Méta-carnet de thèse : terrains d’essai et dates de péremptions

Notes publiées d’abord sur Twitter, je les reproduis ici pour garder trace : juste quelques pensées en passant sur l’évolution du carnet Hypothèses par rapport au temps long de la rédaction de thèse.

***

Ces derniers temps je réfléchis pas mal à ma pratique du carnet Hypothèses, pour plusieurs raisons. D’une part, parce que je suis les discussions histoire de l’art qui se tiennent actuellement ; elles insistent en particulier sur l’importance du travail des jeunes chercheur·ses (masterant·es et doctorant·es) dans le champ, et sur l’importance de ces supports de diffusion que sont les carnets, gratuits pour leurs auteur·ices, plus libres et moins officiels que les publications universitaires stricto sensu et que la vulgarisation proposée par les musées ou des “influenceurs” et “influenceuses” sur les réseaux (je schématise1). Mes réflexions portent à côté mais sont quand même un peu nourries par ces débats. D’autre part, parce que je vois mon regard changer sur mon propre carnet : il a été très important en début de thèse, pour différentes raisons que j’évoque plus bas, mais fatalement, je le laisse un peu tomber pendant la rédaction. En dépit de ce relatif abandon, il reste la porte d’entrée principale pour les personnes qui cherchent à savoir sur quoi et comment je travaille (en période de candidatures ATER, ça n’est pas anodin).

Bref. Je me dis principalement une chose : outre que les carnets, c’est le pied, hyper utile, de vrais tremplins pour plein de choses, des mines d’or sur plein de sujets, il me semble qu’il ne faut pas oublier aussi que le contenu est souvent moyennement bon, voire parfois carrément très nul et limite dangereux (si on prend “dangereux”, certes, dans un sens un peu lâche : dangereux parce qu’erreurs, inattentions, manques de rigueur, mélange des sphères pro et perso, etc. Contenus non vérifiés en somme. On en voit !).

Il me semble normal que le contenu des carnets ne soit pas toujours parfaitement impeccable et rigoureux : justement ce sont des blogs, non relus par les pairs (parfois par les ami·es oui, mais ça n’est pas pareil) — c’est précisément leur intérêt. Certes, pas n’importe quels blogs : des blogs rédigés par des chercheur·ses (de différents statuts) à propos de leur recherche ; quoique la définition de “la recherche” soit parfois un peu aléatoire (ce qui ouvre le champ et est une bonne chose dans ce sens : des ratés pour des réussites aussi). Mais bon, voilà : on trouve tout et n’importe quoi.

Je ne renie pas le mien, il m’a permis d’éclaircir plein de choses, de garder la tête hors de l’eau à des moments où j’aurais pu me noyer dans mon sujet, de croire un peu à ce que je faisais. Certains articles sont bons je crois, ma directrice de thèse m’avait dit qu’ils auraient pu être publiés “officiellement”. Mais dans le lot, surtout au début, il y a des billets moyennement bons ; pas très rigoureux, pas très intéressants, pas toujours bien référencés par rapport aux sources, voire des choses avec des informations un peu erronées.

Or justement, le carnet reste la porte d’entrée principale : c’est quand même plus facile de survoler ça, parfois, que de lire les articles scientifiques que je publie aussi et qui sont, parce qu’ils ont été relus et réécrits, nettement plus solides.

J’ai un peu honte parfois, je me dis que je devrais supprimer des choses. Certaines personnes me parlent d’un “journal intime” : donc bon, oui un peu, on dit “je” et on situe l’état du travail quoi — mais journal intime ? J’espère quand même, pour ma part, faire autre chose qu’un simple étalage d’états d’âme.

Il y a aussi et surtout un décalage chronologique entre ce que je publie sur le carnet et ce que je publie ailleurs : sur le carnet ce sont les plus vieilles réflexions — il est clairement périmé par rapport à ce que je fais aujourd’hui. Je pense aux collègues qui, par manque de temps ou mauvaise foi, peuvent s’arrêter là pour formuler un jugement définitif. Ça me stresse un peu.

Mais en même temps, ce que je fais aujourd’hui doit rester à peu près secret sinon je prends le risque, bien connu, de me faire voler mes idées — par d’autres jeunes chercheur·ses ou bien par des collègues plus en place –, et je dégrade l’intérêt de ma thèse : donc le décalage se creuse entre le début de ma thèse, dont témoigne ce carnet, et mes recherches actuelles qui m’apparaissent bien plus originales et pertinentes, mais qui n’ont encore trace nulle part.

Outre ces anxiétés de recrutement et de réputation, qui tiennent au domaine proprement ESR, bon, la pratique du carnet m’interroge aussi sur la pratique de “vulgarisation”. J’ai publié ici, et aussi sur The Conversation par exemple, surtout au début de ma thèse : à un moment où “vulgariser” me permettait de tester des idées, de travailler sur un temps court pour avoir des retours rapides. C’était extrêmement utile et formateur. Beaucoup de sujets que je traite rigoureusement aujourd’hui et qui me semblent réellement importants n’auraient pas pu être saisis avec finesse si je n’avais pas d’abord pu tenter des approches plus schématiques.

