Louky Bersianik, L’Euguélionne (1976)

Louky Bersianik, <em>L'Euguélionne</em>, éditions Typo, Montréal, [1976] 2012.

Louky Bersianik, L’Euguélionne, éditions Typo, Montréal, [1976] 2012.

 

L’Euguélionne a été vendu en 1976 comme l’un des premiers romans féministes de l’histoire du Québec — ce n’est pas si vrai, en revanche il est bien l’une des sommes féministes les plus importantes de l’époque, et c’est certainement le livre le plus inventif et jouissif à lire que j’ai eu entre les mains depuis le début de ma thèse. On le présente toujours comme un livre hybride parce qu’il se trouve entre parodie biblique, roman épique, essai féministe et linguistique, science-fiction, théâtre, conte folklorique… disons aussi, pour mieux comprendre, que c’est un pavé : quelques 700 pages d’histoires loufoques qui partent un peu dans tous les sens. Ça ne ressemble à rien d’autre, sauf un peu à Rabelais ou à Michaux (💕) — mais version féministe.

Post-scriptum : c’est beaucoup trop long ; heureusement les différentes parties peuvent se lire séparément ! ⏬

Plan de l’article :

 

« Je cherche ma planète positive »

Il faut d’abord dire que l’Euguélionne est l’héroïne de ce roman, et qu’elle est une extra-terrestre : elle arrive sur Terre à la recherche du « mâle de son espèce » qui saura la combler, car sur sa planète elle ne l’a pas trouvé.

— Moi, dit l’Euguélionne, je cherche ma planète positive.

En ces temps-ci de notre Préhistoire, telles furent les premières paroles de l’Euguélionne.1

« Bersianik » narre la visite le plus fidèlement qu’elle peut. Le prénom du personnage vient du grec euaggeion, qui signifie « bonne nouvelle » ou « Évangile » : l’Euguélionne est une messie arrivée sur terre pour sauver les femmes. Le livre étant tout entier construit comme un renversement parodique de la Bible, on apprend qu’elle est né du Nopal — époux de la Nopaline — à qui l’on a annoncé le destin grandiose de leur fille comme à Joseph et Marie :

Nopaline, 611e de Bethsabée, ne crains point de cohabiter avec Le Nopal ton futur. Car ce qui a été engendré en lui vient de la Cervelle Suprême.

Après neuf mois de gestation et un sommeil de neuf mois, il accouchera d’une Fille à laquelle tu donneras le nom de l’Euguélionne, car c’est elle qui annoncera la bonne nouvelle de la fin d’un certain esclavage sur la Terre. Elle viendra ici-bas pour redorer le blason de cet animal bizarre, de cet animal à mamelles et à vagin qu’on appelle femme avec mépris.2

Parfois, en sa qualité de messie féminin, l’Euguélionne laisse parler à travers elle d’autres entités : l’utérus universel par exemple3, les Paramécies — peuple féminin massacré. En tant qu’étrangère, elle porte une voix universelle et dégagée des contraintes terrestres :

— Moi, dit l’Euguélionne, je suis une étrangère. Voilà pourquoi je peux me permettre de vous parler de la sorte. Je suis une femme mais je ne suis pas Humaine. Je ne suis pas une femme de votre espèce. Si j’étais Humaine, croyez-vous que j’oserais seulement y voir clair ? Je subirais, comme vous tous, le poids mythologique de toutes les générations qui ont précédé les vôtres et je ne verrais pas bien où le bât blesse. Mais moi, dit l’Euguélionne, je suis étrangère à votre Humanité. Et toutes celles qui, parmi vous, ont découvert le défaut de votre cuirasse sont comme moi étrangères à votre Humanité. Elles n’ont pu la voir, comme moi, que de l’extérieur. Quant à moi, dit l’Euguélionne, je l’observe et je suis aux écoutes.4

On peut reprendre la définition de la satire donnée par Marc Angenot : « un type de discours agonique qui est […] l’opposé de la polémique : distanciation et coupure radicale avec le monde antagoniste, conçu comme absurdité, chaos et malfaisance. »5 Poser un regard extérieur, extra-terrestre ici, est le geste même qui permet la satire, qui permet de montrer que le monde patriarcal est un total non-sens. Le procédé appartient à une longue tradition littéraire : plus tard, l’Euguélionne reprendra de manière parodique la fameuse question des Lettres persanes en demandant « Comment peut-on être un Homme ? »6.

Sur Terre, l’Euguélionne est surprise par beaucoup de comportements des humains : elle est choquée par la manière dont fonctionne le capitalisme, dont on exploite les plus démunis, dont on refuse de questionner le bien-fondé des guerres, etc. À plusieurs reprises elle croise des personnages qui lui font part de leurs préoccupations politiques diverses ; mais toujours la question de la condition féminine prime. Voici par exemple ce qu’elle répond à une chanteuse qui vient de donner un chant patriotique :

— Je comprends les efforts de ton peuple pour conquérir son indépendance […] et tes chants patriotiques me touchent beaucoup. Mais je m’intéresse davantage aux larmes de ta mère qu’à celles de ton peuple. Car, à quoi servira-t-il à ce dernier d’être libre si la moitié des patriotes reste enchaînée ?7

C’est loin d’être anodin : au moment des années 1970, surtout au début du mouvement féministe, il y a des tensions entre les militant·es qui considèrent que la lutte des classes doit être prioritaire sur la lutte spécifique des femmes — parce qu’ils considèrent que la révolution prolétarienne supprimera toutes les grandes formes connues d’oppression –, et les militant·es qui considèrent au contraire que la lutte des femmes doit être menée de front avec la lutte des classes, voire qu’elle doit avoir la priorité. Dans le contexte québécois il y a en plus des tensions autour de la question de l’indépendance nationale, prioritaire pour certain·es des poètes et romancier·es de l’avant-garde littéraire de l’époque. Affirmer que « les larmes de ta mère » sont plus importantes que celles de « ton peuple », c’est donc un geste assez fort.

Cherchant sa planète positive, donc, l’Euguélionne arrive sur Terre et y découvre la triste condition des humaines — elle comprend qu’elle n’est toujours pas arrivée au bon endroit, mais va aider les femmes qu’elle croise à se libérer. Beaucoup de scènes du livres consistent à rappeler ce qu’est la condition féminine dans les années 1970.

 

Tableaux de la condition féminine

Autour de l’utérus

Il y a d’abord tous les problèmes que les femmes rencontrent du fait qu’elles possèdent un utérus8. Le grand combat est toujours celui du droit à l’avortement ; au Québec, il a été autorisé en 1969 dans certaines conditions bien précises et sous contrôle médical, il est toujours criminalisé au moment où écrit Louky Bersianik ; les avortements clandestins sont courants mais sorte de norme taboue ; il faut attendre 1988 pour que l’avortement soit décriminalisé pour de bon. Alors l’une des tâches de l’écrivaine est de rappeler la réalité matérielle de ce qui se fait à son époque ; elle énumère par exemple les outils et produits utilisés dans les avortements clandestins :

L’avortement clandestin ? Bof ! Du folklore ! Du folklore poétique ! Du folklore les aiguilles à tricoter, les produits à déboucher les toilettes, à nettoyer les parquets, du folklore, le ricin, le détergent, les cintres, les couteaux ! Tout cet arsenal est folklorique, Dieu merci ! À mettre au Musée de l’Homme !9

Bien sûr la remarque est ironique ; que les hommes soient encore placés au centre de l’attention alors qu’ils ne comprennent rien à la réalité présente apparaît comme totalement insupportable. Dans une autre scène mise en abyme, alors qu’on assiste à une pièce qui dépeint les avancées du féminisme au XXe siècle, la violence des hommes par rapport à la question de l’avortement est mise en avant :

Il se fait un remue-ménage parmi les comédiens, tandis que la femme soudain se tord dans sa cage, vomit, hurle, tombe à la renverse, et crie, crie, crie ! Inlassablement, elle crie : « PITIÉ ! PITIÉ ! PITIÉ ! pitié ! pitié ! pitié ! »

Les comédiens s’assemblent étroitement comme des conspirateurs et, de leur groupe homogène, solidaire, sortent des chuchotements, chuintements, sifflements, où l’on peut parfois distinguer des périphrases scandalisées. Quelques-uns des conjurés en perdent le souffle littéralement. Peu à peu, ils élèvent la voix, jusqu’à l’aigu, jusqu’au suraigu, tant le scandale évoqué leur est intolérable.

