“Constellations créatrices”, n°12 de la revue GLAD!

Miniature collaboration Les Jaseuses et GLAD!

J’ai le plaisir de pouvoir annoncer la parution du numéro “Constellations créatrices” de la revue GLAD! Revue sur le langage, le genre, les sexualités, co-dirigé avec Mathilde Leïchlé, Marys Renné Hertiman, Camille Islert, Vicky Gauthier, et largement accompagné par l’équipe de direction de la revue, que nous remercions, comme les évaluateurs et évaluatrices des articles du numéro.

Ce numéro vient clore pour nous le cycle ouvert début 2021 par le colloque “Constellations créatrices : héritages et réseaux féminins* / queer”. Il apporte une solidification de l’exploration autour de la notion de constellations que nous avions entamée alors : compte-rendus de lecture, entretiens, textes de créations et articles de recherche contribuent tous à une réflexion croisée sur ce que l’on peut faire, méthodologiquement, en chercheuses engagées dans des études féministes, de cette notion.

Nous partions du constat que les œuvres des artistes femmes ou queer sont souvent désignées comme “mineures”, “invisibilisées”, “isolées” ou “pionnières”, poncifs parfois délétères à l’analyse et à la prise en compte effective de ces œuvres dans la manière dont on retrace l’histoire des arts ou de la littérature. Il s’agit d’imaginer des manières de sortir des “filiations obligatoires”, d’en justifier l’intérêt ; de faire surgir des constellations créatrices sans essentialiser les trajectoires des œuvres ni les faire intégrer, de force, des canons dont les structures excluantes méritent d’être interrogées. La notion de “constellations”, qui relève a priori du lieu commun indéfini, est ainsi pensée comme un outil critique, une “pratique” (Suzel Meyer), propice au déploiement de nouvelles méthodes de recherche autour des œuvres d’artistes femmes ou queer. Le numéro propose une notion de constellation en soi créatrice : une “critique constellatrice” (Adèle Cassigneul), bricolée, étayée par différents exemples et contextes d’analyse.

Pour ce qui me concerne, j’ai tenté de synthétiser l’ensemble de cette démarche dans la présentation analytique du numéro, qui vient compléter son introduction. Au cours du numéro, je propose également une exploration critique de l’ouvrage QuébeQueer1, ainsi que la retranscription d’un entretien passionnant avec la chercheuse en littérature féministe Isabelle Boisclair, mené avec Vicky Gauthier.

Le numéro est disponible en pdf, ou bien lisible en ligne sur le site de GLAD!

 

Couverture du numéro “Constellations créatrices”, Aurore Turbiau, Mathilde Leïchlé, Marys Renné Hertiman, Camille Islert, Vicky Gauthier (dir.), GLAD!, n°12, juillet 2022.

Notes :



Citer ce billet
Aurore Turbiau (2022, 23 juillet). “Constellations créatrices”, n°12 de la revue GLAD!. Littératures engagées. Consulté le 13 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/oe0w

  1. Isabelle Boisclair, Pierre-Luc Landry, Guillaume Poirier Girard (dir.), QuébeQueerLe queer dans les productions littéraires, artistiques et médiatiques québécoises, Montréal, Presses de l’Université de Montréal, 2020. []

Aurore Turbiau

Docteure en littérature comparée, actuellement ATER en littérature française et études de genre (Université Lyon 2 Lumière, Passages). Spécialiste sur le sujet des littératures politiques des années 1970-1980, spécialement féministes et lesbiennes, entre la France et le Québec.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search