Le mot “Cyprine” : Wittig ou pas Wittig ?

Couverture de l’édition originale du Corps lesbien, en 1973 : le mot “cyprine” est le premier à apparaître dans la liste de ceux qui déclinent ce “corps lesbien” à définir.

 

Vous connaissez, j’imagine, le mot “cyprine” : il n’est pas connu partout, mais en gros, il me semble que tout le monde commence à savoir que c’est à peu près le mot noble pour dire “mouille”, donc pour désigner l’un des fluides sexuels de l’excitation “féminine” (cisféminine disons). D’où vient-il ?

Le mot se répand selon lequel Monique Wittig en serait la créatrice, en 1973 dans Le Corps lesbien : c’est un peu faux ; mais c’est intéressant quand même. À partir d’une recherche sur Gallica, quelques éléments de réponse 👇

D’abord, non, Monique Wittig n’a pas inventé le terme. Ce qu’elle a fait, dans Les Guérillères en 1969 puis surtout dans Le Corps lesbien en 1973, c’est qu’elle l’a inscrit en littérature “admise” : pour la première fois peut-être en effet1, il apparaît valorisé en tant que mot appartenant au lexique officiel de la langue française, hors du registre pornographique. C’est ce qui explique que le nom de Wittig soit parfois cité dans les dictionnaires comme premier exemple de l’utilisation anatomique du terme : c’est que l’usage veut qu’on évite les sources pornographiques dans les trésors de la langue française.

Cela dit, c’est sur le tard que le mot “cyprine” s’est mis à désigner un fluide sexuel. “Cyprine”, au départ et principalement, est l’un des surnoms de Vénus/Aphrodite : on le croise très souvent dans ce sens au travers de l’histoire de la poésie française — d’ailleurs, plus souvent, sous la forme de “Cypris” (Kupros pour Aphrodite chez Sappho), dont Cyprine est le dérivé adjectival pour désigner d’autres que Vénus elle-même (qui ressemble à Venus). Cypris renvoie aussi à Chypre, où l’on dit qu’est née la déesse.2. Le surnom renvoie soit à l’idée glorieuse et mythologique de la figure antique de l’amour, soit à l’idée plus spécifique du désir qu’elle signifie, traité sur un ton plus ou moins grivois — il me semble que plus on se rapproche du XIXe siècle, plus Cyprine apparaît lubrique. Mais le mot a des homonymes. Sous la forme de substantif, il peut aussi renvoyer à d’autres sens : principalement à certains types de coquillages bivalves, notamment aux praires d’Islande, mais aussi à une pierre précieuse de couleur bleue3, à certaines espèces de capres (à cause de la couleur et de la forme des écailles), ou bien à une maladie de peau (qui forme, elle aussi, des écailles nacrées), ou bien encore à une huile de couleur oxydée. Entre certains de ces référents, on peut imaginer des liens. Y a-t-il un rapport direct entre l’idée de Vénus et celle du coquillage ? Évidemment on peut penser à Vénus naissant de sa conque, dans l’écume de la mer de Chypre4. Entre Vénus et le fluide sexuel féminin, on a aussi le sperme et le sang du sexe coupé d’Ouranos, dont elle naît ; ce sont les premiers éléments sans doute. C’est peut-être, par glissements progressifs entre l’idée de la déesse amoureuse, celle du coquillage, celle de la couleur nacrée, ce qui a fini par aboutir au sens sexuel de la cyprine.

Quant au sens clairement sexuel du mot, on peut l’attester au moins en 1907, année où paraît un ouvrage de littérature érotique “lesbienne”5 intitulé Par le fouet et par les verges. Passions de jeunes miss, rédigé par un certain “Tap-Tap”6. Ce volume, qui “ne doit pas être exposé à la devanture des librairies”, use abondamment du terme et sans la moindre ambiguïté quant au sens qu’il lui donne : on y parle éjaculations abondantes, cunnis et gougnottages divers. L’usage du terme a l’air de couler de source7, donc j’imagine que Tap-Tap n’en est pas l’inventeur lui non plus. Sur Gallica, je n’ai cependant pas trouvé d’occurrence préalable qui soit absolument claire. J’ai trouvé la littérature érotique d’Adolphe Retté, dont un texte en 1898 me semble suggérer assez fortement que le sens sexuel du terme est déjà admis, puisqu’en contexte érotique il est question d’une fleur odorante, qui éclot au cœur de la chair “en songe de Cyprine” : officiellement la majuscule indique qu’il s’agit toujours de Vénus, mais on peut deviner cet autre sens8. Il est peut-être possible aussi — je pose l’hypothèse, mais en vingtiémiste je suis peut-être trop maladroite — que le sens sexuel du mot “cyprine” se trouve déjà chez l’abbé de Brantôme au XVIe siècle. Il est connu pour son goût de l’érotisme, de fait ; dans un poème, le “vif flambeau” du regard d’une jeune femme est comparé à un autre “flambeau qui tient, ici, la même place / Que celui-là dont la Cyprine luit”9 ; je me demande si dans ces vers on ne peut pas lire quelques références anatomiques un peu précises… j’admets que c’est pousser un peu loin le sens d’un blason assez standard par ailleurs, où l’imaginaire érotique est évidemment présent, mais peut-être pas tant, tout de même, ce sens-là de “Cyprine”.

