Et donc, docteure : ép. 1/2, le discours de soutenance

Dessin du volume de la thèse, avec constellation des mots qui l'entourent

La thèse – dessinée par Caroline Dejoie

 

Et donc, je suis désormais docteure paraît-il (c’est fou). La soutenance était un beau moment et j’en profite pour remercier de nouveau toutes les personnes qui étaient présentes. Maintenant il va falloir réfléchir publication (d’ici deux ans) ; la thèse sera en ligne dans quelques mois, elle. D’ici là, je peux au moins partager ce que j’avais préparé pour la soutenance, sommaire en deux temps :

 

***

(Discours de 17 minutes en réalité, j’ai un peu coupé par rapport à ce que je publie là)

Chèr·es membres du jury, d’abord je vous remercie d’être présent·es aujourd’hui, alors que certain·es d’entre vous faites pour cela de longs voyages.

Je « défends » donc aujourd’hui ma thèse, intitulée « Pensées et pratiques féministes de l’engagement littéraire (1969-1985, France, Québec) », résultat d’un travail de cinq ans mené au sein du laboratoire de recherche en littérature comparée de Sorbonne Université. Je me contenterai dans ce prélude de rendre compte des conditions dans lesquelles j’ai mené cette thèse – les conditions matérielles de sa réalisation – avant de revenir rapidement sur ses enjeux de fond.

 

Le choix d’un sujet

On dit souvent de nos choix de sujets de thèse qu’ils sont des sortes de cristallisations scientifiques de problèmes existentiels avec lesquels on se débat plus ou moins inconsciemment. Dans mon cas c’est très conscient, et c’est par là que j’ai envie de commencer, parce que… quand on parle d’engagement, on parle de ce geste qui consiste à décider de se lancer, geste prélevé, reconnu et affirmé à partir d’une situation initiale où l’on est, peut-être plus passivement, « embarqué·e ». J’ai choisi en tout cas de travailler sur l’engagement parce que je voulais m’engager, c’était assez clair.

Je ne suis pas tout à fait dans le cas des personnes dont la thèse prolonge les travaux de master : dans mon cas l’histoire du passage du master à la thèse est plutôt celle d’une rupture. En M1, je travaillais sur le traitement des langues étrangères dans les œuvres romanesques de Proust et de Céline ; un travail peut-être déjà un peu comparatiste dans l’esprit, mais pas grand chose à voir sinon avec ce qui a suivi (… sauf peut-être un goût pour le gigantesque qui ne s’est pas démenti). En M2 surtout, j’ai travaillé sur Céline exclusivement, sur les liens rhétoriques à l’œuvre entre ses romans et ses pamphlets antisémites. On peut dire qu’à l’époque je me suis débattue en effet : j’ai au moins compris une chose cette année-là, c’est que je parvenais de moins en moins à comprendre ma position par rapport à mon sujet, l’intérêt, au sens fort, que j’y trouvais – le malaise a grandi de plus en plus et m’a finalement temporairement fait abandonner la recherche. Je me suis formée à un autre métier, j’ai travaillé ailleurs, juste assez de temps pour me remettre les idées en place, j’ai passé le concours, accompli mon année de stage en lycée ; puis, diplôme en poche et un peu mûrie, j’ai décidé de reprendre la recherche, mais à condition, cette fois, d’y entrer de telle manière que ma position idéologique soit, sinon forcément confortable – c’est le moins qu’on puisse dire –, au moins claire pour moi-même. J’ai décidé de travailler sur le féminisme parce qu’il me semblait que je manquais – et beaucoup de camarades et collègues comme moi – de connaissances sur l’histoire de ces mouvements ; il y avait des chantiers là, je pouvais y être utile d’un point de vue universitaire, cela m’intéressait (au sens fort ici aussi). J’ai contacté Anne Tomiche à ce moment-là.

Il y a donc un engagement pour moi dans cette thèse. Le premier est celui-ci : c’est que je crois vraiment que la littérature est politique, ou bien peut l’être, et que par conséquent, elle engage, elle oblige, et qu’on ne peut pas – je ne peux pas en tout cas – me dé-responsabiliser de la nature du lien que j’entretiens avec elle. C’est subjectif et « utopiste », sans doute ! Mais c’est le constat que je fais pour moi.