« Quoi ! Qu’est-ce qu’elle a fait ? Qu’est-ce qu’elle a fait ? Pas possible ! Manœuvres criminelles ! Manœuvres abortives ! Quelle honte ! Encore un avortement clandestin ! Mais, elles sont folles ! Folles à lier ! Qu’est-ce qu’il leur prend à toutes ? Inimaginable ! On dit qu’elle se meurt ? Tant mieux ! Ça lui apprendra ! Non mais… De quel droit ! Où allons-nous ? C’est clair : vers l’hystérocratie ! Et le Primat du Phallus, alors ? Escamoté ? Ni vu ni connu ? Remplacé par le Primat de l’Utérus ? Ça jamais ! On a sa fierté ! Et les pères ? Que faites-vous des pères ? Ils sont là, tout de même ! C’est tout de même eux qui “leur font” ces enfants ! Ils ont leur mot à dire quand même ! C’est un acte contre nature ! Le fruit de ses entrailles ! Le fruit sacré de son ventre ! C’est un meurtre ! Dieu a dit : “Tu ne tueras point !” On dit qu’elle souffre comme une damnée ? Tant mieux ! Ça lui apprendra ! Elle est damnée d’ores et déjà ! C’est une criminelle devant la loi, devant Dieu et devant les hommes ! Et devant les autres femmes ! Elle est coupable d’assassinat ! Le Massacre des Innocents ! Laissez-les vivre que diable ! Et que meurent les “mères” indignes ! Votre mère vous a laissée vivre, vous ? Alors ! Si elle avait avorté, vous ne seriez pas là hein ? [etc.]10

Louky Bersianik retourne ici les hommes contre eux-mêmes : eux qui sont si prompts à taxer les femmes d’hystérie sont les vrais hystériques — qui poussent des cris aigus, tiennent des propos incohérents, qui sont incapables de contrôler leurs émotions. Leur opposition au droit à l’avortement est présentée comme une peur de perdre du contrôle sur les femmes, une peur de ce qu’elles pourraient faire si elles n’étaient plus soumises à l’espèce comme elles le sont. Discours haineux et discours religieux sont mêlés, seule s’exprime la cruauté envers les femmes. Je pense qu’il est ici assez intéressant de voir que la scène est mise en abyme, jouée par des comédiens, doublement fictive : en fait je m’interroge sur la manière dont on peut comprendre cet enchâssement narratif ; il faut peut-être distancier au maximum ce discours pour pouvoir l’accepter, tant il est conforme à la réalité et, par conséquent, violent à lire (?).

Un autre passage met en scène directement un avortement particulièrement grotesque, assez rabelaisien :

C’est un jeune prêtre qui « officie ». Le corps de Deltanu est couvert pudiquement. Seul son sexe est apparent et le haut de ses cuisses. Le prêtre y plonge les mains et se met à tirer très fort en marmottant une prière, bientôt exaucée, semble-t-il, car il parvient à extraire d’un seul mouvement, non seulement les tripes qui se défripent, non seulement la rate qui se dilate — est-ce assez drôle ! — , mais les autres organes vitaux du corps qui se tiennent tous ensemble par solidarité humaine : cœur, poumons, foie, reins, estomac, utérus, toutes les entrailles et bénies, ainsi soit-il.

C’est une réussite fulgurante ! Il n’y a que les pêcheurs au chalut pour faire cela avec autant de rapidité et de précision quand ils dépouillent les morues avant de jeter leur carcasse aux oiseaux.

Puis, d’une main experte, l’ »officiant » extirpe l’embryon de cet amas de viscères — embryon qu’il noie ou ondoie dans l’eau bénite d’un bénitier de poche — et enfin, il remet le tout en place par la voie d’où il a tiré ce tout, avec la dextérité et le savoir-faire d’un guérisseur philippin, c’est-à-dire sans laisser de traces. Même ses mains sont restées immaculées.

Ensuite, il se penche sur Deltanu avec inquiétude. Il la croit morte. Il la soulève : elle est roide et sans souffle comme une poupée de son que l’on aurait ouverte sur toute sa longueur, que l’on aurait vidée complètement, puis refermée après l’avoir bien empesée.

Je jette un coup d’œil sur les tentes environnantes, dit l’Euguélionne, et je songe à toutes les malheureuses que l’on vide de cette façon et qui meurent entre des mains officieuses. Et qu’est-ce qu’on fait de leur carcasse ? me dis-je. […]

Heureusement pour nous qui guettons l’issue d’une de ces opérations-boucherie, nous voyons Deltanu reprendre vie peu à peu. C’est un vrai miracle, dans la plus pure tradition chrétienne.11

Là aussi je m’interroge sur la signification de la scène, qu’on peut sans doute lire de différentes manières. Il y a le fait que ce soit un prêtre qui opère cet avortement clandestin particulièrement gore : il faut certainement comprendre que Louky Bersianik dénonce le discours hypocrite de l’Église qui, interdisant la légalisation de l’avortement, encourage activement les boucheries clandestines. Mais pourquoi le registre carnavalesque12 — le dépècement, le renversement saint-atroce — pour une telle scène ? Pourquoi signifier que la femme meurt puis ressuscite — est-elle sainte du fait qu’elle avorte ? suggère-t-on qu’un avortement est une mort à soi-même ? Le carnavalesque est censé porter des valeurs positives, mais ici ?

Outre la question de l’avortement, quelques autres questions d’utérus sont soulevées dans le roman : la contraception parfois, les règles. Les problèmes que posent aux femmes l’appropriation de leur utérus par le patriarcat se récitent comme une sorte de litanie :

Le sang mensuel. Le sang menstruel. Le sang dégoûtant. Le sang malpropre des femmes. Le Koït absent. Les Kotex. Les Tampax. Maladie honteuse. Pas de Koït pour les saignées à blanc. La contraception. La pilule miraculeuse. Surtout penser à prendre la pilule. Arrêter la pilule : met les nerfs en boule. Faire poser un stérilet. Faire enlever le stérilet : saigne l’utérus. Salut à toi utérus cobaye. Avortement : urgent. Le faire proprement. Trouver moyen. Stop. Loi veut qu’il soit malpropre. Loi veut du sang. Le sang de l’utérus appartient à l’État. Stop. Le charcutier du coin. Veut être payé comptant. Trouver argent. Signé : UTÉRUS DOMESTIQUE.13

Sur l’excision c’est assez intéressant, Louky Bersianik est l’une des seule Québécoises que j’ai lues à aborder la question — alors qu’en France on en parle tout de même régulièrement, Benoîte Groult y consacre même une grande partie de Ainsi soit-elle (1975). Dans L’Euguélionne Louky Bersianik cite l’excision rapidement, elle développe le sujet un peu plus longuement dans Le Pique-nique sur l’Acropole.

Sache que sur cette édifiante planète, on pratique encore à froid l’excision du clitoris dans certains pays, et sans hygiène aucune, exactement comme l’avortement clandestin dans les pays « civilisés ».14

Il est déjà intéressant de remarquer que, si elle associe la pratique de l’excision à quelque chose de barbare, d’incivilisé, elle porte le même regard sur l’avortement clandestin — la dénonciation d’une forme de cruauté primitive n’est pas réservée à « certains pays » et rejaillit en fait sur l’ensemble du monde patriarcal.

 

Violences domestiques

Le problème des violences domestiques est souvent pris en charge par l’Euguélionne, surtout autour du personnage d’Omicronne. Là, ce qui est intéressant, c’est qu’on parle de formes de violences qui sont insidieuses et presque invisibles : Louky Bersianik s’attache à montrer que le harcèlement moral, les remarques déplacées, les commentaires décourageants, sont aussi une forme de grave violence perpétrée contre les femmes ; et que contrairement à une idée reçue les hommes qui agissent ainsi ne sont pas toujours visiblement des brutes. Le mari d’Omicronne, Alfred Oméga, est par exemple un digne professeur d’université :

Ce jour-là, j’ai eu l’honneur de faire la connaissance de Monsieur Alfred Oméga en personne.

Monsieur Alfred Oméga est un professeur d’université, relativement jeune. Monsieur Oméga est également critique littéraire à ses heures. Monsieur Oméga dirige même une revue spécialisée qu’il considère très importante. Monsieur Oméga est très actif.

