« J’appelle Capitalistes de l’Espèce ceux qui, sous le nom d’Hommes… »

J’appelle Capitalistes de l’Espèce ceux qui, sous le nom d’Hommes, ont capitalisé l’espèce humaine et tenu à l’écart la moitié femelle de l’Humanité.
J’appelle Capitalistes de l’Espèce ceux qui, sous le nom d’Hommes, ont capitalisé l’histoire de l’espèce humaine depuis ses origines connues, et tenu à l’écart la moitié femelle des acteurs de l’histoire de l’Humanité.
J’appelle Capitalistes de l’Espèce ceux qui, sous le nom d’Hommes, ont capitalisé l’énergie créatrice de l’espèce humaine et l’ont canalisée à leur profit, laissant croupir à des tâches de servitude la moitié femelle et pourtant créatrice de l’Humanité, et exploitant la force de travail de l’autre moitié elle-même créatrice.
J’appelle Capitalistes de l’Espèce ceux qui, sous le nom d’Hommes, ont capitalisé à leur profit le droit, la justice et la liberté propres à l’espèce humaine, et ont tenu à l’écart de leurs législations, tout en l’y soumettant, la moitié femelle de l’Humanité.
J’appelle Capitalistes de l’Espèce ceux qui, sous le nom d’Hommes, ont thésaurisé les postes de commande, les situations lucratives, les travaux passionnants, aux dépens de la moitié femelle de l’Humanité remisée à l’écart et tenue dans l’ombre et dans l’épaisseur secrète de quatre murs clandestins secrétant l’ennui, l’isolement, l’inquiétude, la mesquinerie, la jalousie, les soupçons, la puérilité, l’infantilisme, la frivolité, les moyens termes, les manœuvres souterraines, le désespoir et la folie.
J’APPELLE USURPATEURS LES CAPITALISTES DE L’ESPÈCE. [...]
J’appelle ARRIVISTES DE L’ESPÈCE celles qui, sous le nom de Femmes, ont agi comme des Hommes pour s’immiscer dans le monde des Capitalistes de l’Espèce, et ont fini par oublier l’existence de la moitié femelle de l’Humanité, ou se sont mises à la mépriser comme des Capitalistes de l’Espèce.
J’appelle DÉMISSIONNAIRES DE L’ESPÈCE celles qui, sous le nom de Vraies Femmes, continuent à vivre à l’écart de leur espèce pour plaire à ceux qui la capitalisent, entraînant leurs fils à devenir des Capitalistes de l’Espèce et entraînant leurs filles à demeurer comme elles à l’écart de leur espèce, au service de ceux qui la capitalisent.
J’appelle CANDIDATES À L’ESPÈCE celles qui, sous le nom de Femmes Gyniles, ont décidé de réintégrer leur espèce sans condition, de ne plus tolérer qu’aucun être de leur espèce capitalise l’espèce à son profit, de briser la statue impérialiste du Phallus-Roi qui est l’Obélisque monolithique et hermétique de la Croissance sans merci, de ne plus jamais vivre et parler Au Nom-du-Père-et-du-Fils-et-du-Mari-Plein-d’Esprit, de renverser le système patriarcal sans jamais permettre au matriarcat de s’instaurer à sa place, de lutter pour que les rapports entre les sexes deviennent des rapports de réciprocité et non plus de domination, de lutter pour que les rapports entre les êtres humains ne soient plus des rapports de domination mais des rapports de réciprocité, de lutter pour que les rapports entre les adultes et les enfants soient des rapports de réciprocité et non plus des rapports de domination et de soumission. [...]
J’APPELLE PHALLOCRATES IMPÉRIALISTES LES CAPITALISTES DE L’ESPÈCE. [...]
Nous ne demandons pas mieux que de faire alliance avec les Hommes, dit Exil.
QUAND ILS AURONT LAISSÉ TOMBER LEUR PRÉTENTIEUSE MAJUSCULE.
Quand ils auront assumé l’e muet qu’il y a aussi au bout de l’"homme".
Quand ils auront déposé le Pouvoir. Et quand ils inviteront tous les humains, hommes, femmes et enfants, à le partager avec eux.
Jusqu’à ce que ce temps arrive, il se peut que nous nous arrangions seules, dit Exil. Il se peut que nous nous arrangions entre nous.

— Louky Bersianik, L'Euguélionne, éditions Typo, Montréal, [1976] 2012, p. 665-669.

(Voir l’article consacré à L’Euguélionne)


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search