« Bien sûr que j’exagère ! Mais quand donc finirez-vous de les prendre au sérieux ? »

Hommes de la Terre, dit l’Euguélionne, avez-vous déjà vu un os surnuméraire ou une esquille se mettre à composer des symphonies ? Avez-vous déjà vu une propriété mobilière prendre la parole et réciter des poèmes ?
Hommes de la Terre, avez-vous déjà vu un éboueur, avez-vous déjà vu un vidangeur écrire des chefs-d’œuvre, assis sur leurs tas d’ordures ? Avez-vous déjà vu un paillasson composer une épopée universelle ?
Hommes de la Terre, avez-vous déjà vu un objet d’usage courant se mettre à pondre des chefs-d’œuvre ? Votre théière s’est-elle jamais mise à parler et à dire des choses sensées ?
Hommes de la Terre, avez-vous déjà vu des objets d’art se substituer à leur créateur ? Avez-vous déjà vu des mégères apprivoisées vous disputer le droit de penser et de créer des objets d’art ?
Hommes de la Terre, avez-vous déjà vu une fleur faire de la peinture ? Une colombe inventer des machines à voler ?
Pourquoi voudriez-vous que vos ménagères aient du génie ?
Hommes de la Terre, avez-vous déjà créé dans la hantise de déplaire à la personne aimée ? Non dans la crainte que votre œuvre pourrait lui déplaire, mais dans la crainte qu’elle vous tienne rigueur de votre génie ?
Hommes de la Terre, avez-vous déjà créé dans la hantise de manquer à vos enfants ? Non dans la crainte de ne pouvoir subvenir à leurs besoins, mais dans la crainte de ne pas leur donner l’attention que réclame votre génie ?
Hommes de la Terre, avez-vous déjà créé dans la hantise d’être ridiculisés par la critique, d’être insultés, bafoués jour après jour par les Hommes et les femmes de la Terre, non parce que vos œuvres ne valent rien, mais parce que vous osez créer ? [...]
Je n’ai pas d’admiration pour les œuvres des Hommes, dit l’Euguélionne, parce qu’elles se font aux dépens de la liberté et de la créativité de la majorité de l’Humanité.
Et qu’est-ce que je vois ? Qu’est-ce que j’entends ? Des chefs-d’œuvre tronqués, des chefs-d’œuvre boiteux, de pâles reflets des chefs-d’œuvre possibles, de ceux qui sont à venir.
Je n’ai pas d’admiration et mon émotion devant eux se pourrit et s’empoisonne par le fait même, je n’ai pas d’admiration pour les chefs-d’œuvre des Hommes, parce qu’ils ont été possibles grâce au massacre de l’intelligence et de la sensualité de la moitié de l’Humanité tout au long des siècles. [...]
Entendez-les s’entreféliciter, regardez-les s’entrepondre des essais sur leurs essais portant sur les chefs-d’œuvre de l’un ou l’autre d’entre eux qui est peut-être mort fou, préférablement sur sa ponte, et encore mieux entre deux bières et deux hoquets et mille imprécations.
Bien sûr que j’exagère ! Mais quand donc finirez-vous de les prendre au sérieux ?

— Louky Bersianik, L'Euguélionne, éditions Typo, Montréal, [1976] 2012, p. 442-444.

(Voir l’article consacré à L’Euguélionne)


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search