Il a, nous le savons déjà, une femme à la maison qui s’appelle Omicronne. Il a aussi deux ou trois enfants.

Monsieur Oméga a donné son nom respectable à la petite Omicronne. Monsieur Oméga a même donné son nom respecté à deux ou trois enfants. Monsieur Oméga est très généreux.

Pendant le repas, Monsieur Oméga parle des cours qu’il donne généreusement à l’Université.

— Les cours magistraux, c’est fini, c’est dépassé, on n’en fait plus, dit-il sur un ton très très magistral.

Ça y est, me suis-je dit. Voilà bien le mot. Monsieur Oméga a un langage magistral. Lui-même est un Maître. Monsieur Oméga parle en maître. Il sait ce qu’il dit.

La petite Omicronne a préparé le repas et elle le sert. Elle est énervée car elle a peur de ne pas bien tout réussir.15

Alfred Oméga ne correspond pas au portrait-type de l’époux maltraitant : il est brillant, affable, bon père de famille. Mais la manière décalée dont le présente Louky Bersianik — par l’onomastique bien sûr, aussi par le rythme lent, la liste exhaustive de ses réussites, les hyperboles, les adverbes intensifs répétés — met son ridicule en avant : Alfred Oméga représente le type le plus pur et le plus insupportable du mainsplainer / mecspliqueur16. Il n’est pas seulement pénible à écouter : plus il parle, plus il détruit son épouse. Au cours de la discussion qui suit Alfred Oméga à plusieurs reprises rit, mondain et magistral toujours, des maladresses de son épouse, de son poids, de ses peintures qu’il juge mauvaises. N’obtenant pas une once d’attention de la part du parleur sauf pour la dégrader, travaillant dans l’ombre, Omicronne ne peut que douter de sa valeur.

Plus loin dans le roman, le même Alfred Oméga use d’une forme particulièrement odieuse de harcèlement moral. Pour sa fête il offre un présent à sa femme, gentleman : une boîte qui ressemble à un poudrier.

Je l’ouvre et je m’aperçois que ce n’est pas un poudrier : c’est une roulette à pilules contraceptives. Mais il n’y a aucune pilule dans les espaces creux. Je me dis que c’est sans doute un étui et qu’il faudra que j’achète les pilules pour le remplir. Je demande à Alfred si c’est bien ça. Il rit.

« Tu n’y es pas du tout. C’est un larmier. Tu as le droit d’y verser une larme, une seule larme par jour, pas une de plus. C’est pour déposer ta larme quotidienne que je t’ai offert ce larmier. Chacune a son petit nid de pierre tout prêt pour la recevoir. Comme tu as remarqué, il est mensuel. Il est bon pour trente et une larmes. Les mois de moins de trente et un jours, tu pourras pleurer un peu plus. À la fin du mois, tu n’as qu’à le vider et recommencer. Il peut te servir à l’année longue, des années durant et même passé ta ménopause. »

Puis, il part d’un gros rire gras, un rire obscène, un rire que je ne lui connais pas.17

Ici aussi il est assez difficile de donner une interprétation stable de la scène ; elle est de toute façon trop improbable pour qu’on puisse complètement la transposer dans notre réalité et en figer le sens. Il y a une première déception : s’il est un pilulier ce cadeau est un rappel du risque permanent de la grossesse et des précautions qu’il faut prendre quand on se plie au devoir conjugal — merci ! 👍 Mais finalement la cruauté d’Alfred est plus grande encore : l’époux moqueur comprend que sa femme souffre, rapporte cela à un état naturel de sa condition, et encourage cette souffrance tout en demandant à Omicronne de la vivre discrètement. Et puis, l’humiliation : Alfred rit de sa bonne blague et de l’incompréhension de son épouse ; entraînée par son rire obscène, et parce qu’elle perd ses repères, Omicronne finit par rire aussi — tant elle est aliénée.

Le problème des violences physiques est finalement moins traité dans L’Euguélionne que celui des violences morales ; malgré tout, cette scène d’échange entre Alfred et Omicronne se finit par des coups — car il ne faut pas s’y tromper, toutes les violences misogynes sont liées.

 

Médiocrité des hommes

Le grand constat transgressif du livre — et l’une des raisons pour lesquelles il est si jouissif à lire aussi ! — c’est celui de la médiocrité des hommes ; du moins, pour ne pas exagérer, de la médiocrité de ceux qui se plaisent dans le patriarcat.

Les hommes sont présentés comme une perpétuelle déception en matière de sexualité :

la plupart ne savaient pas faire l’amour. Non par ignorance, mais parce qu’ils me considéraient tantôt comme leur mère, tantôt comme leur putain.18

Je lui avais demandé au cours de la nuit pourquoi, malgré mes avertissements, il continuait à me faire mal. Il m’avait répondu en riant qu’il avait un tempérament de Viking — il était convaincu qu’il avait des ancêtres de cette race vigoureuse ! — , qu’il était un Homme grand et fort et ne pouvait agir autrement. (!) Il voulait me convaincre que j’étais une homosexuelle puisque le mâle était trop rude pour moi !!!19

Louky Bersianik suggère que leur médiocrité est construite : le patriarcat éduque les hommes à croire que les femmes ne sont pas de vraies personnes, mais soit des prostituées, soit des mères ; il les éduque à croire que les vraies femmes aiment la violence sexuelle (et qu’elles sont normalement hétérosexuelles…) ; il les éduque à croire qu’ils doivent être des brutes eux-mêmes pour être de vrais hommes. Alors, fatalement, ils sont mauvais au lit. Finalement, Louky Bersianik est moins sévère avec ces hommes-là, arnaqués eux-mêmes par l’idéologie patriarcale, qu’avec ceux qui la perpétuent savamment : les plus grands médiocres du livre ce sont les chantres de la psychanalyse masculine (Freud, Lacan). On le voit par exemple dans cette liste — certes caricaturée — des grands enseignements de la psychanalyse sur ce qu’est une femme :

FEMME, disait l’inscription, pénètre-toi de ces vérités premières, si tu veux vivre :

— Substitut du pénis est ton sexe qui en est le négatif;

— Substitut dérisoire du pénis est ton clitoris érectile;

— Substituts du pénis sont tes seins dressés et érectiles;

— Substitut du pénis est ta beauté qui n’en est que la compensation spécifique;

— Substitut de la libido masculine est ta libido;

— Substitut équivoque parce qu’ »envie du pénis » est ton désir érotique;

— Substitut de l’orgasme masculin est ta jouissance sexuelle;

— Substitut de la puissance phallique est ta puissance maternelle;

— Substitut de la fonction virile est ta fonction maternelle;

— SUBSTITUT DU PÉNIS EST L’ENFANT DE TON VENTRE :

— Substituts de l’activité virile et rivales de celle-ci sont tes tentatives revendicatrices d’activité, qui s’opposent à ta passivité naturelle;

— Substitut de l’agressivité virile est ta propre agressivité;

— Substitut du Phallus est ta Voix dans la société;

— Substitut du Phallus est la forme de ton corps qui est la forme même de l’ »homo erectus ».

FEMME, ton devoir est de retourner au stade anal infantile car ton rôle est d’évacuer les déchets de l’Humanité. Voilà le prix qu’il te faut payer pour l’envie qui te dévore d’accéder au seul stage génital qui soit humain, le stade phallique, lequel est malheureusement contraire au principe de TA réalité.20

Les vrais grands médiocres du patriarcat ce sont ceux qui sont incapables de voir autre chose dans le monde que leur propre pénis : les psychanalystes, tel que les présente Louky Bersianik. Je ne reprends pas les différentes affirmations présentées ici, certaines ayant été explicitement développées par Freud ou Lacan, d’autres ayant été interprétées par d’autres psychanalystes, d’autres encore étant formulées directement par Louky Bersianik ; rappelons simplement que ce passage est inspiré des analyses de Kate Millett, qui consacre un chapitre de son Sexual Politics (1970 — La Politique du mâle, 1971) à la conception freudienne de la femme, et qui s’attarde de manière particulièrement frappante sur la supposée envie de bébé qui serait chez la femme la solution qu’elle trouve à son envie de pénis.

