Méthodo commentaires comparés et auto-évaluations entre étudiant·es

Image stock, pièces de puzzle en vrac

Image par congerdesign de Pixabay

 

Ce billet très rapide pour partager une pratique d’enseignement que j’ai depuis quelques temps et qui fait ses preuves, c’est-à-dire qu’elle est globalement appréciée par les étudiant·es qui jouent le jeu, et qu’elle est manifestement concrètement efficace pour l’apprentissage méthodo. Il s’agit en gros de susciter une collaboration entre étudiant·es pour construire des commentaires de textes, linéaires, composés ou comparés, et de leur faire travailler l’auto-évaluation.

  • Pour elles et eux : permet de “bouger” dans le rapport aux copies, de la posture d’étudiant·e à la posture de “prof”, donc de mieux s’approprier les critères d’évaluation.
  • Pour moi : permet de contourner les méfaits de Chat GPT et autres IA, en faisant faire du travail à la maison que celles-là ne pourront jamais suppléer.
  • Contrainte : il faut prévoir un large rétroplanning, parfois compliqué à gérer lorsque les semestres sont courts, puisque avant le rendu final du commentaire intégralement rédigé, il faut avoir pu passer toutes les autres étapes.

Je vais partager les documents que j’utilise dans le cas d’une initiation aux commentaires de littérature comparée : ici en L2, dans un cours qui porte sur une œuvre de Monique Wittig (Les Guérillères, 1969) et une autre d’Octavia F. Butler (La Parabole du semeur, 1993). Cliquez ici pour accéder aux textes étudiés.

 

Les consignes à donner en début de semestre

(Cliquez ici pour télécharger le pdf des consignes mis au propre)

Consignes pour le devoir maison (DM), noté sur 30. À lire et respecter attentivement étape par étape. Sujet : les textes de la séance 9, avec le thème « Dévoiler, questionner ».

Calendrier des échéances1

  • Étape 1, 21 février : rendre le plan détaillé du commentaire comparé, récupérer la copie d’un·e camarade à aider. Coef. 1, note sur 10.
  • Étape 2, 6 mars : restituer la fiche d’aide à l’amélioration. Coef. 1, note sur 10.
  • Étape 3, 13 mars : rendre le commentaire intégralement rédigé. Coef. 1, note sur 10.

 

Étape 1 : préparer le plan détaillé d’un commentaire de textes comparés

Estimation du temps de travail nécessaire pour le faire vraiment bien : 5 heures (sur table, vous aurez 2 heures).
Rendu : le 21 février, un travail tapuscrit ou manuscrit (tapuscrit conseillé, mais à rendre en version imprimée sans faute le 21 février).
Documents pour s’aider : modèles et grille d’évaluation sur moodle.
But pédagogique : s’exercer à la méthode du commentaire en littérature comparée, travailler l’efficacité.

Introduction et conclusion rédigées.

  • L’introduction comporte une contextualisation des extraits étudiés, une problématique commune aux deux donnant le fil rouge de votre analyse (« Nous verrons comment, dans ces extraits, les autrices… »), puis l’annonce du plan de votre commentaire, chaque partie du plan contribuant à répondre à la problématique globale.
    • Rappelez-vous : une bonne problématique vous aide à faire une lecture précise des textes (elle vous aide à ne pas vous éparpiller, à avoir une question précise), et elle porte spécifiquement sur les extraits présentés (impossible de l’utiliser telle quelle pour une autre sélection d’extraits).
  • La conclusion reprend la problématique en rappelant les grands éléments de réponse apportés au cours de la copie ; éventuellement, elle propose une ouverture en renvoyant à d’autres extraits des œuvres ou à des questions proches.

Le plan détaillé doit être constitué de trois parties (I, II, III) et deux ou trois sous-parties pour chaque partie (A, B) : I.A, I.B, II.A, II.B, III.A, III.C.

