“The lesbian is never with us, it seems, but always somewhere else”

When it comes to lesbians [...] many people have trouble seeing what’s in front of them. The lesbian remains a kind of “ghost effect” in the cinema world of modern life: elusive, vaporous, difficult to spot – even when she is there, in plain view [...] Some may even deny that she exists at all. [...] The lesbian is never with us, it seems, but always somewhere else: in the shadows, in the margins, hidden from history, out of sight, out of mind, a wanderer in the dusk, a lost soul, a tragic mistake, a pale denizen of the night.

Quand on en vient aux lesbiennes [...] beaucoup de personnes ont du mal à voir ce qui se trouve en face d'elles. Les lesbiennes restent une sorte d'"effet fantôme" dans le cinéma de la vie moderne : élusive, vaporeuse, difficile à cerner -- même si elle est là, en pleine vue [...] Il arrive même que certains nient carrément qu'elle existe. [...] La lesbienne n'est jamais avec nous, semble-t-il, mais toujours ailleurs : dans l'ombre, à la marge, occultée de l'histoire, hors de la vue, hors de la pensée, une vagabonde du crépuscule, une âme perdue, une erreur tragique, une pâle habitante de la nuit.

— Terry Castle, The Apparitional Lesbian: Female Homosexuality and Modern Culture, Columbia University Press, New York, 1993, p. 2. Ma traduction.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.