Louky Bersianik ne s’en prend pas qu’aux psychanalystes, mais à tous les savants pontifiants. On vient de le voir avec Alfred Oméga, la figure de l’universitaire « magistral » est particulièrement mise à mal ; tous les savants, artistes, critiques, qui se gargarisent de leur propre réussite sans se soucier du sort des femmes, qui reconduisent et aggravent sans cesse le patriarcat, sont visés.

Je n’ai pas d’admiration pour les œuvres des Hommes, dit l’Euguélionne, parce qu’elles se font aux dépens de la liberté et de la créativité de la majorité de l’Humanité.

Et qu’est-ce que je vois ? Qu’est-ce que j’entends ? Des chefs-d’œuvre tronqués, des chefs-d’œuvre boiteux, de pâles reflets des chefs-d’œuvre possibles, de ceux qui sont à venir.

Je n’ai pas d’admiration et mon émotion devant eux se pourrit et s’empoisonne par le fait même, je n’ai pas d’admiration pour les chefs-d’œuvre des Hommes, parce qu’ils ont été possibles grâce au massacre de l’intelligence et de la sensualité de la moitié de l’Humanité tout au long des siècles. […]

Entendez-les s’entreféliciter, regardez-les s’entrepondre des essais sur leurs essais portant sur les chefs-d’œuvre de l’un ou l’autre d’entre eux qui est peut-être mort fou, préférablement sur sa ponte, et encore mieux entre deux bières et deux hoquets et mille imprécations.

Bien sûr que j’exagère ! Mais quand donc finirez-vous de les prendre au sérieux ?21

Face à ce constat de la médiocrité générale des hommes satisfaits de l’état du monde, l’Euguélionne préfère encourager les femmes à faire la révolution et à créer par elles-mêmes, qu’agresser ces hommes trop sûrs d’eux.

Essayez de parler à votre tour. Et regardez autour de vous : les gigantesques Oreilles masculines sont-elles là pour vous écouter ? Existent-elles seulement ? Les avez-vous vues ? Croyez-vous vraiment que les Hommes soient intéressés à vous écouter, à vous prendre au sérieux ?

Quand comprendrez-vous qu’il est inutile d’insister ? Que les Hommes n’ont d’oreilles que pour eux-mêmes ? Qu’il est inutile de forcer leur attention ?22

Et l’Euguélionne met les femmes en garde : elles auront la tentation d’avoir pitié des hommes, de leur céder qu’ils ne sont pas toujours mal intentionnés et désobligeants, de les laisser continuer à occuper l’espace — car elles sont éduquées à éprouver de la compassion. Mais d’après l’Euguélionne les hommes, eux, sont éduqués à la seule prétention : ils ne joueront pas sur le même terrain.

Quand on arrive sur votre planète, dit l’Euguélionne, il y a une chose qu’on apprend tout de suite. Cette chose peut s’énoncer ainsi sur toutes les latitudes : la prétention masculine est sans bornes, ne l’oubliez jamais, gravez cela dans votre esprit extra-terrestre. Cette prétention est sans bornes, naïve, et calmement assurée de son bien-fondé. […] que votre compassion, femmes de la Terre, ne dépasse pas les bornes. Elle se joue à vos dépens, ne l’oubliez pas ! Car les Hommes, certes, sont pitoyables, mais aussi ils sont sans pitié. Comme des Enfants Uniques, ils sont envahissants. Ils envahissent votre cœur, ils se nourrissent de votre intelligence et de votre énergie.

Femmes de la Terre, que votre compassion ne dépasse pas les bornes de leur prétention.23

 

Un appel à la révolution

Omicronne, histoire d’empuissancement

Pour pouvoir entrer en révolution et ne pas céder à leur compassion, les femmes doivent prendre conscience de leur valeur : c’est là la « bonne parole » que leur apporte l’Euguélionne. Traduit en termes contemporains, on peut parler d’empowerment / empuissancement : les femmes peuvent partir de là où elles sont, s’ancrer dans la réalité de leur existence et de leur valeur, et se mettre à agir.

Revenons donc à Omicronne, dont on parlait plus haut et qui était totalement soumise à son mari : elle est la figure d’empuissancement la plus intéressante du roman. L’Euguélionne passe par plusieurs étapes pour lui faire prendre conscience de sa valeur. D’abord, elle l’encourage à extérioriser ses émotions plutôt qu’à les refouler :

Quand elle eut fini de parler, je dis à Omicronne qu’elle avait tort de ravaler ses larmes, car il lui faudrait un jour les verser toutes, par ordre, et sans en excepter une seule, et qu’il se pourrait alors que le flot endigué devienne une trombe arrachant tout sur son passage.24

L’Euguélionne en fait explique à Omicronne que ce qu’elle prend pour de la tristesse, et qui se traduit alors par des larmes, devrait être de la colère : un jour, il faudra tout renverser avec cette colère. Omicronne est un peu soulagée d’être prise en compte, d’exister ; mais de retour au salon, elle se fait de nouveau humilier par son mari et par sa propre sœur :

— Ma femme, vous savez, continua Alfred Oméga, va nager trois fois la semaine pour garder sa ligne. Elle sait que j’aime la chair fraîche et ferme.

— Tu as bien raison, renchérit Upsilong. Et Omicronne aussi. Je me souviens quand elle était boulotte. Soit dit sans te vexer, Omicronne, tu n’étais pas très ragoûtante en ce temps-là.

Omicronne se mit à rire mais son rire sonnait faux. Elle était humiliée et ne savait où se mettre. Alors moi, dit l’Euguélionne, je lui demandai doucement :

— Omicronne, qui es-tu ? Comment te définis-tu ?

— Par rapport à qui ? dit-elle.

— Par rapport à toi-même.

— Je suis une personne, dit-elle sans hésiter.

— Et si je t’avais demandé : comment te définis-tu par rapport à l’homme, Omicronne, qu’aurais-tu répondu ?

— Je suis une personne, répéta-t-elle.25

L’Euguélionne agit par la douceur et l’empathie ; au lieu de parler pour et sur Omicronne, elle lui donne la parole ; elle lui fait exprimer l’évidence qu’elle oublie à force d’être objectivée par son époux, le fait qu’elle existe et qu’elle est une personne digne de respect. C’est la prise de conscience qui va finalement permettre son départ : il ne reste plus ensuite à l’Euguélionne qu’à l’inciter une dernière fois.

— On ne mêle pas les larmes avec l’eau de vaisselle, dis-je en forçant Omicronne à me regarder. Toi aussi tu peux choisir la meilleure part. Si tu es une personne, Omicronne, laisse là ton torchon et suis-moi.26

Omicronne alors quitte son mari et suit l’Euguélionne dans sa marche pour la libération des femmes. De temps en temps, elle repense à son mari et est triste ; mais elle a gagné une indépendance et elle a repris le pouvoir sur sa vie ; il lui faut du temps pour reconstruire son identité mais elle le fait, pour la première fois, libre.

 

Le geste parodique

L’appel à la révolution passe par un renversement de la culture ; en littérature, c’est le geste parodique qui entame ce programme. J’aurais du mal à restituer cela dans un article un peu sérieux mais L’Euguélionne est un roman extrêmement drôle : la narration principale est tout le temps ponctuée d’allusions, de jeux de mots, d’irrévérences, d’inventions diverses, convergeant tous à faire du roman une grande parodie. C’est une forme d’humour parfois raffinée et très érudite, parfois très grossière — moi j’aime beaucoup. Sont parodiés essentiellement :

  • La Bible, qui fournit le récit-cadre de référence dont L’Euguélionne est la réécriture.
  • Les « tables de la loi Ꝕ », soit la psychanalyse de Freud et de Lacan.
  • La masculinité traditionnelle.