Sur ce point il faut donc dire un mot aussi d’un second engagement, immédiatement corollaire pour moi : c’est que ma vocation, c’est l’enseignement, quelles que soient les formes qu’il prend exactement ; que tout ce que je cherche, examine, tente de comprendre, c’est dans la perspective de le transmettre ensuite. C’est donc la boussole que je garde pour faire la part entre mes goûts, aspirations et lubies personnelles, et les choses dont je pense qu’elles valent la peine d’être partagées ; et la raison pour laquelle je me débats avec cette question de la « responsabilité » qu’implique le choix d’un sujet d’étude, parce que je le comprends dans le contexte d’un dialogue.

Bon. Ceci dit pour expliquer les fondements et l’histoire d’un choix de sujet : d’un côté celui du corpus, le féminisme ici, d’un autre celui d’une question, l’engagement ici.

 

Contextes

Pour le reste du contexte concernant l’écriture de cette thèse, une fois qu’elle a été amorcée, je peux signaler plusieurs éléments. D’abord elle a été intégralement financée : sans financement, je n’aurais jamais pu donner cette envergure à mon travail – élément sans doute important à rappeler dans un contexte français où seules 28% des thèses en sciences humaines sont financées (sans doute encore moins en littérature)1.

Une thèse comme celle-ci a demandé du travail d’archives. Aucune n’était à strictement parler rare – on les trouvait en bibliothèques et centres spécialisés, bien répertoriées dans les inventaires –, en revanche elles étaient quand même précisément localisées. À la BnF (Bibliothèque nationale de France) j’ai trouvé tout ce qui concernait les œuvres littéraires françaises, et une partie des œuvres québécoises. À la bibliothèque Gaston Miron – la bibliothèque québécoise de Paris, située à Paris 3 –, j’ai trouvé certaines œuvres et revues québécoises. À la BAnQ (Bibliothèque et Archives nationales du Québec), j’ai trouvé tous les corpus québécois dont j’avais encore besoin. En dépit de cette facilité apparente cependant, la question de l’accès aux sources est restée majeure presque jusqu’à la fin de la thèse. Car quand j’ai commencé, en 2018, la Bibliothèque Marguerite Durand (archives féministes) était en travaux : fermée pendant plus d’un an. Pour ma seconde année de thèse, je prévoyais un premier séjour au Québec au printemps : le Covid est passé par là qui a rendu le voyage impossible pendant deux ans. Parallèlement le Covid a aussi fermé les bibliothèques, BnF comme Gaston Miron ; puis la Sorbonne Nouvelle a déménagé, la bibliothèque Gaston Miron avec elle, qui est restée fermée longtemps. Lors de mes seconde et troisième années de thèse, en réalité, je n’ai plus eu accès qu’aux sources (françaises) que j’avais pu acheter par moi-même – un gros budget personnel. Surtout, ce n’est qu’en quatrième année de thèse, alors que j’étais déjà bien engagée dans la rédaction, que j’ai enfin pu accéder à près des deux tiers du corpus québécois. Cela fait tard, un rattrapage express en quatrième année : j’ai fait comme j’ai pu dans ces conditions, mais l’ancrage français contraint de ma thèse se ressent peut-être à lecture.

 

Présentation de l’étude

La thèse de la thèse

Venons-en donc à la thèse elle-même. Son propos initial, l’hypothèse qu’elle étaie, est simple : il s’agit d’évaluer si l’on peut parler d’un « engagement littéraire féministe », entre les années 1969 et 1985, en France et au Québec. On peut parler d’un réseau et d’un mouvement féministe et même d’avant-gardes féministes, c’est certain, comme l’ont en particulier montré les travaux d’Isabelle Boisclair au Québec, de Delphine Naudier puis d’Audrey Lasserre en France. Dans ce vaste contexte, émergent une dizaine de parcours particulièrement intéressants pour moi : ceux des Québécoises Nicole Brossard, France Théoret, Louky Bersianik, Madeleine Gagnon, ceux des Françaises Monique Wittig, Hélène Cixous, Françoise d’Eaubonne et Christiane Rochefort. Les œuvres de Jovette Marchessault et Josée Yvon au Québec, de Michèle Causse et de Maryvonne Lapouge-Pettorelli en France, constituent un corpus intermédiaire que j’ajoute à ce premier panorama.

