“Généalogies critiques du genre et de l’engagement”

Je suis heureuse de pouvoir annoncer la parution du très important numéro porté par Barbara Havercroft et Pascal Michelucci dans le 27ème numéro de la revue Fixxion (revue critique de fixxion français contemporaine), “Politiques du genre et engagement”. Très important parce qu’il est paradoxalement assez rare que les questions portant sur les littératures féministes posent en même temps frontalement la question de l’engagement littéraire1 ; il y a de grands chantiers critiques à ouvrir par-là et ce numéro comble un manque.

J’y ai pour ma part participé en parlant précisément de ce manque. J’ai cherché à rappeler, par mon étude des années 1969-1985 en France et au Québec, comment non seulement on pouvait bien parler d’un engagement littéraire féministe à cette période (en ce sens l’article est un bon résumé de ma thèse, on peut le lire comme tel), mais également pourquoi il paraît essentiel que différentes traditions de recherche, celles — majoritairement francophones — de l’engagement, et celles — majoritairement anglophones — des études de genre, se rencontrent et dialoguent (ce que prouve, de fait, l’entièreté du numéro).

“Généalogies critiques du genre et de l’engagement : penser le moment féministe des années 1969-1985”. Résumé :

L’histoire de l’engagement littéraire, en contextes français et québécois, a été écrite, jusqu’à nos jours, de telle manière qu’elle esquive la plupart du temps le moment dit de la deuxième vague féministe. Les écrivaines féministes des années 1969-1985 ont pourtant, à leur époque, avant l’ère de la littérature ultra-contemporaine, repris et transformé les traditions de l’engagement, en même temps que fondé de nouvelles épistémologies de l’agir littéraire et politique. Elles ont remanié le sens de ce qu’on entend par littérature engagée en le faisant dépendre, par exemple, d’un bouleversement des rapports entre “situation” et énonciation, posant les premiers jalons des épistémologies du point de vue ; elles ont également réorienté les dimensions de transitivité et de communicabilité de la littérature engagée d’héritage sartrien, entraînant leur propre écriture dans un régime de révolution du langage tel qu’il prétend à la fois agir directement sur la vie des femmes, leur redonner de l’agentivité et du pouvoir subjectif dans le monde, et s’énoncer avant-gardiste, voire “illisible”. Leur ellipse des histoires de l’engagement apparaît donc frappante ; cet article formule l’hypothèse selon laquelle il est significatif qu’à l’endroit même où buttent les théories francophones de l’engagement, esquivant les spécificités de l’histoire littéraire des décennies 1970-1980, d’autres théories – théories du genre, majoritairement anglophones – prennent leur élan et s’intéressent quant à elles de très près aux corpus engagés des écrivaines féministes. Le moment des années 1969-1985 est ainsi construit, dans ces feux croisés, comme le moment d’un embranchement phylogénétique : il forme un nœud structurant mais inaperçu dans les histoires que l’on retrace, dans l’après-coup et jusqu’à aujourd’hui, de ces différentes traditions critiques.

 



Citer ce billet
Aurore Turbiau (2023, 15 décembre). “Généalogies critiques du genre et de l’engagement”. Littératures engagées. Consulté le 13 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/oe18

  1. J’en sais quelque chose : c’est le sujet de ma thèse. []

Aurore Turbiau

Docteure en littérature comparée, actuellement ATER en littérature française et études de genre (Université Lyon 2 Lumière, Passages). Spécialiste sur le sujet des littératures politiques des années 1970-1980, spécialement féministes et lesbiennes, entre la France et le Québec.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search