Mais en même temps, c’est une drôle d’idée de “vulgariser” avant d’avoir vraiment bâti quelque chose. Je ne parle pas tellement en termes de validation universitaire : je suis persuadée que l’on peut écrire des choses très pertinentes sans que l’université ait posé son sceau dessus, et avant de publier une thèse. Mais je parle en termes de rigueur d’analyse et de vraie maîtrise du champ : le décalage entre les deux premières années de thèse, et la fin de thèse, c’est quand même quelque chose d’énorme. Pas seulement en termes de connaissances — je crois que pour certains sujets “à la mode” n’est-ce pas, les jeunes chercheur·ses peuvent être plus solides que leurs propres professeur·es parfois2. Mais surtout en termes de rigueur dans la rédaction et dans l’articulation de la pensée. Cette formation, donc, peut se tenir hors des clous de l’université, j’en suis persuadée : mais en général, sur un blog, on n’y est pas encore ? Et c’est précisément l’intérêt de ces carnets, proposer des recherches qui sont encore bancales, tendre les perches, voir ce que cela donne, tester des choses ?

Bref voilà. Pas de vraie conclusion, c’est juste ça : les carnets, il faut quand même aussi s’en méfier, et surtout veiller à respecter ce qu’ils sont par nature et ce qu’ils représentent pour les personnes qui les rédigent.

  1. Quand on les découvre, les lire pour ce qu’ils sont, des terrains d’essais, et redoubler d’attention pour faire le tri entre ce qui est solide et intéressant, et ce qui l’est moins.
    • Ce qui ne veut surtout pas dire qu’ils ne sont pas citables ! Le problème du pillage des carnets a souvent été relevé. Il me semble que par leur nature de terrains d’essais, ils sont particulièrement vulnérables sur ce point : certaines idées ont l’air de rien, ont l’air d’être empruntables sans citation — mais elles sont embryonnaires ici, c’est le but, et il faut rester attentif·ve au fait qu’elles sont/seront probablement re-déployées ailleurs et mieux dans les travaux des auteur·ices.
    • D’un autre côté, et cette réflexion s’adresse plutôt aux masterant·es ou chercheur·ses débutant·es, un contenu de carnet ne peut en effet avoir la même valeur “scientifique” qu’un article relu par les pairs — comme pour les mémoires. Pour le dire simplement aussi, par rapport à des exemples réellement croisés, il me semble que ça n’est pas parce qu’un article publié sur carnet prétend dire en quelques mots quelque chose de pertinent sur tel ou tel sujet, qu’il devient référence incontournable sur le sujet en question. C’est pareil pour les articles universitaires de toute façon, et la frontière est glissante, c’est tout le problème.
  2. Quand on les rédige, si on est en thèse ou en cours de travail sur un long terme : prendre garde aux risques de pillage, mais aussi d’archivage et de référencement d’un état de pensée où on n’est pas encore toujours très solide, un risque de caricature de son propre travail à partir du moment où le décalage s’installe entre profusion du début d’une recherche et temps escargotesque de la rédaction-soutenance-publication du véritable travail.

Mais sinon les carnets c’est super. J’adore, je suis à 100% dans l’idée qu’il faut aussi produire de la recherche dans ces interstices-là, bousculer ce qu’on entend par “recherche” et laisser place aux chantiers. C’est nécessaire pour les vraies discussions.

Passer seulement par les formats définitifs et monologiques, réservés aux personnes en place et saturés de rapports de pouvoir divers : dommage.

Malgré tout, ce pendant normatif de la recherche, il est important aussi, ce qu’on peut avoir tendance à négliger à force de batailler pour la reconnaissance des recherches plus intersticielles : il me semble qu’on n’a pas non plus de vraie discussion sans relectures, corrections, ré-aiguillages, réécritures, reproches et disputes avec les collègues, selon les règles vraiment exigeantes et difficiles qui sont celles de nos domaines d’étude respectifs.

Évidemment mon point de vue est ESR-centré : tout ce fil est rédigé sous l’angle “priorité à la construction d’un savoir solide, partageable, vérifié”, et pas “priorité à la construction de savoirs autres, dans les marges, et au questionnement des normes”. Les deux m’importent mais j’ai besoin de d’abord passer par la première phase : déconstruire sans avoir d’abord construit du solide ça me paraît compliqué. Mais tout autant que “construire” sans avoir en tête qu’on pourrait aussi interroger la valeur et le contexte de nos outils me paraît stupide.

Je crois simplement que les deux se complètent et bon, de toute façon voilà, pas de leçon à donner, je voulais aussi juste faire état de mes réflexions par rapport à ça : ce qu’implique le carnet, ce que cela veut dire “vulgariser” quand on est au début de sa recherche, parler des péremptions, des chantiers, des vulnérabilités qui se cachent derrière un carnet.

 

Citer cet article : Aurore Turbiau, "Méta-carnet de thèse : terrains d’essai et dates de péremptions", dans Littératures engagées (ISSN : 2679-4950), publié le 03/04/2022, https://engagees.hypotheses.org/3349, consulté le 13/08/2022.

 

Atelier et outils – licence libre pixabay

 

Notes :

  1. Pour redonner le contexte, rapidement : beaucoup de discussions croisant des réflexions sur le travail de vulgarisation — qui vulgarise, dans quelles conditions, ce que ça signifie pour la recherche et pour les différentes institutions culturelles liées à l’histoire de l’art –, sur la précarité des jeunes chercheur·ses en histoire de l’art, sur le pillage et le plagiat, rémunérés, de travaux de doctorant·es et masterant·es travaillant gratuitement, etc. Voir en particulier le texte “Percer l’abcès : influences et recherches dans la culture” d’Eva Belgherbi et de Marion Cazaux. []
  2. Pas mon cas, je précise : j’ai une excellente direction de thèse par rapport à mon sujet, mais il me semble que ça n’est pas le cas de tout le monde en ALSHS. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search