ; cela fait des mémoires qui commencent à être rédigés tôt. La difficulté tiendra dans l’adaptation progressive du plan à la rédaction réelle : on peut facilement avoir les yeux plus gros que le ventre au début, et prévoir des sections entières qui finalement sauteront.

Méthode empirique : à partir d’une idée un peu vague de ce qu’il faut viser comme section argumentative d’un plan, travailler directement avec une matière accumulée pour en tirer un plan (sens inverse de la méthode analytique).

  • Modèle semi-empirique. La plupart du temps, vous êtes à mi-chemin : vous avez une idée relativement claire du plan global, simplement vous ne connaissez pas encore le détail des sous-parties que vous traiterez. Ainsi, vous avez une matière accumulée en vrac dans des sections plus ou moins longues, mais relativement claires.
  • Brouillons et premiers jets. Que ce soit en mode empirique total (sans plan) ou semi-empirique (vous avez les grandes lignes), une méthode de rédaction peut consister à écrire d’un bloc, pour contrer la crainte de la page blanche, et dans le cas où vous avez une pensée plus synthétique qu’analytique au départ (vous réorganiserez ensuite). En mode chaotique total, cela signifie se jeter dans la rédaction sans filet. En mode semi-chaotique, cela signifie re-réunir la matière prévue pour tel morceau de votre mémoire, la mettre en ordre en fonction des regroupements qui vous paraissent logiques sur le moment, puis rédiger d’un bloc (bloc par bloc, ainsi). Des outils qui peuvent aider : penser à le faire à la main (bricolage, collage), voir aussi les traitements de textes avec des modes sans distraction (par ex Sprinter), etc. Quelques exemples visuels par ici.
  • Avantages et risques de la méthode empirique. Nécessite un long temps de préparation en amont pour accumuler la matière, sans la perdre ; ne pas négliger le coût en charge mentale que ça impliquera (et l’impression de ne pas avancer, l’effet de délai qui accentuera le risque de procrastination). Risque concret : si vous adoptez la méthode empirique, il sera plus compliqué pour vous de communiquer avec votre encadrant·e pour lui expliquer où vous en êtes dans votre travail (et il y a le risque de réellement faire l’autruche). Avantage en revanche, peu d’écart entre la projection faite sur le travail et la rédaction réelle (“je parlerai de ci, et de ça… avant de me rendre compte qu’en fait je n’ai pas de matière” : ça ne peut plus arriver puisque vous partez directement de votre matière).

En somme, il existe presque autant de manières de construire un plan que d’étudiant·es.

Tableau des différentes modalités possibles de construction d'un plan, sur trois colonnes et trois lignes, un système de couleurs permettant d'identitier ce qui est bon et ce qui l'est moins.
1. Lawful Good : Un plan détaillé à plusieurs niveaux, copiers-collers de
textes à traiter à l’intérieur
2. Neutral Good : Mind map classique avec bouts de textes à traiter (type  Obsidian) 
3. Chaotic Good : Surlignages multicolores et mots-clés everywhere
4. Lawful Neutral : Plan détaillé millimétré, chaque section comptant le
nombre de pages prévues
5. True Neutral : Grands blocs de rédaction en désordre
6. Chaotic Neutral : Des milliers de bouts de textes
en vrac dans un doc
7. Lawful Evil : Même les paragraphes sont inclus dans le plan détaillé
8. Neutral Evil : Mémoire entièrement rédigé, mais en un bloc : pas de plan
9. Chaotic Evil : « T’inquiète j’ai des milliards
de choses à dire »
→ Conclure : ici l’échelle de jugement correspond aux besoins de l’échange avec l’encadrant·e, puisqu’il est clair que même certains modes peuvent marcher pour vous individuellement, ça ne lui plaira pas et ça empêchera la communication. Certaines cases correspondent à des étapes normales, simplement il faut éviter d’y rester bloqué·e trop longtemps.

 

2. Ne pas confondre problématisation et structuration du plan

Un risque auquel vous serez vite confronté·e, et qui se maintiendra tout du long de la préparation de vos mémoires, est celui de la confusion entre problématisation et structuration du plan. Dans le cas où vous confondez, ce qui se passe c’est que vous préparez un plan dont les grands temps correspondent en fait aux éléments censés conduire à la problématisation d’un sujet, plutôt qu’un plan qui parte d’une problématique déjà synthétique, pour ensuite déplier tous les enjeux et possibilités de réponse.

Par exemple, dans le cas où on travaillerait sur le thème que vous avez choisi, “Produire et partager des recherches alternatives”1, deux dangers.

D’abord, l’absence de problématisation : si vous définissiez par exemple “recherches alternatives” en introduction, puis aviez une première partie “Produire” et une seconde “Partager” : c’est juxtaposé, mais pas problématisé.

Mettons que votre problématisation vous conduise, par exemple, à demander si et, le cas échéant, comment certaines pratiques de science ouverte, qui synthétisent d’emblée les deux gestes, produire et partager2, correspondent à des profils de recherche engagées dans des mouvements de gauche “alternative” (altermondialiste, anarchiste, etc. : c’est-à-dire opposée d’une manière ou d’une autre à une culture présentée comme hégémonique).