Le terme « féministes », utilisé dans ces cas pour désigner ces mouvements et autrices, implique « politiques », et voilà donc ma question centrale : s’agit-il simplement de « politiques de la littérature », ou peut-on parler d’engagement, dans la continuité du sens historique qui a été donné à cette notion au long du XXème siècle ? L’enjeu n’est pas seulement d’explorer une possibilité conceptuelle choisie parmi d’autres d’égal intérêt : il est historiographique et théorique, mais aussi stratégique – car s’il y a bien une branche des études sur les rapports qu’entretiennent littérature et politique qui soit reconnue, célébrée, enseignée, comme un répertoire et un repère majeur de l’histoire littéraire, c’est celle qui mobilise spécifiquement le terme d’engagement. Autrement dit, la question posée ici ne vole pas seule et surtout pas de manière innocente dans le ciel des idées  : montrer qu’il y a bien un engagement féministe dans les années 1970-1980, c’est d’une part nourrir et approfondir l’histoire et la théorie de l’engagement littéraire, et d’autre part c’est donner une place canonique à ce moment littéraire qui, particulièrement dans le contexte français, continue d’être globalement appréhendé comme mineur.

Mais je suis encore très française en expliquant tout cela, puisque ces constats valent moins au Québec : où la notion d’engagement est moins cruciale, où les études de genre en littérature ont une place institutionnelle reconnue depuis assez longtemps, enfin où les autrices dont je traite dans ma thèse ont pour certaines d’entre elles — peu tout de même — intégré de longue date le canon de l’histoire littéraire québécoise la plus enseignée et transmise.

L’enjeu comparatiste est cependant lui aussi majeur dans cette thèse, puisqu’il s’agit aussi de montrer que l’histoire de « la » littérature engagée, nommée telle, à ce moment-là de l’histoire littéraire transatlantique, dépasse les frontières de la France, se cristallise et s’interroge sous de nouvelles formes dans des contextes à la fois très proches et très lointains. Le fait qu’on parle de cultures si proches l’une de l’autre, notamment par le fait de la langue, est ici précisément ce qui permet de penser un décloisonnement de la notion d’engagement : puisque c’est bien elle, précisément elle telle qu’elle est historiquement et conceptuellement située en langue et histoire française, que l’on retrouve, métamorphosée et retravaillée par les autrices féministes québécoises des années 1969-1985.

Par-delà ces considérations, le choix d’une restriction à un corpus francophone franco-québécois se justifie par l’existence d’un réseau littéraire transatlantique remarquable d’un point de vue historique – que les travaux de Paula Ruth Gilbert, de Karen Gould et de Miléna Santoro avaient commencé à explorer déjà. En montrant comment le moment féministe des années 1969-1985 forme un nœud et un pivot essentiel entre différents régimes épistémologiques, historiques et politiques d’appréhension du monde – notamment parce que « l’engagement » est une notion surtout localisée en France, mais le « genre » comme domaine d’étude, une notion, elle, surtout localisée sur le territoire nord-américain –, il s’agissait aussi pour moi de proposer des pistes pour une meilleure prise en compte des branches de recherche québécoises et états-uniennes dans la recherche française sur la notion d’engagement. Il y a là des traditions qui gagneraient à être réconciliées et qui peuvent l’être à partir du moment où l’on comprend mieux le lieu historique de l’embranchement où elles ont divergé.

 

L’ampleur du corpus : choix méthodologiques

Bon. Ces hypothèses et partis pris méthodologiques posés, il faut parler du travail sur le corpus. Il est en effet constitué par un mélange de textes de fictions et récits – romanesque et poétique essentiellement, avec quelques pièces de théâtre et quelques textes de type autobiographiques –, et d’ouvrages plus théoriques ou militants – essais, articles de journaux et revues. Il faut le dire, ce partage, avec prudence, car l’une des particularités majeures des écritures féministes des années 1969-1985 tient aussi au fait que les plus « littéraires » des œuvres ne se départissent jamais ni d’un discours politique (je suis tautologique ici : c’était la condition sine qua non de leur intégration au corpus), ni d’un discours méta-poétique portant sur le sens esthétique, poétique, philosophique que les écrivaines donnent à leur propre travail.

