Rédaction : brouillons de chapitres

Très “instagrammable” et très “inspiration porn”, non ?

 

Petit point de “pause” entre deux chapitres : j’arrive à la fin de mon brouillon de thèse global, et je propose de parler un peu, dans ce billet, d’une méthode de travail que j’ai utilisée pour cette première étape et qui s’est avérée hyper efficace pour moi. J’ai besoin de poser un certain nombre d’avertissements cela dit avant de commencer :

  • D’abord, c’est ma méthode, que je propose dans le but de donner des idées parce que l’expérience a montré que c’était utile à d’autres qu’à moi1, certainement pas pour parader et encore moins pour suggérer que des méthodes seraient meilleures que d’autres : vous-mêmes vous savez, tout ceci est très idiosyncrasique, ce qui marche pour une personne ne marche pas pour d’autres. Le fait d’écrire des billets sur ces sujets crée un biais car j’essaie de parler de ce qui me semble le moins “lieu commun”, c’est-à-dire de trouver les points où je pourrai apporter quelque chose de neuf : forcément, ça donne des choses qui ne sont pas applicables partout pour tout le monde. Que ce soit dit !
  • Ensuite, c’est un billet un peu particulier parce que cette fois, il implique des éléments qui me semblent peu accessibles : je vais parler d’outils que je me suis achetés pour pouvoir équiper mon travail, et mentionner de nouveau mes activités de programmation dont il est assez évident qu’elles ne peuvent pour le moment pas inspirer tout le monde en lettres. J’ai hésité à en parler, surtout pour le premier point, parce qu’il me semble que ça remue de nouveau la question douloureuse du (non) financement des thèses en lettres, et aussi parce que mes convictions écologistes et, disons, éthiques/politiques, m’ont laissée longtemps irrésolue — mais je vous laisse faire vos propres jugements.

Ceci étant dit, allons-y !

Plan de l’article :

 

Contexte

Pour la rédaction de thèse, que j’ai réellement entamée il y a 10 mois environ, je suis passée par différentes étapes.

D’abord, rédaction à la chaîne des premiers chapitres, pas hyper aboutis mais suffisamment quand même pour être nommés V1 plutôt que brouillons. Pas facile, l’angoisse de l’ampleur de la tâche quand on commence était vraiment présente ; j’ai dû mettre en place quelques outils pour m’auto-contraindre contre la procrastination, qui se sont avérés vraiment utiles bien que je ne les aie pas du tout utilisés de manière aussi psychorigide que ce que laisse entendre le billet écrit à l’époque.

Arrivée vers la fin du quatrième chapitre en V12, refonte obligatoire du plan. D’abord, j’étais au Québec à ce moment-là, en panique absolue en raison de l’aspect trop tardif de ce séjour, par rapport à mon travail de thèse global : c’est seulement alors que j’étais déjà en plein milieu de ma rédaction que j’ai pu accéder à un bon tiers de mon corpus de textes, et comprendre certains éléments culturels qui m’échappaient en tant que Française jusque-là. J’ai essayé de mener de front lectures, archives et rédaction, impossible, j’ai dû ralentir considérablement sur la rédaction pendant quatre mois. En plus, la découverte de nouveaux textes, et l’avancée dans la rédaction générale m’ont fait voir de manière claire que je partais pour une thèse de 1 500 pages, ce qui, bien entendu, n’était pas trop envisageable 🙃 J’avais un sérieux problème, à savoir l’inflation systématique de tous mes chapitres, prévus pour 35 pages, mais qui finissaient en 80, que je coupais en deux, qui gonflaient de nouveau jusqu’à 80, etc. Donc, refonte. Et pause, en fait : finalisation des archives, et vacances.

En septembre, j’ai pu reprendre. Cette fois, avec le fort besoin de finir, vite, de resserrer l’analyse, et d’avancer moins à l’aveuglette : c’est là où je veux en venir, les chapitres que j’ai rédigés depuis ne sont pas des V1 déjà assez bien abouties, mais des brouillons que je vais devoir beaucoup réécrire. Ils m’ont permis de vraiment m’assurer de la pertinence du nouveau plan3, d’avoir la vraie trame. Jusque-là, je travaillais avec un plan assez grossier et j’avançais avec ce souci d’inflation. Maintenant, à défaut d’un plan détaillé j’ai quatre chapitres quasi prêts, un brouillon complet pour les cinq autres, et donc une vraie prise sur l’articulation et l’ampleur générale du texte.

Ce brouillon, chapitre par chapitre, a pour but de constituer la matière première de la thèse : en fait, les extraits de texte et leur analyse, déjà rédigée, à peu près bien agencés. Il reste à vraiment refaire le puzzle avec cette matière rédigée pré-organisée, à coudre les bords, à garnir d’un peu de théorie et de littérature critique.

