Voix intimes et politiques : l’engagement des revues québécoises de 1976 à nos jours

 

Très heureuse de pouvoir annoncer la parution du dernier numéro de la revue @nalyses, dirigé par Marie-Andrée Bergeron, Karim Larose et Jean-Philippe Warren, autour des “Voix intimes et politiques : l’engagement des revues québécoises de 1976 à nos jours”.

Pour ce qui concerne les sujets dont on parle ici sur le carnet, je recommande particulièrement l’article de Marie-Andrée Bergeron, consacré à la revue Amazones d’hier, lesbiennes d’aujourd’hui, qui s’intéresse à “la revue comme praxis révolutionnaire”.

Pour ma part, j’y ai proposé un “parcours des subjectivités dans Les Têtes de pioche, revue féministe majeure de 1976-1978 au Québec, dirigée notamment par Nicole Brossard et France Théoret :

Cet article propose une analyse de la manière dont la notion de subjectivité est travaillée par les femmes qui ont tenu, entre 1976 et 1978, la revue féministe Les Têtes de pioche. Pour les radicales qui y écrivent, engager sa subjectivité consiste d’abord à raconter son expérience et à exposer son point de vue particulier parce que « la vie privée est politique », que l’expérience vécue produit une forme de savoir sur la société et que la conjonction de tous les singuliers révèle les communs. Les féministes entrent ainsi dans l’action en tant que mouvements et identités à la fois situées, subjectives et collectives, en réfléchissant à la manière dont il leur faut articuler les intérêts communs et les singularités de chacune. Toutefois, la fin des Têtes de pioche est marquée par des conflits qui révèlent la difficulté inhérente à ces partis pris militants : entre gauchistes et radicales ou entre hétérosexuelles et lesbiennes, le dialogue paraît parfois irréconciliable. L’expérience singulière et la vie privée de chacune entrent en opposition avec la nécessité d’une lutte politique commune de telle sorte que la mise en scène des subjectivités finit par prendre toute la place : les “subjectivités engagées” se prennent aussi, parfois, à leur propre piège.

J’avais déjà parlé un peu de cette revue, quand je rédigeais l’article, sur le carnet : par ici pour en savoir un peu plus sur le détail des rapports entre hétéros et lesbiennes dans la revue.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search