La chasse aux chaussettes : problématiser un sujet de mémoire

Chaussettes écossaises organisées en spirale : tons pastels, du bleu au rouge, elles sont emmêlées entre elles et faites de grosse laine

Image par Katie Fenton de Pixabay

Document issu de mes séances de “séminaire d’accompagnement” pour les masterant·es en littérature et études de genre que je suis dans mon université actuelle. Comment problématiser un sujet de mémoire ? Comment trouver la problématique, ses éléments, comment les articuler et en fonction de quels critères ?

Je propose de distinguer différents ingrédients d’une problématisation : objet et contexte, angle d’approche, méthode et intérêt, le tout aboutissant à la problématique. Je propose de filer une métaphore “inspirée de faits réels”1 pour comprendre comment fonctionne une problématique, quel est le rôle qu’elle doit jouer dans un mémoire, en m’adressant particulièrement à des personnes qui en sont encore au début de leur travail et ne savent pas encore très bien comment affiner leur sujet. Une petite parabole dont vous êtes le héros, quoi.

***

Qu’est-ce qu’une “bonne” problématisation ? Lorsque vous aurez réussi à formuler quelque chose, la pierre de touche sera “décrire son sujet à un·e ami·e” : si vous finissez par “bon, voilà, en gros (grimace)…”, mauvais signe ; “ce qui se conçoit bien s’énonce clairement”, et surtout, de manière concise et précise. En pratique, une “bonne” problématisation sera celle qui vous permettra, au cours de la construction du plan puis de la rédaction du mémoire, de savoir si vous partez hors sujet ou non, si tel paragraphe a vraiment sa place, ou non.

On parle parfois des problématiques comme “fil rouge” ou “fil d’Ariane” d’un travail de recherche. Peut-être peut-on nuancer la métaphore en en utilisant une autre puisqu’après tout, vous êtes des Thésée sans Ariane, vous : personne ne vous donne de problématiques toutes faites.

Alors mettons que votre sujet de mémoire soit, non pas un labyrinthe (ça fait peur, un labyrinthe), mais une grande maison (parce qu’on les aime bien aussi, nos sujets de recherche : il faut s’y sentir comme chez soi, cf. le début de Living a Feminist Life de Sara Ahmed.

Et du coup cette grande maison, vous devez la visiter : personne ne vous demande de la décrire en totalité, ni d’en faire les plans pour permettre de la reconstruire à l’identique (un travail qui serait descriptif mais pas problématique), en revanche on vous demande d’y entrer et d’y faire un parcours pour, finalement, vous l’approprier et la connaître de l’intérieur.

On vous demande, admettons, d’initier une chasse au trésor. Par exemple, le trésor sera ici “la lingerie familiale” (parce que pourquoi pas un mémoire qui, pour analyser l’objet “foyer familial”, entre par l’angle problématique “linge de maison”, n’est-ce pas : ça dit des choses du fonctionnement d’un foyer). Vous savez qu’elle est éparpillée partout, cette lingerie — car les enfants ont semé leurs chaussettes n’importe où — et votre première mission, du coup, consiste à retrouver les chaussettes pour en reconstituer les paires et y voir plus clair dans ce qu’est exactement la lingerie familiale de cette maison-là.