Pour la Bible c’est le choix d’un personnage féminin et extra-terrestre qui constitue le point de départ parodique : elle est l’équivalent du Messie. Tout au long du roman une série de personnages ou de phénomènes viennent prendre la place de différentes lieux de la culture catholique : le Nopal prend la place de la Vierge Marie, la Nopaline de Joseph, l’Utérus universel de Dieu, les femmes deviennent aussi, elles-mêmes, le Saint-Esprit :

Soyez des langues de feu qui descendent vers lui et le surprennent et l’inondent de lumière éblouissante et le brûlent au visage et enflamment son corps et son sexe.27

L’image des langues de feu renvoie à l’épisode chrétien de la Pentecôte et représente le Saint-Esprit ; ici, l’allusion parodique transforme la métaphore religieuse en la matérialisant, les femmes se trouvent chargées non seulement d’apporter la bonne parole aux hommes, mais de les brûler corps et sexe pour se venger. Les prières sont également parodiées à plusieurs reprises, par exemple lorsqu’on parle du fait que les hommes se reposent sur leurs épouses pour toutes les tâches domestiques :

Tu seras un homme, mon fils, quand tu sauras te faire cuire un œuf et prendre soin de toi-même sur la terre comme au ciel.28

Dans ces exemples, la légèreté du ton et l’incongruité des propos créent un comique facile, simple ; mais parfois le renversement parodique fait un peu plus grincer des dents. Dans les « Stances à la jeune mariée » par exemple on observe une cérémonie de préparation à la vie conjugale, une jeune fille reçoit tous les bons conseils qu’on peut lui donner pour que tout se passe bien pour elle — se préparer à toujours se sacrifier, accepter de laver les saletés des autres à longueur de journée, ne pas se vexer d’être traitée pour une moins que rien, etc. ; on lui rappelle à cette occasion :

Tu es une Maculée Conception, je n’y peux rien, hélas, ne l’oublie jamais.29

La femme humaine est « maculée » : c’est bien normal, elle a tous les jours les mains dans la crasse. La femme humaine n’est pas, ne peut pas être, une Vierge Marie : elle est née d’une femme elle-même humaine et charnelle, donnera naissance à son tour dans le sang et la saleté ; elle doit se pénétrer de la honte que cela représente — sans pouvoir rien y changer –, et consacrer sa vie entière à réparer ce triste état de fait en « Immacul[ant] les êtres et les choses »30. Je disais que la référence parodique faisait grincer des dents : le jeu de mots peut faire sourire, mais la réalité de la pression que la culture religieuse fait peser sur les femmes un peu moins. Parfois inversement le rapport entre texte parodié et renvoi à la réalité des femmes peut ouvrir à l’utopie :

Car Ève engendra Sarah qui engendra Rachel qui engendra Ruth qui engendra Esther qui engendra Judith qui engendra La Samaritaine qui engendra Thamar qui engendra Rahab qui engendra La Reine de Sabba, qui engendra Bethsabée qui engendra Marie-Madeleine qui engendra Phèdre qui engendra Antigone qui engendra Lysistrata qui engendra Ariane qui engendra Iphigénie qui engendra Électre qui engendra les Érinyes qui engendrèrent Sappho qui engendra Thérèse d’Avila qui engendra Jeanne d’Arc qui engendra Olympe de Gouges qui engendra Louise Michel qui engendra Marianne, qui engendra Madeleine de Verchères qui engendra Madeleine Parent qui engendra Marie Calumet qui engendra George Sand qui engendra les Brontë qui engendrèrent Virginia Woolf qui engendra Simone de Beauvoir qui engendra Betty Friedan qui engendra Kate Millett qui engendra La Nopaline qui engendra l’Euguélionne.31

Le texte de généalogie parodie encore ce qu’on peut trouver dans la Bible, à la différence près qu’ici on se débarrasse des hommes et qu’on crée une lignée des femmes mythiques de l’histoire, fictives ou réelles. Beaucoup des écrivaines féministes des années 1970 éprouvent ainsi le besoin de retracer des généalogies de femmes créatrices : on retrouve souvent le même geste dans les autres ouvrages de Louky Bersianik, mais aussi régulièrement chez Nicole Brossard ou Madeleine Gagnon par exemple. Cela permet de légitimer la place des femmes dans la culture, de donner plus d’envergure à leur histoire.

 

Travail utopique

La part fictive et envolée de L’Euguélionne sert à ouvrir des possibles révolutionnaires. Cela commence dès le début par l’histoire des Paramécies massacrées ; après des millénaires de silence et d’enfermement,

Elles sortent de la nuit des temps. Elles se réveillent. Elles se souviennent tout à coup qu’elles ont été massacrées.

C’est la haine, l’exaspération, la rage étale, l’impossibilité d’embrayer sa vie d’une manière ou d’une autre et de prendre des passagers sur sa route, c’est la souffrance de sentir son cerveau toujours prêt à éclater sous une injonction sans appel, c’est cela que ressentent depuis des siècles les victimes du Massacre et qui les pousse à agir enfin. Car elles se réveillent enfin. Et maintenant, elles savent. Elles sont en marche. Elles sont en marche vers les Hommes qui les ont assassinées, même si ce fut parfois en toute innocence.32

La parabole sert à représenter une marche épique des femmes sur le patriarcat ; là aussi, on peut parler d' »empuissancement » par la fiction, peu importe si la révolution ici n’est qu’imagée. Parfois le même phénomène prend la forme d’envolées lyriques :

Expulsez vos enfants joyeusement de vous-mêmes et lancez-vous dans l’espace aveuglé de soleil.

Partez vers le soleil, entraînant dans votre sillage vos fils et vos filles. Et montrez enfin votre envergure !33

Cela n’empêche pas Louky Bersianik de proposer aussi certains programmes mi-utopiques mi-réalistes : certaines propositions sont en cours d’élaboration et paraissent encore improbables à mettre en place dans les sociétés traditionnelles, mais elles ne sont pas complètement folles non plus. Par exemple, l’idée de partager les enfants : Exil et Omicronne, séparées de leurs époux et en route pour suivre l’Euguélionne, décident d’élever ensemble leurs enfants — sans pour autant devenir un couple amoureux. L’élevage communautaire des enfants est une idée récurrente dans les débats féministes de l’époque, l’une des seules solutions matérielles, pratiques, que l’on peut apporter à la condition isolée et vouée aux tâches ménagères des femmes au foyer. Le roman alors met en scène l’accomplissement de ce vœu réellement élaboré par les féministes des années 1970.

Il y a un autre terrain sur le lequel le travail romanesque et utopique permet de mettre en scène l’accomplissement d’un fantasme politique réel des féministes : la destruction des catégories de sexe. Au milieu des années 1970, en France et au Québec (c’est un peu moins vrai aux États-Unis, toujours pionniers…) on ne pousse encore que très rarement jusqu’au bout l’idée constructiviste selon laquelle les rôles de sexe sont construits et non naturels. Si je caricature un petit peu, il faut attendre que Wittig en 1980 exprime que « les lesbiennes ne sont pas des femmes » pour atteindre l’aboutissement de la logique constructiviste et considérer radicalement que « les femmes » n’existent pas en dehors de l’oppression qu’elles subissent, qu’elles ne sont qu’une pure invention patriarcale, consusbstancielles de leur oppression. Dans L’Euguélionne, le travail utopique conduit doucement à cette idée :

Êtes-vous sûres, femmes de la Terre, d’appartenir à l’espèce des Humains ? N’avez-vous pas parfois ce sentiment étrange de ne pas appartenir à l’espèce que vous perpétuez ?34

Que la femme se dissocie [des] ambitions fratricides [de l’homme], de son appétit de croissance illimité, du mépris qu’il a de son environnement, mépris qu’il pratique ouvertement sur une haute échelle ! Que la femelle Humaine se déclare étrangère à l’Humanité dont elle ne veut plus rien savoir. Allez ! Nous vous avons assez vus et assez entendus ! Nous avons assez subi vos violences et vos gestes boursouflés. Trop, c’est trop ! Nous quittons l’espèce ! »35

Il faut détruire les sexes, dit l’Euguélionne, si l’on veut construire des individus conscients de leur liberté. C’est alors seulement que ces individus seront capables de décider de leur comportement sexuel.36

 

Réinventer un monde au féminin

Parler, écrire ou dessiner pour exister

On est en littérature : faire sécession de l’espèce, concrètement, c’est surtout essayer de faire table rase de la culture patriarcale et voir si les femmes peuvent créer autre chose. Souvent dans le roman sont présentées des femmes en situation d’aliénation qui recourent à la création pour s’en sortir. Souvent, elles sont brimées dans ces tentatives, pas prises au sérieux ; l’Euguélionne les encourage et nous fait voir que la création peut être un moyen de dépasser sa condition. Trois femmes sont enfermées au font d’un puits de mélasse :

Elles souffraient de malnutrition, de diabète, de claustrophobie et de toutes sortes de malaises engendrés par leur misérable condition.