  • [Méthode commune à tout type de commentaire] Chacune de ces parties ou sous-parties a un titre (idéalement, il comporte à la fois un élément thématique et un élément formel d’analyse littéraire : par exemple « Un extrait de journal (formel) exposant l’espoir d’une nouvelle vie (thématique) », ou bien « La dénonciation (formel) d’une domination (thématique) ». Chacun de ces titres correspond ainsi à un élément de réponse à la problématique.
    • Pourquoi faut-il essayer de combiner thématique et formel ? Parce que c’est ce qui vous permettra d’éviter la paraphrase : si vous faites du thématique pur, vous répétez le contenu du texte ; si vous faites, au contraire, du formel pur, vous décrivez le texte sans l’analyser. En combinant les deux, vous proposez une réelle interprétation.
  • [Méthode commune à tout type de commentaire] Chacune des sous-parties comporte deux ou trois arguments prouvant l’idée de la sous-partie. Chaque argument est composé de la sorte (il est important que chacun comporte systématiquement ces éléments) :
    • des relevés dans le texte, courts et identifiés précisément par le numéro de la ligne,
    • une identification formelle de ce que sont ces relevés d’un point de vue littéraire (par exemple une figure de style quelconque, une référence à quelque chose, un adverbe de temporalité, une conjonction de coordination signifiant l’opposition, etc.)
    • une interprétation de ce choix formel par rapport au sens du texte, afin de formuler l’argument.
  • [Méthode spécifique au commentaire de littérature comparée] Chaque sous-partie doit mentionner les deux textes proposés à l’analyse, aucun ne doit être laissé de côté. Vous vous débrouillez donc pour répartir les arguments en fonction : deux arguments pour Wittig et un pour Butler, ou l’inverse, ou un pour chaque. L’idée est de pouvoir, précisément, comparer : tel mécanisme se trouve plutôt chez Butler que chez Wittig, telle thématique est développée de manière narrative chez l’une et de manière dialoguée chez l’autre, etc.

→ Si vous êtes perdu·e, n’oubliez pas de vous référer aux modèles proposés sur moodle.

→ ATTENTION, à ce stade, ne rédigez pas : soyez concis·e au maximum, chaque interprétation doit pouvoir être formulée en mots-clés et abréviations. Je vérifierai la concision, elle fera partie des critères de notation.

À l’issue de l’étape 1, je récupère vos plans détaillés et je les redistribue aléatoirement à vos camarades pour passer à l’étape 2.

 

Étape 2 : aider un·e camarade à améliorer sa copie2

Estimation du temps de travail nécessaire pour le faire bien : 1 heure
Rendu : le 6 mars, vous me donnez la fiche d’aide à l’amélioration remplie à la main ou à l’ordinateur (imprimée dans ce cas) + le plan détaillé du ou de la camarade que vous avez relu·e.
Documents pour s’aider : les grilles d’évaluation détaillées et le modèle de fiche remplie sur moodle.
But pédagogique : maîtriser et comprendre les critères d’évaluation d’un commentaire.

Seront évalués :

  • La rigueur et la précision dans la lecture de la copie de votre camarade.
  • La compréhension des critères d’évaluation.
  • L’efficacité des commentaires proposés : il ne s’agit pas seulement de dire à votre camarade ce qui n’est pas bon ou pas terrible dans leur copie, il faut directement l’aider en lui indiquant quoi faire pour améliorer le travail.
  • Le ton et le « professionnalisme » : hors de question de trouver des commentaires désobligeants, le but est l’entraide.
  • La capacité à respecter la pensée propre à votre camarade : vous n’aurez pas tous et toutes choisi les mêmes problématiques, ni relevé les mêmes éléments ; c’est plutôt bon signe que mauvais signe, l’important est que chacun·e développe une pensée cohérente.

À l’issue de l’étape 2, je récupère les plans détaillés et les fiches d’aide à l’amélioration et je restitue l’ensemble à la personne ayant préparé le plan détaillé.

 

Étape 3 : rédiger

Estimation du temps de travail nécessaire pour le faire bien : 2 heures
Rendu : le 13 mars, vous me rendez en version tapuscrite ou manuscrite votre commentaire de textes comparés, intégralement rédigé à partir de votre plan détaillé et de l’aide qui vous a été apportée par votre camarade.
Documents pour s’aider : le modèle de rédaction proposé sur moodle.

→ Pas besoin de trouver de nouveaux éléments, sauf si cela vous a été demandé par votre camarade.

→ Il suffit de faire des phrases à partir de ce que vous avez déjà préparé, en restant concis·e, synthétique.

 

Les documents à distribuer pour accompagner le travail

Grille d’auto-évaluation

(Cliquez ici pour voir le modèle de grille d’évaluation proposé pour des L2)

Cette grille d’évaluation vise à aider les étudiant·es à situer une copie, la leur ou celle d’un·e autre, par rapport aux différents attendus méthodologiques du travail. Chaque case donne des exemples de ce que fait une copie (rédigée) située comme “trop faible”, “faible”, “correcte” ou “bonne”, pour chaque point ; ça n’est pas exhaustif, plutôt illustratif. Voilà les différents points d’attention, pour un commentaire en littérature comparée :

