« Car elles se réveillent enfin. Et maintenant, elles savent. Elles sont en marche. »

Elles sortent de la nuit des temps. Elles se réveillent. Elles se souviennent tout à coup qu’elles ont été massacrées.
C’est la haine, l’exaspération, la rage étale, l’impossibilité d’embrayer sa vie d’une manière ou d’une autre et de prendre des passagers sur sa route, c’est la souffrance de sentir son cerveau toujours prêt à éclater sous une injonction sans appel, c’est cela que ressentent depuis des siècles les victimes du Massacre et qui les pousse à agir enfin. Car elles se réveillent enfin. Et maintenant, elles savent. Elles sont en marche. Elles sont en marche vers les Hommes qui les ont assassinées, même si ce fut parfois en toute innocence.

— Louky Bersianik, L'Euguélionne, éditions Typo, Montréal, [1976] 2012, p. 442-444, p. 99..

Voir l’article sur L’Euguélionne de Louky Bersianik.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search