Et pourtant, chacune d’elles s’efforçait de dépasser cette condition, car elles s’étaient mises à dessiner.37

Coincées au fond du puits, elles ne peuvent dessiner que de la mélasse ; quand les hommes viennent les chercher et qu’ils voient leurs œuvres, ils s’exclament qu’elles n’ont aucun talent — oui, mais que pouvaient-elles dessiner d’autre ? D’abord, leurs œuvres ont tout de même de la valeur — elles dessinent sans doute très bien leur mélasse ; et puis, surtout, plutôt que mal juger de leurs capacités dans l’absolu, il faut considérer que dans d’autres conditions elles seraient peut-être capables de créer d’autres œuvres vraiment splendides. Bien plus tard, hors parabole, l’Euguélionne reprend la même idée en s’adressant directement aux hommes :

Hommes de la Terre, dit l’Euguélionne, avez-vous déjà vu un os surnuméraire ou une esquille se mettre à composer des symphonies ? Avez-vous déjà vu une propriété mobilière prendre la parole et réciter des poèmes ?

Hommes de la Terre, avez-vous déjà vu un éboueur, avez-vous déjà vu un vidangeur écrire des chefs-d’œuvre, assis sur leurs tas d’ordures ? Avez-vous déjà vu un paillasson composer une épopée universelle ?

Hommes de la Terre, avez-vous déjà vu un objet d’usage courant se mettre à pondre des chefs-d’œuvre ? Votre théière s’est-elle jamais mise à parler et à dire des choses sensées ?

Hommes de la Terre, avez-vous déjà vu des objets d’art se substituer à leur créateur ? Avez-vous déjà vu des mégères apprivoisées vous disputer le droit de penser et de créer des objets d’art ?

Hommes de la Terre, avez-vous déjà vu une fleur faire de la peinture ? Une colombe inventer des machines à voler ?

Pourquoi voudriez-vous que vos ménagères aient du génie ?

Hommes de la Terre, avez-vous déjà créé dans la hantise de déplaire à la personne aimée ? Non dans la crainte que votre œuvre pourrait lui déplaire, mais dans la crainte qu’elle vous tienne rigueur de votre génie ?

Hommes de la Terre, avez-vous déjà créé dans la hantise de manquer à vos enfants ? Non dans la crainte de ne pouvoir subvenir à leurs besoins, mais dans la crainte de ne pas leur donner l’attention que réclame votre génie ?

Hommes de la Terre, avez-vous déjà créé dans la hantise d’être ridiculisés par la critique, d’être insultés, bafoués jour après jour par les Hommes et les femmes de la Terre, non parce que vos œuvres ne valent rien, mais parce que vous osez créer ?38

Les femmes étant avant tout une construction sociale, un conditionnement qui fait de certains être humains de pures fonctions sur pattes sans individualité ni liberté, méprisés par ceux qui ne sont pas soumis à ce conditionnement, comment espérer qu’elles puissent créer ? Dans ce texte on peut sans doute lire un écho à ceux de Simone de Beauvoir sur les femmes écrivaines, très relus et contestés lors des années 1970 : à l’époque, on lui reproche de confirmer que les femmes font généralement des œuvres de moins bonne qualité que les hommes. Tout de même, pour Simone de Beauvoir comme pour Louky Bersianik ici, il n’y avait pas de fatalité par nature dans ce fait, elle parlent bien d’une construction sociale : à ce moment-là les femmes sont moins douées artistiquement non parce qu’elles seraient par nature moins douées, mais parce que leur conditionnement social, leur manque d’éducation, leur manque de stimulations, les empêchent radicalement de prendre de l’envergure. Louky Bersianik ici reprend cette idée en la transformant avec les outils parodiques qu’elle a mis en place dans son roman : intertexte biblique caricaturé (les femmes sont des esquilles sorties de la côte d’Adam), synecdoques à valeur provocatrices (la fonction pour la personne), paradoxes, et dénonciations explicites ; cela devient un appel à faire la révolution pour améliorer les conditions de vie des femmes.

 

Renverser la culture

Une fois qu’on a, malgré ces mauvaises conditions, décidé de créer pour pouvoir exister, arrive la seconde étape : il faut renverser la culture patriarcale. Toute la culture.

La littérature :

Femmes de la Terre, ajustez vos lentilles, dit l’Euguélionne, recyclez-vous, refaites vos classes, prenez des cours de lecture lente, relisez vos classiques.

Relisez les chefs-d’œuvre de l’Humanité avec des yeux neufs, objectifs, avec des yeux débarrassés de la taie de votre esclavage et voyez comment l’on vous traite, voyez comme l’on vous hait, sur papier imprimé uniquement, bien sûr.

Si le critère du génie est sa misogynie, comment pourrez-vous jamais prétendre en avoir ? À moins de devenir vous-mêmes misogynes… si vous ne l’êtes déjà…

Si l’idée de « génie » est une idée masculine, pourquoi en briguer le certificat ?

Femmes de la Terre, femmes modernes et géniales de la Terre, n’êtes-vous pas fatiguées d’être des Égéries ? dit l’Euguélionne.

Toutes les œuvres d’art et de littérature, toutes les œuvres Humaines ont été faites aux dépens d’une mère, d’une sœur, d’une épouse, d’une maîtresse, d’une domestique, d’une secrétaire, d’une muse, d’une égérie.39

Les sciences :

Fondons nos sciences par rapport à nous-mêmes, seriez-vous en droit de vous dire s’il vous arrivait de prendre momentanément vos distances avec vos compagnons, et laissons aux Hommes leurs douteux critères d’Humanité.

Faisons table rase de tout ce que nous tenons des Hommes.40

Les lois et les régimes politiques :

Fondez des républiques pour vous-mêmes car celles des Hommes vous ignorent. Soyez des Hors-la-Loi dans les républiques Humaines.41

La langue, ses genres et ses symboles culturels :

Ô Symboles !

Et si le soleil est mâle, la galaxie entière est femelle, et si la soleille est une femme, le natur universel est un Homme. N’est-ce pas un peu idiot ?

Ô Paraboles !42

Comme lorsqu’elle encourage les femmes à « quitter l’espèce », ces exhortations sont mi-provocatrices et ludiques mi-sérieuses ; raisonnablement Louky Bersianik est évidemment d’accord pour considérer que certaines œuvres masculines valent la peine d’être lues, que certains héritages méritent d’être conservés — même si une amertume demeure une fois qu’on a pris conscience du contexte matériel patriarcal qui, souvent, leur a permis de voir le jour. Mais cela ne retire rien à l’urgence du besoin que les femmes se mettent aussi à créer, à inventer leurs sciences, leurs législations, leurs littératures. Programme essentialiste ? C’est plutôt une idée proche de ce qu’on appelle le « savoir situé » ou « point de vue situé », qui commence à se développer dans les années 1970 : on se rend compte que l’objectivité, même dans les domaines scientifiques, n’existe pas ; que tous les savoirs dépendent intrinsèquement du point à partir duquel ils ont été élaborés, dont on ne peut les séparer sans les dénaturer et les affaiblir ; on commence à voir que les connaissances s’élaborent à partir de la multiplication des points de vue. Louky Bersianik rappelle ainsi que les cultures humaines, c’est inévitable, ratent quelque chose si elles excluent les femmes : la richesse de leurs divers points de vue manquera, on prendra pour la vérité objective ce qui ne sera que vérité partielle et on aura ainsi une science imparfaite.

Elle le montre encore en s’en prenant à l’ethnographie et à l’anthropologie, sciences qui prétendent parler de l’humanité et qui bien souvent parlent seulement des hommes :

Au début, je ne prêtais pas tellement attention à un singulier phénomène dont, lectrice assiégée, je faisais innocemment les frais… Ce phénomène consistait en un glissement de sens, imperceptible. Je lisais « homme » et mon cerveau, tout naturellement, traduisait, selon le cas, « homme-espèce » ou « homme-mâle ». Je croyais d’emblée que l’une ou l’autre de ces deux significations était clairement indiquée par le contexte et qu’il n’y avait pas de confusion possible.

