« … et crève la membrane du cri »

LA MÈRE. [...] La matière du vermillon, la matière de l'écarlate se dilate, l'air est entré, les plaques flottent sur l'épaisseur, les blocs soudés se détachent, la vie entraînée par ses poussées descend et les corps se renforcent, se chevauchent, prennent la position avec laquelle ils émergeront ; je bouillonne de sang, la chair se bouscule, se fraye un passage, se sale de lait, les hématies, le plasma du sang se chargent d'électricité, le ventre, les seins se tendent, s'engorgent, s'hypertrophient, se déplissent, le mouvement extenseur gicle des fissures de l'énergie rouge qui devient obèse, qui se boursoufle, qui avance en saillie et les autres rouges, les caillots fondent et le cordon ombilical présente sept nœuds et la vie fait irruption dans le jour...
LE CŒUR. ... et crève la membrane du cri.
LA FILLE. Tu t'illumines de l'intérieur.
LA MÈRE. Mon ventre a lâché un paquet d'eau chaude qui m'a inondé les cuisses.

— Chantal Chawaf, Chair chaude, éditions Mercure de France, Paris, 1976, p. 52-53.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search