Alors, vous cherchez : pièce après pièce (si vous êtes très méthodique), ou bien un peu en vrac, en allant une fois par-ci, une fois par-là (si vous êtes plutôt du type chaotique ou avez des troubles de l’attention, par exemple !), vous regardez dans les tiroirs, sous les lits, derrière les portes, dans les placards. Parfois, vous trouvez des chaussettes déjà bien rangées (quand quelqu’un vous a précédé et a déjà reconstitué une paire — mais attention, parfois ce quelqu’un a mal fait le job en associant des chaussettes qui, certes, se ressemblaient, mais n’étaient pas, en fait, les mêmes — cela mérite toujours un peu réexamen et attention critique). Parfois, vous trouvez des mines : un tiroir entier de chaussettes, certes isolées de leur âme sœur, mais toutes au même endroit. Parfois vous trouvez des collants ou des culottes (ils sont un peu hors sujet, néanmoins on pourra les glisser dans le butin final, à voir, ça renseigne quand même un peu sur le fonctionnement de la maisonnée comme du linge de la maison) ; parfois vous ne trouvez rien. Parfois, vous tombez sur la chambre de quelqu’un·e qui ne veut pas vous laisser entrer parce que c’est son domaine, et que vous empiéteriez sur sa propre recherche en arrivant, au risque d’en perturber les logiques : un peu relou, mais legit, vous restez poli·e. Parfois, les chaussettes sont antiques et trouées, parfois elles sont toutes neuves ; parfois jolies et colorées, parfois ternes et moches ; parfois grandes, parfois petites : bref, vous avez beau vous concentrer exclusivement sur l’état des chaussettes dans cette maisonnée, vous découvrez un sujet bien plus vaste qu’il n’y paraissait à première vue, et à travers son prisme vous en apprenez beaucoup sur les habitant·es de la maison et sur leurs occupations.

À la fin, vous avez toutes vos chaussettes, réunies devant vous. Il vous reste à les mettre en tas, à les ranger dans les bonnes pièces et les bons tiroirs ; votre savoir est objectif (le tas de chaussettes) et subjectif (seul·e vous, parce que vous avez fait cette chasse aux trésors, avez compris les subtilités et nuances de l’organisation domestique qui a fait que telle chaussette s’est trouvée par ici, et telle autre là) ; non seulement vous pouvez ranger les affaires de la meilleure manière possible, mais désormais vous connaissez très bien la maison dans son entier parce que vous l’avez sillonnée de part en part en en fouillant bien des recoins : via l’étude des chaussettes, vous avez acquis une connaissance de la maison et de son fonctionnement.

Donc, si on récapitule :

  • Objet initial du mémoire : cette maison familiale.
  • Angle du mémoire (pré-problématique) : les chaussettes.
  • Méthode : la chasse au trésor, par la fouille des pièces, tiroirs, placards.
  • Enjeu et intérêt : on a perdu les chaussettes, elles manquent à tous les inventaires. Pourtant, à la fois elles sont importantes pour comprendre la maisonnée (mémoire), à la fois elles sont nécessaires pour vivre correctement en société et donc leur étude serait utile au-delà du mémoire.
  • Problématique : la gestion des chaussettes comme indice domestique du fonctionnement relationnel et organisationnel d’un foyer familial.

À chaque fois qu’il y a besoin d’éclaircir quel est le sujet sur lequel vous travaillez exactement, revenez à ces éléments simples (comme “élémentaires”) de la chasse aux chaussettes : objet, angle, méthode, enjeu ; ensemble ils constituent votre problématisation (et vous permettent, plus précisément, de formuler une problématique).



Citer ce billet
Aurore Turbiau (2024, 14 mars). La chasse aux chaussettes : problématiser un sujet de mémoire. Littératures engagées. Consulté le 13 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w0q8

  1. Issue d’une large fratrie dans l’ensemble très bordélique, j’ai moi-même pratiqué la chasse aux chaussettes, jadis : à l’époque ma récompense n’était pas l’élaboration d’une bonne problématique, mais la réception d’un butin d’œufs de Pâques, selon la règle “une chaussette retrouvée = un œuf”. Merci à mes parents pour cette aventure qui nourrit encore aujourd’hui mon imaginaire, jusqu’à ma réflexivité scientifique. []

Aurore Turbiau

Docteure en littérature comparée, actuellement ATER en littérature française et études de genre (Université Lyon 2 Lumière, Passages). Spécialiste sur le sujet des littératures politiques des années 1970-1980, spécialement féministes et lesbiennes, entre la France et le Québec.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search