« The lesbian is never with us, it seems, but always somewhere else »

When it comes to lesbians [...] many people have trouble seeing what’s in front of them. The lesbian remains a kind of “ghost effect” in the cinema world of modern life: elusive, vaporous, difficult to spot – even when she is there, in plain view [...] Some may even deny that she exists at all. [...] The lesbian is never with us, it seems, but always somewhere else: in the shadows, in the margins, hidden from history, out of sight, out of mind, a wanderer in the dusk, a lost soul, a tragic mistake, a pale denizen of the night.

Quand on en vient aux lesbiennes [...] beaucoup de personnes ont du mal à voir ce qui se trouve en face d'elles. Les lesbiennes restent une sorte d'"effet fantôme" dans le cinéma de la vie moderne : élusive, vaporeuse, difficile à cerner -- même si elle est là, en pleine vue [...] Il arrive même que certains nient carrément qu'elle existe. [...] La lesbienne n'est jamais avec nous, semble-t-il, mais toujours ailleurs : dans l'ombre, à la marge, occultée de l'histoire, hors de la vue, hors de la pensée, une vagabonde du crépuscule, une âme perdue, une erreur tragique, une pâle habitante de la nuit.

— Terry Castle, The Apparitional Lesbian: Female Homosexuality and Modern Culture, Columbia University Press, New York, 1993, p. 2. Ma traduction.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search