Quelle erreur, ou plutôt, quelle naïveté de ma part ! J’aurais dû savoir que ce mot « homme » était sujet à caution. Dans mon esprit, aurait dû subsister au moins un doute raisonnable, depuis le temps que je séjournais parmi les « hommes » de cette planète. […]43

Je fus bien surprise quand je vis que le dernier sous-titre était ainsi rédigé : ET LEURS FEMMES.44

Comme le montrent encore des féministes spécialisées dans ces domaines, la confusion entre « homme » et « homme » est tout sauf anodine : elle change complètement les interprétations que les scientifiques font de leurs observations et les connaissances qu’ils considèrent en tirer45. C’est la raison pour laquelle il faut développer une nouvelle vision de ce qu’on appelle l’objectivité, et que celle-ci doit se baser sur l’élucidation du point de vue d’où on parle ; Louky Bersianik souligne que quand c’est un homme habitué — en partie à cause de la langue — à confondre « existence masculine » et « humanité » qui parle, s’il oublie de questionner son point de départ, il y a un gros risque qu’il développe des théories erronées et misogynes. On en revient à l’idée de la médiocrité des hommes satisfaits de l’existence patriarcale, visée par Bersianik : elle leur reproche encore de ne pas être à la hauteur de leurs prétentions et de se montrer négligents :

Qu’arriverait-il si vous lisiez vos livres avec un peu plus d’attention ? Si vous vous mettiez à exiger de vos auteurs un réel souci d’exactitude ?46

Le besoin urgent de renverser la culture découle donc pour Louky Bersianik de deux nécessités : mettre fin à la l’injustice misogyne qui écarte les femmes des lieux de pouvoir et de création, élargir et améliorer la qualité de la culture et des connaissances qu’on a sur le monde.

 

Pionnière de la féminisation de la langue

En tant qu’écrivaine c’est prioritairement la langue que Louky Bersianik envisage, elle, de révolutionner : pour elle, il est urgent de déloger le patriarcat de la langue française trop longtemps laissée aux mains d’hommes misogynes. D’abord parce qu’il est urgent que la langue s’adapte à la société nouvelle où les femmes travaillent : il faut des mots pour nommer ces femmes. Quelques exemples de l’absurdité de l’absence de féminins pour les noms de métiers jalonnent le roman ; lorsqu’Omicronne cherche un emploi elle est repoussée car femme, non prévue par la langue :

Je suis allée leur offrir mes services comme assistante-décoratrice car ils avaient fait paraître une annonce à cet effet. Ils m’ont répondu qu’ils avaient besoin effectivement d’un assistant-décorateur, mais non d’une assistante-décoratrice.47

Louky Bersianik considère que de telles absurdités signalent surtout que la langue française est trop conservatrice — du moins, telle qu’elle est pensée à ce moment-là, telle que des hommes conservateurs la contrôlent. Elle rapproche ce problème qui concerne essentiellement les femmes de celui qu’elle connaît également en tant que Québécoise, dont la langue est mise en danger par les voisins anglophones :

Le français, dit l’Euguélionne, est une langue d’une richesse incroyable, mais, à mon avis, il est VIEUX JEU. On dirait qu’il a fait son temps. Il ne peut s’adapter aux phénomènes sociaux modernes. Sa richesse même est un boulet qu’il doit traîner dans tous les sens. Seulement dans le domaine de la technologie, il est en train de subir une dangereuse mutation par des emprunts de plus en plus nombreux aux langues étrangères. On l’appelle déjà le « franglais » comme tout le monde sait.

Le français, dit l’Euguélionne, restera la langue d’un peuple mâle chauviniste s’il ne trouve au plus tôt des féminins acceptables pour désigner les femmes du XXe siècle et des siècles à venir, pour désigner aussi avec élégance tous les faits nouveaux qui entourent leur venue au monde appelé jusqu’ici le monde des Hommes.48

Il ne faut pas s’y méprendre, Louky Bersianik est une passionnée de la langue française : elle a hérité de son père une vraie passion pour l’étymologie dont elle parle souvent dans les entretiens qu’elle mène, et écrit entourée par ses dictionnaires — c’est précisément par amour de la langue qu’elle envisage de la révolutionner. « Le français » qu’elle juge vieux jeu n’est pas fatalement voué à rester tel : elle affirme que la langue doit évoluer si elle veut garder sa force et sa richesse, son adéquation avec le monde dans lequel elle est utilisée. On le voit lorsqu’elle cite le problème du « franglais » : pour elle, il ne s’agit pas de protéger coûte que coûte une langue française pétrifiée contre le vilain envahisseur anglophone, mais il faut assouplir la langue française pour que d’elle-même elle s’adapte au monde nouveau et que ses usagers n’aient pas besoin d’aller chercher ailleurs les mots dont ils manquent. De la même manière, on doit trouver des mots pour désigner les femmes et leur donner une véritable existence dans la langue ; et ce sont bien les femmes elles-mêmes qui doivent mener ce combat :

— Pourquoi demander la permission à l’Académie française ? dit l’Euguélionne. Pourquoi supplier, solliciter, vous faire ridiculiser une fois de plus ? Les membres de cette auguste assemblée sont impuissants totalement à changer un iota de cette syntaxe et de cette sémantique. Car les femmes qui composent ladite assemblée, passez-moi l’expression, sont rares comme de la merde de pape et surtout incroyablement effacées. De toute façon, ce sont les mentalités qu’il faut changer car une langue avant la lettre a un esprit…

N’attendez plus de permission pour agir, parler et écrire comme vous l’entendez.

Faites des fautes volontairement pour rétablir l’équilibre des sexes. Inventez la forme neutre, assouplissez la grammaire, détournez l’orthographe, retournez la situation à votre avantage, implantez un nouveau style, de nouvelles tournures de phrases, contournez les difficultés, dérogez aux genres littéraires, faites-les sauter tout bonnement. […]

La langue est un tissu très souple où des centaines de générations avant vous sont venues apposer leurs initiales. Elle attend les vôtres, Femmes de la terre; que les linguistes parmi vous s’y mettent sans tarder.49

On voit qu’il ne s’agit pas de faire n’importe quoi avec la langue : Louky Bersianik appelle les linguistes à se mettre au travail en priorité. Révolutionner la langue ne signifie pas la détruire et appeler le chaos, mais ré-inventer et ré-orienter ce qui a besoin d’être renouvelé, en suivant la logique propre de la langue française.

Ce travail-là qu’elle mène est extrêmement important : il semble que Louky Bersianik soit l’une des toutes premières personnes du monde francophone à avoir sérieusement réfléchi à la féminisation des noms de métier. En 1976, l’idée est dans l’air ; comme je l’ai évoqué notamment en parlant des professionnelles du cinéma et de leur recueil de textes Paroles ! elles tournent…, beaucoup de femmes s’arrangent déjà, de fait, avec la langue, pour s’inventer leurs propres désignations. Louky Bersianik apporte, elle, une cinquantaine de pages argumentées linguistiquement en faveur de la féminisation des noms de métier, et de très nombreux exemples à la clef ; et puis, c’est officiellement imprimé. Dans son « tableau de féminins en formation » elle propose en effet des noms de métiers féminisés ; par exemple pour le mot « auteur » :

MASCULIN

ÉTYMOLOGIE

FÉMININS

Un auteur

Une auteure

Indo-européen : Aweg : croître

Une croissante

AOÛT

Une augustine

Une augustelle

Autorité

Une autoriste

Lat. : auctor

Une auctorèse

Une auctorine

Une autoricienne

Augure

Une augurine

Auxiliaire

Une auxilienne

Une auxiliste

Heur

Une autheure

Un auteur………………….

Une automne

Une autelle

Une autesse

(💕)

Avec la même technique étymologique, Louky Bersianik propose ensuite des féminins pour les mots :

  • « Compositeur » : compositeure, compositienne, componérante, componicienne, composantine, concertade, concertinante, compositorèse.
  • « Écrivain » : écrivante, écriveraine, scriveraine, escribane, scribane, scribadienne, scribade, scripturante, scriptoricienne, stylophile, stylomane, graphicienne, philographe, graphomane, gynographe, scariphine, scariphante, scariphaste, scariphène, écrivière, écrivage, évrivelle, écriturne, écritornarde, écritoriale.
  • « Sculpteur » : sculpteure, sculptante, sculptorèse, scopelle, scoplène, scolplène, scolpane, scolpante, scolpaute, scoplante, scoltante, scolpiste, scolptante, scauprelle, scauprine, scaupreste, sculpticienne, burinante, burinice.
  • « Peintre » : artiste-peintre, peintre, peignante, pictorèse, pittorène, pingiste, pingicienne, pittoricienne, peinturelle, pigmenticienne, pigmentine.
  • « Professeur » : professeure, fablière, phasiste, prophasiste, prophiste, prophesse, professine, professorèse, profiterine, profitericienne, professante, professorante, professoricienne.
  • « Médecin » : médecienne, médicariste, médicante, méderiste, médiatre, thérapeute, mécinelle, miégiste, mirelle, théramire.
  • « Témoin » : testarèse, testicienne, témoniste, testimoine, testimoniale.