 

Outils : de quoi organiser

Je pense que pour des thèses monographiques ou des thèses à corpus relativement courts, ce dont je vais parler maintenant n’est pas hyper intéressant. Pour ce qui me concerne, la source de mes galères provient de l’ampleur beaucoup trop importante de mon corpus de thèse : j’ai dix autrices au “noyau” (cinq Françaises et cinq Québécoises, dont deux qui sont quand même moins prioritaires à chaque fois), et plusieurs dizaines d’autres au corpus secondaire ; une base d’environ 300-400 œuvres de pertinence ponctuelle, une quinzaine sur lesquelles je travaille vraiment plus à fond. C’est normal, je m’occupe d’un mouvement, et de notions qui tiennent plus de la théorie littéraire que de l’analyse précise des œuvres — je dois naviguer entre macro et micro, en gros.

Donc, je m’y perds : j’ai trop à brasser en même temps, ma mémoire n’est pas assez performante pour ça4 et j’ai beaucoup de mal à avoir une idée claire de ce que je vais traiter comme matière exactement dans chaque chapitre, alors qu’en revanche je sais assez clairement ce que je veux dire sur le plan argumentatif et théorique.

J’en ai déjà parlé moult fois, c’est un outil socle de tout mon travail : j’ai créé au tout début de ma thèse une base de données qui m’aide à stocker, organiser et rechercher les extraits d’œuvres qui me paraissent intéressants pour la thèse ; au moment de commencer à rédiger, je lui ai codé de nouvelles fonctions qui me permettent de manipuler le plan et les brouillons. Bon, justement : ça s’est avéré extrêmement efficace — mais alors, vraiment. Je suis certaine maintenant d’en faire quelque chose dans l’après-thèse : je suis en train de préparer une version de démonstration que je mettrai en ligne, normalement, cet été, qui devrait contenir quelques annexes de thèse, je vais aussi mettre le code et la structure de la base à disposition sur GitLab. Il faudra voir si de bonnes âmes se motivent à en faire une appli utilisable de manière plus large par d’autres doctorant·es, ou si un labo, par exemple, en fait un projet, il me semble qu’en tout cas la question se pose, que ça pourrait valoir la peine.

En tout cas, avec cet outil — mais transposez aux vôtres –, je peux regrouper tous les extraits d’œuvre que j’avais stockés par-ci par-là pour tel ou tel chapitre, telle ou telle section. J’ai procédé, à partir de là, d’ateliers de papeterie en séances d’inventaires. Besoin de me détacher de l’écran, parce que je fatigue, parce que mes yeux peinent de plus en plus, parce que la tentation de procrastiner est beaucoup trop forte : j’imprime, chapitre par chapitre, tout ce que j’ai stocké, pour le réorganiser5.

  • On découpe ;
  • On numérote ;
  • On essaie, pour chaque vignette, de voir à quel argument général elle pourrait se rattacher (on réinvente les arguments en fonction des vignettes, donc) ;
  • On re-trie la liste des idées en groupes correspondant à des sections de chapitre ;
  • On les remet dans l’ordre et après c’est bon, on travaille petit paquet après petit paquet.

Étape 1 de l’atelier papeterie : se mettre par terre et trier les bouts de papier en buvant du thé, noter deux trois choses au passage si besoin.

Étape 2 de l’atelier : trier les petits bouts de papier numérotés, en fonction de leurs regroupements possibles. L’autre exemple est dans l’image du haut de l’article. “Voilà le courrier” n’a aucun sens, c’était écrit sur mon cahier de brouillon, mais je n’allais pas sauter la page pour un si petit inconvénient.

Avantages : pas d’écran ! Travailler accroupie, prendre de l’espace, manipuler (avec les mains), griffonner, ça fait du bien. Utile aussi si comme moi vous avez le plan détaillé en horreur6 : ça organise dans le sens inverse, en partant de la matière pour arriver aux idées.

Inconvénients : ça consomme un peu de papier (pas trop cela dit : pour environ 140 citations dans ces cas-ci, 28 pages imprimées ?).

 

Outils : de quoi rédiger

Une fois que l’atelier papeterie est terminé, il faut rédiger, petit paquet par petit paquet. C’est là qu’intervient un outil dont j’ose à peine parler, comme je l’ai dit, mais allons-y quand même, au moins parce que son exemple permet d’aborder d’autres points plus accessibles et moins éthiquement gênants.

