Litote : à propos d’une appli de gestion de corpus et d’aide à la rédaction

Bon ! Après 5 ans de thèse, deux mois de confusion post-été-horriblissime pendant lesquels il a fallu naviguer entre fatigue, rentrée d’ATER en mode turbo (trois villes maintenant !!) et mise à jour, enfin, de mes bricolages informatiques associés à la thèse… je suis heureuse de pouvoir finalement présenter Litote !

Je trépigne 🙂 Double accouchement de fin de doctorat, en fait : le pavé de la thèse (la vraie fierté) et ce “logiciel” (le bonus) qui n’en est pas encore un, qui pourrait le devenir, dont je peux au moins faire la démonstration dès à présent en attendant de pouvoir donner plus d’envergure à son code.

Si vous avez bien suivi, il s’agit de la version à peu près aboutie du programme que j’ai commencé à développer en 2018-2019, lors de ma première année de thèse : il servait au début à stocker, référencer, manipuler les extraits d’œuvres que je consultais en dépouillant mon corpus de thèse ; en cours de route, je l’ai adapté afin qu’il me serve aussi à ranger et visualiser mes brouillons (de rédaction, de communications, de publications…), de manière plus dynamique, et afin surtout qu’il puisse m’aider à organiser mon plan de thèse en classant progressivement les extraits que je voulais traiter ici ou là. Il est dédié, donc, à des projets de recherche qui nécessitent de manipuler de vastes corpus de textes.

 

Fonctions

Litote est un programme à usage avant tout personnel, à la manière d’un Zotero, d’un Tropy ou d’un (plus récent) Taguette1. Pour la petite histoire, le nom “Litote” — que Carla Robison et quelques ami·es m’ont aidée à trouver — a été choisi parce qu’il permet joliment de dire le va-et-vient entre grand et petit, analyse macro et micro, précisément ce lien malaisé qu’on cherche à bâtir en littérature comparée, en équilibristes ; c’est aussi le nom d’une des servantes de la reine Avanie dans Archaos de Christiane Rochefort, une œuvre centrale de ma thèse2.

En principe, Litote devrait pouvoir être adaptable à tout type de travail portant sur des corpus textuels, visant un grain plus fin que ce que permet Zotero. En pratique, pas encore, parce que je n’ai pas les compétences pour lui donner cette envergure-là. J’ai pu créer quatre projets Litote différents (deux personnels, un collectif qui devait servir aux phases préparatoires de l’écriture collective d’Écrire à l’encre violette3, un autre surtout, associé à la thèse de Carla Robison, toujours en cours de test et d’optimisation) : ces quatre projets m’ont permis de voir à peu près ce qui constituait la structure stable du programme d’un côté, et d’un autre ce qui devait pouvoir se régler dans des paramétrages personnels. Mais ce paramétrage, précisément, je n’ai pas la compétence ni le temps pour le coder moi-même : en somme j’ai préparé le terrain pour un meilleur développement qui permettrait vraiment de parler de logiciel…

Pour pouvoir en faire la démo sans dévoiler non plus l’entièreté du travail personnel amassé depuis cinq ans, j’ai décidé l’an dernier de coupler deux objectifs dans cette mise en ligne :

  • D’une part, la démo technique : non seulement vous trouverez toutes les explications nécessaires, des exemples de mise en œuvre, etc. sur la démo à proprement parler, mais sur le dépôt GitLab vous pouvez aussi avoir accès au code et à la structure des tables de données.
  • D’autre part, les annexes de la thèse : cette astuce m’a à la fois permis d’alléger la section “Annexes” de la version papier de la thèse en la déportant en ligne (elle fait 8 pages !) , et de pouvoir fournir un répertoire déjà ample de citations, de telle manière que cette mise en ligne puisse vraiment faire la démonstration des possibilités de Litote.

Ne sont ainsi disponibles en ligne que les extraits d’œuvres qui ont fait l’objet d’analyse au sein de la thèse (ça fait 1383 extraits quand même…) ; chaque vignette de citation renvoie précisément à la page à laquelle l’extrait est étudié. L’ensemble est déposé sur les serveurs d’HumaNum, afin que le rattachement du dispositif à un projet de recherche universitaire soit très clair, et afin qu’il reste pérenne et puisse être archivé.