L’un des enjeux concrets de l’écriture de cette thèse, et l’une de ses difficultés en même temps, était précisément de donner à entendre ces voix théoriciennes. C’est-à-dire que si, d’une part, l’enjeu théorique et comparatiste – où se situe ma voix –, était de signaler l’ampleur d’un moment de conceptualisation fort de l’engagement, d’en tracer les lieux, d’en problématiser et historiciser les perspectives, d’autre part l’enjeu féministe que j’ai aussi souhaité embrasser (comme méthode critique de recherche et de rédaction) était de souligner la multiplicité et le bouillonnement de ces voix à la fois proches et différentes les unes des autres, mais ordinairement mal connues, ou précisément écrasées dans un même magma douteux « écritures-femmes », ou « écritures féministes » – « étiquettes » vite réductrices que les écrivaines déplorent souvent, à l’époque comme aujourd’hui. Le risque de cette combinaison d’enjeux différents était de faire perdre le fil théorique, de le noyer ; comme de ne pas parvenir à suffisamment détacher ma voix de l’ensemble de celles dont je rendais compte, c’est-à-dire d’échouer à distinguer ce que les écrivaines disent qu’elles font, et mon analyse potentiellement divergente, en tant que chercheuse et critique, de ce qu’elles font effectivement à mes yeux. Cette difficulté était clairement redoublée par le fait de cette omniprésence du discours théorique dans leurs œuvres : tout au long du travail s’est maintenue la tentation d’analyser le corpus comme un vaste discours féministe sur la littérature, plutôt que comme un ensemble disparate d’œuvres féministes.

D’un point de vue méthodologique, un élément a pesé également, qui est le choix de mon outil de travail ; il s’est avéré à double tranchant. Le corpus de texte initial était réuni sur des critères simples : il s’agissait de repérer toutes les œuvres publiées dans un certain intervalle de temps (finalement 1969-1985, après des hésitations) par des autrices explicitement engagées dans les mouvements des femmes, ou bien par des autrices éditées dans des maisons, elles, explicitement engagées dans les mouvements des femmes. Cet ensemble, déjà clairement balisé par les travaux d’Isabelle Boisclair, de Lori Saint-Martin, de Delphine Naudier et Audrey Lasserre – en particulier mais pas seulement, et puis je l’ai augmenté en orientant mon travail vers la prise en compte du lesbianisme –, comptait plusieurs centaines d’œuvres, entre 400 et 500. Le véritable corpus est ensuite issu d’un travail de lecture qui a permis d’établir lesquelles portent vraiment directement un discours que l’on peut dire féministe – explicitement engagé dans la cause des femmes en tout cas, et prioritairement adressé à d’autres femmes ; je tombe à ce moment-là à environ 200 œuvres, d’intérêt inégal, concernant environ 80 autrices. Toutes n’ont pas finalement figuré dans la thèse, même si je me suis efforcée d’en mentionner le plus possible au moins une fois, afin de rendre compte de ce paysage global.

Ce travail sur un corpus de telle ampleur a nécessité, pour moi, la mise en place d’un outil de gestion que j’ai développé sur mesure, et que j’ai nommé Litote au moment où je me suis aperçue qu’il pouvait avoir un vrai avenir potentiel de logiciel utile à d’autres que moi ; cet outil m’a permis de stocker et référencer mes notes, les extraits de textes qui me paraissaient intéressants et les ébauches d’analyse que je pouvais en faire, accompagnant ainsi mon travail de 2019 à 2023 – c’est une grosse base de données qui n’a cessé d’augmenter jusqu’à aujourd’hui.

Cet outil est précisément ce qui m’a permis de combiner enquête théorique de fond, panoramique, également enquête comparatiste, de mise en réseau et correspondances, et enquête de détail au niveau de la micro-structure des textes, pour m’assurer de rester vraiment le plus précise possible dans mes analyses. Ce fonctionnement basé sur une analyse des textes au sens étymologique du terme – découpage, décomposition, extraction des différents composants – entraîne cependant parfois une difficulté à saisir les unités poétiques que constituent chacune des œuvres : comme je viens de le souligner, c’était d’emblée une difficulté posée par le corpus de textes, elle s’est trouvée redoublée par ma méthode de travail. Ainsi, il a fallu lutter, jusqu’au bout, contre une tendance à homogénéiser le corpus des textes.