Avec les sous qui me restaient d’une bourse cette année, et parce que je me rendais au Canada7 j’ai investi dans une machine qui s’appelle la Traveler, de la marque Freewrite. Pas de mystère, je me suis fait attraper par les contenus sponsorisés qui m’ont spammée à un moment de grand désarroi doctoral : bravo aux marketeux8. J’ai eu peur de m’acheter un gadget inutile, et j’ai hésité devant le prix qui, honnêtement, même s’il était moins élevé au Québec qu’en France, me paraît démesuré par rapport au coût de fabrication (que j’estime au doigt mouillé par comparaison au coût d’une liseuse électronique) ; je n’aurais pas sauté le pas si je n’avais pas l’argent de cette bourse à dépenser, et cette opportunité géographique temporaire. En tout cas, pas de regret, ça s’est avéré mieux que gadget, et un luxe réellement utile.

Un mélange bizarre de fétichisme de la machine à écrire et d’outil de torture, cet outil. Il est destiné en principe aux écrivain·es, pour les aider à avancer dans la rédaction de leurs romans ; en pratique, j’ai l’impression qu’il est très ciblé vers des personnes qui entretiennent une nostalgie matérielle de l’objet machine à écrire ; un peu bling bling, en somme, une machine à écrire mais numérique, un outil de traitement de texte mais qui ne soit pas un ordinateur, une forme de distinction à la fois vintage et tech quoi !

Bon. En tout cas, c’est une machine qui a ces caractéristiques :

  • Hyper portable : légère, large et profonde comme un clavier d’ordinateur strictement (très peu profonde donc) ;
  • Écran e-ink sans rétroéclairage ;
  • Batterie très longue (quelques jours de rang : c’est lié à l’e-ink, comme pour une liseuse) ;
  • Wifi pour la synchronisation des fichiers sur ordinateur, mais aucun accès Internet sinon ;
  • Logiciel embarqué Sprinter, qui, comme une machine à écrire, permet d’écrire mais pas de corriger ni de mettre en page : obligé·es d’avancer.

Moi, j’ai vraiment des gros soucis de dispersion sur ordinateur, à cause des réseaux sociaux en particulier, dont l’attraction est devenue irrésistible depuis que j’ai commencé la rédaction. Couper Internet, mais le couper vraiment — pas juste le mode avion, qui m’aide aussi parfois, mais qui ne suffit pas toujours –, couper aussi l’accès à mes fichiers divers, ça m’aide. Je fais partie de la team “turbo-prof”, parce que j’habite à Besançon mais donne cours à Paris : je prends le train chaque semaine, et alors sur ce point, la Traveler s’est avérée vraiment hyper pratique — c’est beaucoup plus facile de la sortir et de rédiger vite fait deux trois paragraphes, que de sortir tout l’ordinateur, les câbles, etc. en serrant les bras pour ne pas embêter la voisine9. Pour l’écran, c’était un point important : depuis l’abcès à la cornée qui a pas mal mis en péril ma vision l’an dernier et qui m’a contrainte à vivre un mois dans le noir, je suis assez sensible à la lumière. L’e-ink, ça ne fait pas de lumière : c’est très reposant. Et puis, c’est compatible avec l’extérieur : pas de problème de brillance ou de luminosité de l’écran en terrasse. Enfin, pour le logiciel : incroyable.

J’arrête là la pub qui concerne spécifiquement la machine, pour les raisons que j’ai dites. Et puis je ne suis pas certaine que l’achat vaille la peine sur le long terme : une fois qu’on a fini d’écrire la thèse, alors quoi ?10 En revanche, pour le principe, il me semble qu’il y a de quoi réfléchir ; d’autres machines un peu antiques font à peu près le même job, d’après ce que j’ai pu voir en sondant Internet. Grosso modo, le plus utile c’est l’idée d’un outil anti-procrastination, qui oblige à écrire d’une traite sans possibilité de revenir en arrière : plein d’autres outils, conçus exprès ou bricolés, peuvent remplir ce rôle, je suppose11.

En tout cas, le logiciel embarqué est mis à disposition gratuitement12 sur le site marchand : Sprinter. Je l’ai utilisé avant de sauter le pas d’acheter la machine, et c’était déjà assez convainquant. Je l’utilise encore régulièrement quand je travaille sur ordinateur. Si vous souhaitez tester, il faudra renseigner une adresse mail, sur laquelle vos brouillons vous seront envoyés (mais je préviens, ça spamme assez). Et puis, je suis certaine que la même chose peut exister hors site marchand si quelqu’un·e la code 👀 car ça ne doit vraiment pas être très sorcier13

Le principe est donc simple : vous pouvez écrire, en texte brut, autant que vous voulez, mais vous n’avez jamais le droit de revenir en arrière. Pour ça, il faudra copier-coller votre texte, après, dans votre traitement de texte ordinaire, et puis le remettre en forme et le travailler — si vous utilisez une syntaxe markdown, ça peut vous avancer le travail14. Mais vous aurez votre premier jet : exit l’angoisse de la page blanche (enfin, à peu près), exit le souci de ne pas produire des phrases parfaites, exit le risque de s’attarder sur des détails en oubliant le global.