En tout cas, donc, le sens sexuel du terme est attesté depuis au moins le début du XXe siècle, et il existait probablement avant. Notons maintenant que si l’on fait la liste des dictionnaires qui, aujourd’hui, mentionnent ce sens désormais courant, on tourne vite court encore : Le Robert, toujours au plus près des usages, établit clairement ce sens ; pour le Trésor de la Langue Française, en 2023, le terme n’existe toujours que sous son acception minérale10 — ne parlons pas du dictionnaire de l’Académie française, qui a traité la lettre C il y a fort longtemps et n’est pas encore près de revisiter sa notice11. “Quant à la cyprine, tant le Sexeur que la sexisée en ignorent le plus souvent le nom et l’existence”, rappelait Michèle Causse en 200012 : il semble que le constat soit toujours vrai. Des initiatives militantes se chargent de répandre le mot, et de le compléter par d’autres : je renvoie notamment à l’intéressant travail des Infemmes, qui invente notamment “perline” dans son “Antisèche du clito”13

Monique Wittig, donc, ne l’invente certainement pas ; mais il n’est pas anodin qu’elle le récupère dans un contexte érotique ou pornographique.

Chez Monique Wittig, le mot “cyprine” figure une fois dans Les Guérillères (“Elles disent que la cyprine a été comparée à l’eau de mer iodée salée”), puis de multiples fois dans Le Corps lesbien. Pour elle, il s’agit de donner des lettres de noblesse à un mot tabou : c’est-à-dire connu mais dissimulé dans l’usage du français. Le Brouillon pour un dictionnaire des amantes le reprendra ensuite, bien que le terme n’ait pas d’entrée réservée (il apparaît sous les rubriques “Avaler”, “Butiner”, “Nectar”, “Pluie”) ; dans la version anglaise du texte, cependant, il a droit à une section spécifique14. Catherine Écarnot souligne que cette présence ambiguë fonctionne au sein de la poétique de la lacune wittigienne, qui est en même temps “une sorte de litote : de même que l’entrée consacrée à Sappho est muette mais que la poétesse est fréquemment citée dans les autres articles, “cyprine” et “clitoris”, sont parmi les termes les plus employés dans Le Brouillon, mais ne font pas l’objet d’une définition, c’est une façon de souligner leur importance.”15

Ainsi, dans Le Corps lesbien, comme l’analyse Annabel Kim, la masse lexicale des mots relevant du vocabulaire anatomique a pour mission de purifier ce langage pornographique : en délivrant les mots décrivant le corps des femmes de leur charge idéologique, et en instaurant une distance clinique entre eux et les lectrices et lecteurs16. Cela correspond à un engagement spécifique à “réactiver” le sens des mots pour faire de la langue française une langue enfin un peu accueillante envers les femmes et les lesbiennes, engagement notamment explicité dans le Brouillon pour un dictionnaire des amantes, par Monique Wittig et Sande Zeig :

À cause de tous les déplacements de sens, glissements de sens, pertes de sens que les mots ont tendance à subir, il arrive un moment où ils n’agissent plus sur la ou les réalités. Il faut alors les réactiver. Ce n’est pas une opération simple et elle peut prendre toute sorte de formes. […] Les porteuses de fables changent sans arrêt de place. Elles racontent, entre autres, d’une place à l’autre les métamorphoses des mots. Elles-mêmes changent les versions de ces métamorphoses, non pas pour rendre les choses plus confuses mais parce qu’elles ont enregistré ces changements. Ils ont pour conséquence d’éviter pour les mots une fixation de sens.17

Le texte, chez Wittig, bombarde : c’est notamment parce que tout un tas de termes anatomiques spécifiques jouxtent celui de “cyprine” que celui-ci peut être libéré de sa “gangue” de discours pornographique et mythologique, pour prendre finalement pleinement un sens de fluide sexuel, nettoyé, réapproprié18. C’est typique du travail que Monique Wittig mène sur la langue : elle n’a certainement pas inventé le mot, mais elle a fait en sorte de le libérer.