Comme je le disais plus haut, rien ne doit se faire au hasard : si l’on crée un nouveau féminin pour un mot, on va le chercher dans les racines étymologiques de la langue. La scientificité linguistique n’est ni incompatible avec l’engagement militant ni avec une certaine poésie. Évidemment certaines propositions sont plus sérieuses que d’autres.

Au Québec, la féminisation des noms de métiers a officiellement commencé en 1979, au moment où l’Office québécois de la langue française recommande aux administrations de féminiser les noms de métier lorsqu’elles citent des décisions gouvernementales. En France il faut attendre bien plus longtemps. Marina Yaguello publie en 1978 Les Mots et les femmes, qui souligne le problème des noms de métier mais n’apporte pas de réelle solution ; une « commission de terminologie relative au vocabulaire concernant les activités des femmes » est mise en place en 1984, dirigée par Benoîte Groult (Hélène Cixous et Annie Leclerc y participent aussi) — elle est suivie de peu d’effets ; en 1998 une seconde commission est lancée, aboutissant cette fois à la rédaction d’un Guide d’aide à la féminisation des noms de métier (1999) ; mais il faut attendre… 2017 pour que le gouvernement français appelle à féminiser les noms de métier dans les documents officiels, et 2019 pour que l’Académie française daigne considérer que c’est une sorte de progrès pour la langue française. Autrement dit, en 1974, alors que Louky Bersianik rédige L’Euguélionne, il est clair qu’elle est pionnière. Comme l’idée était dans l’air du temps, il n’est pas certain qu’elle ait vraiment été « la première », mais elle en a fortement l’impression50 et à vrai dire je n’ai pas encore trouvé d’informations qui contrediraient cela. Dans L’Écriture, c’est les cris, France Théoret raconte qu’un jour, en colloque en France, alors qu’elle citait Louky Bersianik pour être à l’origine du travail sur la féminisation, elle s’est fait reprendre par une Française.

Elle a affirmé qu’un groupe de Françaises, qui s’étaient réunies une fin de semaine au Vermont, avaient “inventé” la féminisation du langage ! » J’ai trouvé son propos imprécis, je ne l’ai pas relevé.51

Apparemment, un texte aurait été écrit en France en 1973 allant dans ce sens, et c’est peut-être lui que citait cette Française. Quoi qu’il en soit L’Euguélionne fait événement puisque c’est la première fois que l’idée est imprimée, et vraiment fouillée. Étant donné les dates de publication et des décisions gouvernementales, on a de bonnes raisons de penser que non seulement Louky Bersianik a été pionnière, mais qu’elle a peut-être directement influencé l’Office de la langue française en 1979 — pure hypothèse, elle n’est pas citée.

***

Voilà pour les grands sujets qui sont développés dans L’Euguélionne. Louky Bersianik a clairement coïncidé de très près avec les interrogations de son époque. Pour le moment, je n’ai pas encore lu d’autre livre qui synthétise à ce point tous les grands axes de développement du féminisme littéraire — revendications polémiques, parodie, création au féminin, révolution de la langue ; je n’en ai pas encore trouvé non plus de plus jouissif à lire. Je m’interroge quand même parfois : j’ai beaucoup lu que, si le livre avait fait date, on ne pouvait tout de même pas parler de chef d’œuvre — que, précisément, il était trop daté. Je me demande ? Je trouve qu’il est bien plus difficile de se rapprocher des préoccupations de celles qui « écrivent au féminin », parfois dans des sortes de loghorrées très essentialisantes, que de Louky Bersianik ; j’y ai trouvé énormément d’échos avec les questionnements féministes d’aujourd’hui, et j’ai eu un très grand plaisir de lecture, renouvelé par ailleurs à chaque fois que je travaille sur l’œuvre. Bref, pour moi, c’est bien une grande œuvre. Je me demande parfois si, quand on lui reproche d’avoir une piètre valeur littéraire — si ça a un sens, même — on n’est pas juste encore récalcitrant·e à l’idée que la littérature puisse être un acte politique ?

 

Citer cet article : Aurore Turbiau, "Louky Bersianik, L’Euguélionne (1976)", dans Littératures engagées (ISSN : 2679-4950), publié le 28/07/2019, https://engagees.hypotheses.org/358, consulté le 29/11/2020.

 

Notes :

  1. Louky Bersianik, L’Euguélionne, éditions Typo, Montréal, [1976] 2012, p. 21 []
  2. L’Euguélionne, op. cit., p. 88. []
  3. « Et vous, mes Filles, cessez de marcher à quatre pattes en léchant les parquets, sinon je vous fais avec des mains coupées. / Et vous, mes Fils, cessez d’être la marchandise d’un petit nombre de maquignons. Les bras que je vous ai faits vous appartiennent. » L’Euguélionne, op. cit., p. 42 []
  4. L’Euguélionne, op. cit., p. 392 []
  5. Marc Angenot, La Parole pamphlétaire, Payot et Rivages (« Langues et sociétés »), Paris, [1982] 1995, p. 36. []
  6. L’Euguélionne, op. cit., p. 420 []
  7. L’Euguélionne, op. cit., p. 282 []
  8. La vision est certes complètement ciscentrée, dans la décennie 1970 les questions de transidentité / transgenre / intersexualité sont encore très méconnues []
  9. L’Euguélionne, op. cit., p. 478 []
  10. L’Euguélionne, op. cit., p. 274 []
  11. L’Euguélionne, op. cit., p. 173-174 []
  12. cf. Bakhtine. []
  13. L’Euguélionne, op. cit., p. 245 []
  14. L’Euguélionne, op. cit., p. 357 []
  15. L’Euguélionne, op. cit., p. 136 []
  16. Bien sûr, ce vocabulaire-là ne date pas des années 1970. []
  17. L’Euguélionne, op. cit., p. 194 []
  18. L’Euguélionne, op. cit., p. 284 []
  19. L’Euguélionne, op. cit., p. 285 []
  20. L’Euguélionne, op. cit., p. 386 []
  21. L’Euguélionne, op. cit., p. 444-445 []
  22. L’Euguélionne, op. cit., p. 513 []
  23. L’Euguélionne, op. cit., p. 449-450 []
  24. L’Euguélionne, op. cit., p. 135 []
  25. L’Euguélionne, op. cit., p. 140 []
  26. L’Euguélionne, op. cit., p. 142 []
  27. L’Euguélionne, op. cit., p. 523 []
  28. L’Euguélionne, op. cit., p. 647 []
  29. L’Euguélionne, op. cit., p. 257 []
  30. L’Euguélionne, op. cit., p. 257 []
  31. L’Euguélionne, op. cit., p. 86 []
  32. L’Euguélionne, op. cit., p. 99 []
  33. L’Euguélionne, op. cit., p. 511 []
  34. L’Euguélionne, op. cit., p. 510 []
  35. L’Euguélionne, op. cit., p. 515 []
  36. L’Euguélionne, op. cit., p. 654 []
  37. L’Euguélionne, op. cit., p. 47 []
  38. L’Euguélionne, op. cit., p. 442 []
  39. L’Euguélionne, op. cit., p. 438 []
  40. L’Euguélionne, op. cit., p. 514 []
  41. L’Euguélionne, op. cit., p. 509 []
  42. L’Euguélionne, op. cit., p. 613 []
  43. L’Euguélionne, op. cit., p. 413 []
  44. L’Euguélionne, op. cit., p. 415 []
  45. Voir par exemple les travaux de Donna Haraway sur la biologie et l’anthropologie — j’essaierai de faire un article pour restituer certaines des idées principales. []
  46. L’Euguélionne, op. cit., p. 423 []
  47. L’Euguélionne, op. cit., p. 209 []
  48. L’Euguélionne, op. cit., p. 409 []
  49. L’Euguélionne, op. cit., p. 399-400 []
  50. Voir Louky Bersianik, L’Écriture, c’est les cris. Entretiens avec France Théoret, éditions du remue-ménage, Montréal, 2014, p. 95. []
  51. Op. cit., p. 93. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search