Ce qui m’a fait penser, au départ, que ce mode d’écriture pouvait me convenir, ça a été de repenser à l’époque des dissertations : en disserts, on rédige d’un jet, sans corriger (ou à peine) — et on s’en sort, ça a du sens, ça n’est pas si terrible à la fin — pourquoi pas pour des bouts de thèse ?

Bon, concrètement, ça marche très bien avec moi, ça règle mes soucis d’écran, de procrastination, de transport — tant qu’il ne s’agit que de rédiger les brouillons en tout cas. C’est même assez fou : en combinant la méthode des petites citations imprimées et cette méthode de rédaction, j’écris en ce moment à peu près 40-45 000 signes par jour. 40-45 000 qui ne sont pas aboutis, qu’il faudra retravailler, couper surtout. Mais voilà : un brouillon de chapitre = 3 jours de travail.

Je me disais qu’en dépit de la très grande spécificité et du manque d’accessibilité de ces usages de brouillon, il pouvait peut être quand même valoir la peine d’en parler un peu !

Update décembre 2023 : Litote est désormais officiellement publiée comme prototype de logiciel. Vous pouvez découvrir Litote par ici, et l’installer pour vous-même par là.

 

Notes :

  1. Merci Margot et Alice de m’avoir fait la piqûre de rappel dont j’avais besoin ; merci à toutes les personnes aussi qui, par-ci par-là, m’informent qu’un de mes billets leur a été utile. []
  2. Merci Anna, Julie et Darah pour vos relectures qui m’ont permis de ne pas trop me morfondre dans l’idée que ce que je racontais était totalement dépourvu d’intérêt… []
  3. Merci Camille et Jean-Jil, cette fois, pour votre aide ! []
  4. Je parle de moi comme d’un ordinateur, je sais, je travaillerai sur ce problème plus tard. []
  5. Du coup, sur mon site, j’ai réglé le css de telle manière qu’il me permette d’imprimer des lots de citations en utilisant le minimum de pages et d’encre possibles… []
  6. En vrai, j’aime beaucoup les plans détaillés, mais seulement sur le temps court. Petit bout par petit bout, ça me va. Sur le temps long, quand il faut rédiger quelque chose dont le plan a été décidé trois mois auparavant, je m’ennuie à mourir. []
  7. Je crois que la machine ne se vend pas encore en France ? Mais que ça ne saurait tarder ? []
  8. J’ai failli m’acheter la Remarkable comme ça, juste avant de me rendre compte que leur matraquage publicitaire annonçait un hold-up des abonnements : les fonctions gratuites sont devenues payantes juste au moment où ils ont récolté plein de client·es. []
  9. Ou le voisin, qui, comme chacun·e sait, a une fâcheuse tendance à prendre plus de place que la voisine et à capturer les accoudoirs : c’est pire. []
  10. Alors éventuellement on la refile sur le bon coin à d’autres thésard·es : j’y pense. Sinon je me reconvertis écrivaine. []
  11. À commencer par — mais il faut un peu de compétences techniques — un bricolage clavier / écran de téléphone / raspberry par exemple ? Je crois avoir vu que certaines personnes bricolaient ça avec des écrans de liseuses. Il y a des choses intéressantes par ici, par là, par là, un récap pas mal ici. []
  12. C’est le gratuit qui piège, bien sûr, il appâte. []
  13. Ça pourrait faire l’objet d’une amélioration du mode sans distraction de Zettlr ? 🙏 []
  14. Markdown = les gras entre étoiles **texte**, les italiques entre tirets _texte_ ; j’utilise Zettlr alors ça marche super bien au copier-coller, et j’indique les notes de bas de page de la même manière[^Archaos320][^ref: Blablabla, voir Archaos, p. 320.]. []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Aurore Turbiau (9 novembre 2022). Rédaction : brouillons de chapitres. Littératures engagées. Consulté le 18 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/oe10


Aurore Turbiau

Docteure en littérature comparée, actuellement ATER en littérature française et études de genre (Université Lyon 2 Lumière, Passages). Spécialiste sur le sujet des littératures politiques des années 1970-1980, spécialement féministes et lesbiennes, entre la France et le Québec.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search