 

Parcours

Si je retrace à grands traits le parcours proposés dans ce travail, il me semble avoir prouvé assez solidement que les écrivaines féministes françaises et québécoises des années 1969-1985 ont effectivement pensé et théorisé l’engagement littéraire, dans la continuité de ce qu’il avait pu être dans les décennies qui les précédaient, dans des contextes historiques et culturels qui n’étaient plus tout à fait les leurs. Loin d’être des années de désengagement, comme il est parfois expliqué à partir des positions prises notamment par Roland Barthes ou par des groupes d’avant-garde dont Tel Quel représente l’exemple prototypique, les années 1970 sont, du côté des femmes au moins, un moment crucial de l’histoire de l’engagement au contraire, un chaînon jusque-là deviné mais concrètement manquant dans la littérature critique. La notion a été investie, reproblématisée – notamment à l’aune d’une lecture féministe du concept existentialiste de « situation », puis en fonction de l’élaboration du concept de « genre ».

L’engagement littéraire ne correspond guère alors aux écritures dogmatiques et autoritaires auxquelles elle est parfois assimilée pour pouvoir valoriser, par contraste, des littératures contemporaines supposément plus nuancées ; elle ne correspond pas non plus à une histoire politique de la littérature, qui s’attacherait aux liens qu’entretiennent les écrivain·es avec la vie institutionnelle et politicienne de leur pays. La notion historique d’engagement est bien entendu liée à ces domaines, mais propose prioritairement de demander ce que « peut » la littérature, ou bien ce qu’elle « sait » du monde qu’elle contribue à décrire : elle est foncièrement plus interrogation que réponse. Les littératures féministes permettent de rappeler cette dimension d’abord éthique et critique de l’engagement : parce qu’elles sont expérimentales plutôt que dogmatiques elles-mêmes – en dépit de la réputation qui leur a progressivement été faite au cours des dernières décennies –, et parce qu’elles chargent la littérature d’être outil d’exploration d’autres possibles de la langue et des représentations.

À la fin donc, s’il n’apparaît ni possible ni pertinent de définir un style, un genre, ou un esprit singulier qui définirait ce moment, ce sont des dynamiques critiques et théoriques – esthétiques au sens fort –, qui émergent. J’ai identifié, en conclusion de la thèse, quatre paradigmes théoriques liés à la notion de « situation » permettant de comprendre l’engagement féministe à partir de questionnements communs. Le premier est linguistique et discursif, puisque les écrivaines doivent inventer des manières de devenir sujets de l’écriture. Le second est épistémologique, puisqu’elles réfutent la pseudo-objectivité de savoirs humains pensés au masculin, et imaginent des manières de remettre les sciences humaines sur le métier, mi-sérieuses mi-fantaisistes. Le troisième paradigme est narratologique : en travaillant le point de vue et l’oblique, la construction des récits et des textes poétiques constitue l’écriture littéraire en relai et support de ces réflexions épistémologiques globales. Enfin, c’est un paradigme ontologique : la question de l’identité « femme » ne cesse jamais de poser problème ; d’un côté, elle structure l’engagement lui-même, tant du côté de l’autrice que de son public ; de l’autre, elle est censée être précisément déstabilisée, réorientée, contestée, parfois détruite, par le processus même de l’écriture.

Cette réflexion sur la notion de situation s’articule en outre à une théorisation de l’action littéraire. Ici encore, trois réorientations théoriques me semblent synthétiser la spécificité de ce moment particulier de l’histoire de l’engagement. Il s’agit premièrement d’une nouvelle problématisation de la responsabilité de l’écrivain·e envers son public et son époque : les textes heurtent, ils soignent aussi, ils rendent vulnérables aussi bien autrices que lectrices ; ils avertissent sur les dangers d’une dénonciation trop brutale, ou de développements trop autoritaires de l’engagement. Deuxièmement, les pragmatiques féministes passent par une réappropriation concrète de l’espace littéraire, questionné au regard de ses logiques hégémoniques, de ses valeurs et de ses canons. C’est ainsi une nouvelle scène littéraire de l’engagement qu’elles dessinent progressivement, essentiellement conçue comme un espace « entre femmes », réponse politique et littéraire à la structure « entre hommes » constitutive des littératures occidentales canonisées. Troisièmement, les écritures féministes proposent une réconciliation entre principes d’écriture et de positionnement avant-gardistes et intentions politiques de libération concrète et immédiate, adressées à un public le plus vaste possible. Ce positionnement hybride correspond à l’utopisme spécifique des mouvements féministes, mi-pragmatique mi-idéaliste.