 

Avertissements

En raison de ces différents points de départ, et avant de donner le lien de la démo, je dois donc formuler quelques avertissements :

1. Quant au code : il faut de l’indulgence, car moi je suis littéraire et n’ai aucune formation d’aucune sorte en informatique. Je n’ai pas toujours réussi à optimiser le code, il y a encore pas mal de séquences qui se répètent je crois, puis j’ai dû changer plein de choses au fur et à mesure des cinq ans, notamment les structures des tables… bref, il ne faut pas regarder de trop près. C’est du code spaghetti, comme dirait mon frère informaticien. Mais j’ai tout bien commenté !

2. Quant à l’interface : je ne maîtrisais pas suffisamment Javascript pour pouvoir créer un site réellement dynamique : dans l’interface graphique, c’est du PHP un peu lourdingue, qui fait beaucoup cliquer, avec du CSS en grand bazar, à cause duquel j’ai dû souvent m’arracher les cheveux. Il me reste des améliorations à faire, notamment pour que le site soit visualisable sur smartphone. Mais l’essentiel je l’ai : ça marche !

3. Quant aux droits d’auteurs : vraie importante question, à laquelle j’ai réfléchi avec quelques personnes des services humanités numériques4 et affaires juridiques de Sorbonne Université. Les modalités légales de mise en ligne sont expliquées sur le site, mais pour faire bref, il semble qu’un tel cas ne se soit jamais vraiment présenté (pas de jurisprudence donc), et il semble aussi qu’on puisse faire valoir le même usage du droit que pour l’écriture d’une thèse de littérature en soi, à savoir le respect du régime de la courte citation tel que prévue par l’article L. 122-5 du code de la propriété intellectuelle dans la mesure, strictement, où l’ensemble des citations ne rend compte que de fragments épars et relativement courts des œuvres, et où ils sont directement associés à une analyse (délocalisée, mais liée par référencement et, à terme5, par lien hypertexte direct vers le texte).

4. Quant à ma recherche : second niveau de “droits”, bon, ce sont les miens. Il n’est pas très facile de publier un tel travail, parce que je rends mon travail vulnérable à pas mal de pillage en donnant ainsi accès aux récoltes de mes recherches de plusieurs années en bibliothèques et archives. Partisane de l’ouvert et du libre je suis, mais je sais aussi à quels risques on s’expose… Comme pour ce que je publie ici sur ce carnet, je compte sur l’honnêteté des visiteurs et visiteuses (sur leur éthique citationnelle ? voir Sara Ahmed…) : je suis très heureuse de pouvoir partager, à condition que le travail soit respecté. En l’occurrence c’est facile : chaque citation renvoie à au moins une pagination liée directement à ma thèse, il suffit de la citer elle6.

Voilà voilà ! Il me reste à vous donner le lien, faites-en bon usage :

[Update décembre] : Et pour l’installation j’ai créé un tuto par ici.

 

 

Notes :



Citer ce billet
Aurore Turbiau (2023, 7 novembre). Litote : à propos d’une appli de gestion de corpus et d’aide à la rédaction. Littératures engagées. Consulté le 13 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/oe15

  1. Concrètement, Taguette, qui a commencé à être développé au moment où je commençais ma thèse et que je découvre seulement maintenant, remplit la première des fonctions que j’ai voulu attribuer à Litote, celle du tri des extraits. []
  2. Je découvre aujourd’hui que le nom est déjà occupé par un site Internet : “jeu éducatif qui encourage les enfants à la lecture, en leur proposant de répondre à des quiz en ligne sur des livres qu’ils ont lus”. Pas mal comme coïncidence ! []
  3. Spoiler, ça n’a pas été très utile à l’époque. []
  4. Je veux notamment remercier ici Cécile Arènes ! []
  5. Dans six mois, à peu près. []
  6. S’il vous faut la ref : Aurore Turbiau, “Pensées et pratiques féministes de l’engagement littéraire (1969-1985, France, Québec)”, thèse de doctorat en littérature comparée menée sous la direction d’Anne Tomiche, Sorbonne Université, soutenue en novembre 2023. []

Aurore Turbiau

Docteure en littérature comparée, actuellement ATER en littérature française et études de genre (Université Lyon 2 Lumière, Passages). Spécialiste sur le sujet des littératures politiques des années 1970-1980, spécialement féministes et lesbiennes, entre la France et le Québec.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search