“groupes dits de conscience : ils constituent sans doute le piège le plus raffiné du féminisme actuel”

Et tu sais, plusieurs s'y trouvent encore. Les moi/je constituaient, à mon avis, un immense piège, un subtil subterfuge et nous en avions fait, pour un temps, notre gloriole. Tu te souviens, nous parlions même d'aura, de nagual et que sais-je encore ? Nous étions même devenues, croyons-nous, des sorcières. Hors de notre histoire concrète, individuelle et collective, hors des luttes quotidiennes à mener patiemment, sans orgueil, nous avions cru pouvoir nous sortir du temps et de l'espace qui sont nôtres, flirtant avec les mystiques les plus lointaines et les plus proches et faisant, comme bien d'autres, le jeu des pouvoirs en place. [...]

Les "vérités" que nous faisons circuler entre nous étaient autant de prétextes à ne plus rencontrer la vérité de nos histoires respectives, pour parler comme Lacan. Je ne crois absolument plus aux groupes dits de conscience : ils constituent sans doute le piège le plus raffiné du féminisme actuel.

— Madeleine Gagnon, "Mon corps dans l'écriture", dans Hélène Cixous, Madeleine Gagnon, Annie Leclerc, La Venue à l'écriture, Paris, Union générale d'édition, 1977, p. 148-149.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.