 

Conclusion – ouverture

Pour finir et ouvrir la discussion, il me semble que je peux dire un peu ce que je pense avoir réussi dans les à-côté et modestes modalités de ce travail scientifique. Il me semble que j’ai réussi à tenir et démontrer au long de la thèse le principe selon lequel le féminisme est plus un lieu critique qu’un corps de doctrine. La littérature engagée féministe, loin d’être une catégorie limitante et minorisante, prend sous ce jour un sens de démarche active et ouverte. Cela me fait aboutir à l’idée que la recherche elle-même est un lieu d’engagement, et l’écriture de cette thèse, comme tout ce que j’ai pu mener d’autres projets de recherche en parallèle, me le confirment. Comme le dit initialement Sartre, avec Pascal : qu’on le veuille ou non, on est engagé·es, embarqué·es au moins : ce qui ne signifie pas du tout qu’il faille « militer » dans sa recherche – plus j’avance et plus je pense que ce serait en effet, pour moi au moins, une erreur –, mais cela signifie que les formes, contextes, méthodes qu’on se choisit en recherche n’ont rien d’anodin, et qu’il est possible de penser le féminisme comme espace critique aussi par là : cela concerne, à la fin, autant les choix qu’on opère entre travail individuel et travail collectif, entre travail bénévole et travail rémunéré, entre tel ou tel choix de posture, de pratique citationnelle, que ceux qu’on fait en enseignant… que l’élection d’un logiciel de traitement de texte. Parmi les autres motifs de satisfaction que j’ai à l’issue de cette thèse, se trouve le fait que j’ai veillé à ne pas tomber dans le défaut souvent signalé aux études de genre (souvent abusivement à mon avis, cela dit), défaut qui consiste à adopter un ton « revanchard », à préférer les signalements de vertu au respect et au dialogue entre différents travaux universitaires. Je suis heureuse également d’être parvenue, je crois, à rendre compte de différents courants du féminisme sans (trop) marquer mes préférences. Peut-être jugerez-vous au contraire qu’elles sont aisément lisibles (il est vrai que Monique Wittig occupe une place prépondérante dans ce travail… mais je crois que c’est surtout pour d’autres raisons, nous pourrons en discuter !) ; pour ma part je suis contente d’avoir découvert des textes et des dialogues bien plus complexes, tant sur un plan littéraire que sur un plan théorique, que ce à quoi m’avaient préparée des lectures critiques positionnées un peu « loin des textes ».

Voilà le bilan que je peux faire, en remerciant ici encore toutes les personnes qui m’ont accompagnée pendant ces cinq ans, et tout particulièrement, évidemment, Anne Tomiche, dont l’exigence et la présence m’ont été extrêmement précieuses depuis 2018.

 

 

Notes :



Citer ce billet
Aurore Turbiau (2023, 29 novembre). Et donc, docteure : ép. 1/2, le discours de soutenance. Littératures engagées. Consulté le 13 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/oe16

  1. Source : « Baisse du nombre de premières inscriptions en doctorat en 2022 en particulier dans les domaines scientifiques », note flash du SiES, n°11, juin 2023, p. 2. URL : https://www.enseignementsup-recherche.gouv.fr/sites/default/files/2023-07/nf-ed2022—version-juillet-2023-28792.pdf. []

Aurore Turbiau

Docteure en littérature comparée, actuellement ATER en littérature française et études de genre (Université Lyon 2 Lumière, Passages). Spécialiste sur le sujet des littératures politiques des années 1970-1980, spécialement féministes et lesbiennes, entre la France et le Québec.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search