 

Notes :



Citer ce billet
Aurore Turbiau (2023, 6 août). Le mot “Cyprine” : Wittig ou pas Wittig ? Littératures engagées. Consulté le 13 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/oe14

  1. Encore que sur ce point je fasse confiance au fait que c’est ce que tout le monde dit, et que je n’ai pas personnellement trouvé d’autre information, mais peut-être trouvera-t-on des exemples antérieurs. []
  2. Merci Camille ! []
  3. Du latin cyprium qui signifie cuivre : on renvoie à l’idée d’oxydation. []
  4. Par ailleurs l’image du mollusque peut convoquer celle du sexe de Vénus, je ne sais pas trop, je n’ai pas trouvé de source qui établissait clairement ce lien. []
  5. La preuve qu’il faut se méfier de l’usage qu’on peut faire de cette catégorie en histoire littéraire… []
  6. Tap-Tap, Par le fouet et par les verges. Passions de jeunes miss, Paris, Isidore Liseux, 1907. Sur Gallica : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k11747690/ []
  7. Oui, bon… []
  8. Adolphe Retté, « Mademoiselle Fleur », dans Œuvres complètes, Paris, Bibliothèque artistique et littéraire, 1898, p.  159-181, p. 174. Sur Gallica : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k816773/f175.item. []
  9. Pierre de Bourdeille seigneur de Brantôme, « CXI. À la même », dans Poésies inédites de Pierre de Bourdeille, seigneur abbé de Brantôme, Paris, Imprimerie A. Lahure, 1880, p.  85. Sur Gallica : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k58373711/f90.item. []
  10. Pierre précieuse de couleur bleue donnant la réaction du cuivre” – voir https://www.cnrtl.fr/definition/cyprine. []
  11. Elle a manifestement été créée lors de la cinquième édition : “Nom que les Poëtes donnent à Vénus”, nous n’en saurons pas plus ; la notice “Cyprin” évoque le poisson quant à elle. Voir https://www.dictionnaire-academie.fr/article/A5C3176. []
  12. Michèle Causse, Contre le sexage, Paris, Balland, 2000, p. 310. []
  13. Et merci Florence ! Voir “L’antisèche du clito”, “Fluides brûlants” : http://lesinfemmes.blogspot.com/2015/12/lantiseche-du-clito-fanzine-fluides.html. []
  14. Anna Fabrizzi fait de cette différence un argument en faveur de la distinction entre les deux œuvres : Lesbian Peoples n’est pas exactement une traduction du Brouillon. Voir Anna Fabrizzi, « Brouillon pour un dictionnaire des amantes et Lesbian peoples. Material for a dictionary : une œuvre en deux langues ou deux œuvres distinctes ? », sur Dictionnaire du Genre en Traduction, mars 2023. En ligne : https://worldgender.cnrs.fr/notices/brouillon-pour-un-dictionnaire-des-amantes-et-lesbian-peoples-material-for-a-dictionary-une-oeuvre-en-deux-langues-ou-deux-oeuvres-distinctes/. []
  15. Catherine Écarnot, L’Écriture de Monique Wittig. À la couleur de Sappho, Paris, L’Harmattan, 2002, p. 96-97. []
  16. « As Wittig commented, she intends for this lexical mass to purify pornographic language, to strip the words used to describe women’s bodies of their ideological charge and inject a clinical distance between them and the reader » Annabel L. Kim, Unbecoming Language. Anti-Identitarian French Feminist Fictions, Colombus, Ohio State University Press, 2018, p. 198, ma traduction. []
  17. Monique Wittig et Sande Zeig, Brouillon pour un dictionnaire des amantes, Paris, Grasset, 2011 (1976), p. 153-154. []
  18. Par ailleurs, où le sens sexuel du terme est absent mais où le contexte saphique est présent de manière légèrement troublante, on trouve déjà des éléments intéressants chez Clotilde de Surville (XVe siècle). Sainte-Beuve rapporte dans ses Poètes et romanciers modernes de la France, à propos de sa Clotilde, ces vers : “Là m’enseigna les secrets de Cyprine / Cette Sapho qui brûla pour Phaon”. On parle bien des figures mythologiques, et des îles grecques sur lesquelles un certain savoir féminin (hétérosexuel) est transmis ; néanmoins, la proximité entre Cyprine et Sapho est frappante ! Voir Charles-Augustin Sainte-Beuve, « Poètes et romanciers modernes de la France », dans La Revue des Deux Mondes, n° 28, 1841, p.  353-376, p. 371. []

Aurore Turbiau

Docteure en littérature comparée, actuellement ATER en littérature française et études de genre (Université Lyon 2 Lumière, Passages). Spécialiste sur le sujet des littératures politiques des années 1970-1980, spécialement féministes et lesbiennes, entre la France et le Québec.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search