« Si ce n’était cette conscience féministe, je serais incapable de discerner entre ce qui m’aveugle et ce qui m’éblouit »

Le militantisme, je le pratique dans des interventions prosaïques, disons une prose journalistique. Mes interventions militantes se font surtout dans le domaine culturel~: journaux, revues, films. Quant à l'écriture et à la poésie, il faudrait plutôt parler de conscience féministe que de militantisme. Or cette conscience féministe c'est justement ce qui me nourrit le plus vitalement~; c'est ce qui agrandit mon champ de vision et qui justement me permet de comprendre ou d'essayer de comprendre de quoi il s'agit lorsque nous parlons de politique, d'imaginaire, de réalité, de fiction, d'identité. Si ce n'était cette conscience féministe, je serais incapable de discerner entre ce qui m'aveugle et ce qui m'éblouit.

— Nicole Brossard, dans Anne-Marie Delepoulle, "Entretien avec Nicole Brossard" » in Études canadiennes, Talence, 1984, vol. 16, p. 69.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search