  • Compréhension des textes et de leurs enjeux (4 points) :
    1. Maîtrise du contexte en introduction
    2. Maîtrise de l’œuvre / du texte dans la suite de la copie
  • Base méthodologique (technique) d’un commentaire en littérature comparée (6 points)
    1. Structuration graphique
    2. Comparatisme3
    3. Précision technique
    4. Langue
  • Base méthodologique (argumentative) d’un commentaire en littérature comparée (10 points)
    1. Problématisation4
    2. Clarté de la structuration argumentative5
    3. Argumentation6
    4. Efficacité7

Pour ne tromper personne et rassurer aussi les étudiant·es par rapport à l’ensemble de ce processus, je promets de véritablement utiliser moi-même ce barème (en général je leur montre le fonctionnement de la notation automatique qui y est liée, ainsi ils et elles peuvent mieux se représenter le concret des choses).

À noter : je pense que cette grille ne fonctionne réellement que pour des niveaux licence, car la place donnée à la construction méthodo elle-même est majeure ; pour des niveaux plus avancés, où la base méthodologique est censée être acquise, cette base d’évaluation est complètement caduque.

 

Modèle de plan détaillé

(Cliquez ici pour télécharger le pdf de modèle de plan détaillé)

Pour le modèle de plan détaillé, j’insiste sur un élément surtout, qui est la construction tripartite de chaque argument : relevé, identification formelle, interprétation. En général, c’est ce point-là qui aide le plus les étudiant·es à comprendre comment construire leur commentaire.

Pour un devoir maison, je leur conseille de travailler environ 4-5 heures sur cette présentation en plan détaillé ; pour un DST de deux heures, où ils et elles doivent suivre à peu près les mêmes consignes tout en manquant sérieusement de temps, je les autorise à esquiver parfois la section “identification formelle” (puisque spontanément, ils et elles ont tendance à ne pas bien la distinguer de l'”interprétation”, et donc à traiter les deux à la fois).

 

Modèle de fiche d’aide à l’amélioration

(Cliquez ici pour télécharger le modèle de fiche d’aide à l’amélioration)

(Désolée, ce document est un peu cringe, car j’essayais de montrer comment aider et encourager sans démonter…)

Fiche distribuée vide en début de semestre, ici remplie en guise de modèle par rapport à l’observation du plan détaillé que j’ai moi-même proposé. J’ai appris par l’expérience que sans modèle, les retours sont extrêmement succincts (ex. “bien”, “rien à signaler”, ou carrément sections laissées vides) — donc ne pas négliger l’importance d’avoir un modèle ici.

 

Modèle de commentaire rédigé

(Cliquez ici pour télécharger le modèle de commentaire rédigé)

Commentaire rédigé à partir du plan détaillé proposé ; important de donner les deux au même moment aux étudiant·es, sans quoi ils et elles ont plus de mal à se représenter ce qui est vraiment fait au moment du “plan détaillé” : d’une part ils et elles ne comprennent pas bien la colonne “interprétation”, d’autre part ils et elles ne voient pas comment y rester concis·es, quelle différence entre le brouillon et la rédaction.

Bien penser à insister sur l’importance de la continuité entre plan détaillé + aide du ou de la camarade et rédaction : sinon, c’est le risque que le commentaire rédigé soit simplement issu des IA sans rapport avec les étapes précédentes, et donc le travail est perdu.



Citer ce billet
Aurore Turbiau (2024, 25 février). Méthodo commentaires comparés et auto-évaluations entre étudiant·es. Littératures engagées. Consulté le 13 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vwiq

  1. Le semestre ne fait que 10 semaines en l’occurrence : ça fait un rétroplanning très serré, un peu trop en réalité. Le problème ici est que je n’ai qu’une semaine pour corriger le paquet de copies, et que je dois directement redistribuer les copies aux camarades, le jour de l’étape 1, en classe — ce qui prend vraiment du temps et est concrètement difficile à gérer en cours. Il vaut mieux l’anticiper. []
  2. C’est l’étape qui, manifestement, fait le plus peur aux étudiant·es : ils et elles craignent de ne pas pouvoir aider suffisamment bien leurs camarades. Donc besoin de les rassurer ici. []
  3. Équilibre des textes []
  4. Annonce []
  5. Annonces []
  6. Composition des arguments []
  7. Lien entre arguments et problématique []

Aurore Turbiau

Docteure en littérature comparée, actuellement ATER en littérature française et études de genre (Université Lyon 2 Lumière, Passages). Spécialiste sur le sujet des littératures politiques des années 1970-1980, spécialement féministes et lesbiennes, entre la France et le Québec.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search