  • Dans ce cas, la problématisation fonctionne parce que vous anglez avec un objet précis (sociologique ici : la pratique de la science ouverte), et parce que vous posez une question à partir d’une saisie synthétique des termes du sujet.
  • Un danger demeure, celui de confondre problématisation et plan, donc (et j’insiste sur le terme de problématisation, plutôt que de problématique) : par exemple une première partie qui prendrait en charge, en gros, le “si”, et une seconde le “comment” ; ou bien une première partie qui prendrait en charge “gauche alternative” pour identifier des profils de recherche, et une seconde qui s’occuperait d’identifier les pratiques de recherche.
  • Pour éviter ce problème, revenir sans cesse à la problématisation et bien veiller à l’utiliser de manière organique, synthétique, pour ne pas en séparer les morceaux3. Ici, par exemple, il serait peut-être plus intéressant d’identifier d’abord des “postures” de recherche, puis des “pratiques du libre” et leurs enjeux universitaires (production et partage saisis ensemble), puis des “éthiques citationnelles, enjeux et risques de la diffusion”… Notions de profils sociologiques, de production et de partage ainsi toujours réarticulés ensemble au sein de chaque section.

 

3. Combiner toujours des dimensions “thématiques” et des dimensions “théoriques”

Conseil lié au précédent, mais qui concerne plus précisément la gestion des titres (pas seulement d’un point de vue esthétique, mais bien conceptuel et méthodologique). Quelle que soit la manière dont vous choisissez de formuler vos titres de section (descriptive, allusive, jeu de mots, longue ou courte…), veillez, pour vous, à y associer une question (une sous-problématique en quelque sorte).

Celle-ci doit idéalement articuler question “thématique” et question “formelle” ou “théorique”, en littérature du moins : c’est-à-dire engager, à partir d’un objet et d’un corpus choisis, de vraies questions de recherche. Il s’agit de fuir l’effet catalogue, autant que l’effet étude de cas purement descriptif, comme encore l’analyse théorique abstraite : il s’agit de mettre en valeur une interprétation de vos objets d’étude et une argumentation propre à votre production.

Si on reprend l’exemple précédent, par exemple, on pourrait imaginer des titres de sections comme “Intertextualités militantes : la révision des canons par les chercheuses en littérature” (pour une partie “éthiques citationnelles” : le “thématique” tient dans l’aspect militant, le “théorique” dans les notions d’intertextualité et de révision), ou bien “Poétiques de l’ouvert” (pour une partie “pratiques du libre”).

Trouver des pivots, des lieux conceptuels à “dérouler” : “Poétiques de l’ouvert” permet plein de choses par exemple : lorsqu’on parle “poétique”, on peut penser “genre littéraire”, “stylistique”, “gestes de création”, “philosophie esthétique”, etc.

 

4. Penser les paragraphes

Une règle d’or à respecter lorsqu’on rédige (elle est simple, mais vous vous apercevrez qu’en pratique on a parfois tendance à la zapper) : il faut imaginer que la ou les premières lignes de chaque paragraphe constituent l’ultime subdivision de votre “plan”. Autrement dit, à la fin de la rédaction de votre mémoire, vous devez être capable d’en avoir le résumé en récupérant juste les premières lignes de chaque paragraphe (à la fin, j’insiste : tant qu’on rédige, c’est encore à peu près mission impossible — cela vient progressivement).

En dehors du fait que ça vous aidera à avoir une argumentation solide, ça vous simplifiera aussi le travail de réorganisation, qui ne manquera pas de se présenter à un moment ou à un autre : vous pouvez ainsi facilement avoir une vue sur l’ensemble de votre travail.

Cela signifie aussi que chaque paragraphe/argument contient 1. une idée, 2. des exemples ou cas d’étude, qui permettent d’affiner l’idée. Dans le cas d’une analyse de type “littérature comparée”, cela veut dire que vous aurez des exemples pour différentes œuvres. Dans d’autres cas, cela veut dire que vous vous intéresserez à 1-2 éléments précis d’analyse.

Conseil pratique : même si c’est un peu moche, en traitement de texte vous pouvez commenter l’argument de chaque paragraphe (au début, donc) en en sortant les mots-clés et en vous expliquant à vous-même les mots clés. Deux conseils et illustration : soit en utilisant un logiciel standard comme LibreOffice, soit en utilisant un logiciel qui vous permet de glisser les commentaires directement dans le texte, comme Zettlr.

Retenir :

  • Importance majeure de la structuration dans un mémoire, mais différentes méthodes pour y aboutir (savoir structurer très en amont, ou bien structurer au fur et à mesure de la rédaction).
  • La structuration dépend de la problématisation, qu’elle déploie de manière conceptuellement synthétique en associant éléments thématiques et éléments formels ou théoriques.
  • Les blocs de rédaction eux-mêmes continuent de développer le plan : un paragraphe est le dernier niveau de la structuration.


Citer ce billet
Aurore Turbiau (2024, 13 mars). Argumenter, structurer une argumentation (méthodo du mémoire… ou de la thèse). Littératures engagées. Consulté le 13 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w320

  1. Ce sujet vient d’une autre séance de séminaire d’accompagnement, il m’a été fourni par les masterant·es en guise de sujet de recherche collaborative. []
  2. Par exemple la production d’un volume en presses universitaires, la direction d’un numéro de revue disponible sur OpenEdition, la construction collective d’une base de données de recherche… []
  3. Ce conseil vaut en littérature telle qu’on la pratique dans les mémoires et thèses français·es ; ce n’est pas forcément autant le cas ailleurs. []

Aurore Turbiau

Docteure en littérature comparée, actuellement ATER en littérature française et études de genre (Université Lyon 2 Lumière, Passages). Spécialiste sur le sujet des littératures politiques des années 1970-1980, spécialement féministes et lesbiennes, entre la France et le Québec.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search