Rédaction et procrastination : décomposition des tâches, décompte du temps

Billet rapide pour présenter un logiciel que j’utilise depuis que je me suis remise en phase de rédaction intense : il porte le doux nom de SuperProductivity, et il est super.

Ma problématique : je gère globalement bien le temps pour le travail en général, mais en phase de rédaction, il faut des grandes plages horaires si possible pas perturbées par des éléments extérieurs. Or les sollicitations intempestives sont nombreuses au cours de la journée : mails, messages sur les différents réseaux (chez moi il y a discord, slack, twitter, whatsapp, signal et je crois que j’en oublie encore) ; et il y a toujours foule d’autres tâches à faire (au hasard, les candidatures d’ATER pour moi en ce moment, mais plein d’autres aussi). Alors la procrastination est un risque permanent, particulièrement à ces moments de seuil de rédaction où l’anxiété est particulièrement forte : besoin de petites techniques pour se forcer à se concentrer.

Je suis revenue à mes méthodes de période de concours.

1. Forest sur le téléphone, pour m’empêcher de regarder mes messages (risquer de faire mourir un petit arbre virtuel… c’est dissuasif 😢).

2. Appli de tracking pour lister les objectifs, compter le temps passé et s’assurer que celui-ci ne se dissipe pas trop vite en occupations parasites (dissuasion par la culpabilisation eh oui ! Mais aussi par le challenge, puisque ça permet aussi de se fixer des objectifs facilement contrôlables). C’est sur ce point qu’intervient SuperProductivity1 : logiciel open source conçu à l’origine pour aider les développeurs à organiser leurs tâches et projets.

  • Je précise open source, c’est important : ça signifie en l’occurrence gratuit, pas de pub, a priori pas de problème de fuite des données (ici les infos sur l’origine du logiciel).
  • Il existe sur ordinateur (système electron = tous types d’installation, web, PC, Mac ou Linux), ou sur smartphone, et peut se synchroniser (toutefois je ne trouve pas l’appli smartphone hyper bien faite).
  • Il est assez léger et assez modulable, en termes d’esthétique et de gestion des différents compteurs, j’y reviens plus bas.
  • Par ici pour le site officiel.

Je propose juste ici de montrer quelques fonctionnalités et applications pertinentes pour la thèse.

Organisation des différents projets

D’abord, concernant l’organisation du travail.

Première chose simple : le logiciel permet de multiplier les projets et les sous-projets (trois niveaux max : projet, tâches, sous-tâches), ce qui facilite la vue globale sur le travail. Par exemple, j’ai des projets “Admin et mails divers”, “Articles et compte-rendus”, un projet pour chaque ouvrage collaboratif auquel je participe actuellement, un projet pour chaque chapitre de thèse, un projet pour chaque asso à laquelle je participe (en l’occurrence les vraiment chronophages seulement, Les Jaseuses et les Ami·es de Monique Wittig). J’utilise un code couleur perso pour réunir les types de projets : thèse, ouvrages, assos, etc.

Gestion d’un projet, exemple 1 : tâches en cours, tâches terminées

À l’intérieur de chaque projet, les tâches se décomposent à l’envi (très utile). Deux exemples ici.

Dans l’exemple n°1, il s’agit d’un projet de livre2 qui arrive à sa fin : on voit en bas que j’ai terminé un certain nombre de tâches (réunions, enregistrements, relectures) ; en haut, on voit celles qui restent (lectures, bibliographie et organisation de la promotion). En rose en corps de page, l’indication sur le fait qu’au moment où j’ai pris la capture d’écran j’étais en train d’enregistrer la bibliographie du chapitre 4 ; en rose aussi dans la barre des tâches en haut, qui s’affiche quel que soit le contenu de votre fenêtre, l’indication de la tâche en cours à ce moment-là.

Gestion d’un projet, exemple 2 : faire des listes

Dans l’exemple n°2, moins intéressant mais pour dire : on peut multiplier les sous-tâches d’un projet autant qu’on veut. Y mettre des compteurs, ou non. Pratique pour savoir où on en est. Là, l’exemple n’est pas hyper probant, mais c’est utile notamment en cours de rédaction de chapitre, pour se fixer des paliers d’objectifs : au lieu d’avoir juste “Écrire le chapitre”, décomposer en “Réunir les idées et citations / Rédiger le premier jet / Relire le premier jet / Compléter les trous / Relire l’ensemble, etc.” En tout cas moi ça m’aide à dé-montagniser la chose.

Tâches de la journée

Une des fonctions les plus utiles, c’est celle qui permet de voir ce qu’on a fait sur l’ensemble d’une journée, ou ce qu’on prévoit de faire sur l’ensemble d’une journée. Dans ce cas, il suffit de “tagger” la tâche avec un “Today”, et toutes les taggées, d’où qu’elles viennent, se trouvent sur la page d’accueil. On voit ici que le jour où j’ai pris les captures d’écran, j’ai bossé sur mon chapitre 1 et un peu sur mon intro, sur mon carnet (surprise), géré quelques trucs pour les Jaseuses, avancé sur la bibliographie du bouquin. Les compteurs qui s’affichent à droite correspondent au temps total passé sur chaque tâche depuis sa création, pas jour par jour. En revanche, le temps de travail de la journée est comptabilisé en haut de l’écran.

Ensuite justement, concernant la gestion du temps, le logiciel prévoit différentes choses.

Les compteurs : modulables autant qu’on veut

La plus utile à mon sens concerne les compteurs situés dans la barre des tâches en haut de l’écran : ils permettent de voir quelle tâche est en cours, combien de temps de pause on a pris, etc. Certains compteurs sont fournis par défaut, mais on peut créer tous ceux qu’on veut. Dans mon exemple, j’en ai en effet ajouté. Ici, on a donc : le play/pause de la tâche en cours, le décompte du temps de marche (pour éviter de rester assis·e toute la journée… un des compteurs prévus par défaut je crois), le décompte du nombre de bouteilles d’eau bues (sinon j’oublie), le compteur du temps passé en pause dej et café, le compteur de temps passé sur les réseaux sociaux (en rose : ça signifie qu’au moment où j’ai pris la capture d’écran, j’étais en train de faire une pause réseaux sociaux)… à droite un compteur pauses pipi (pourquoi pas ?). Le dernier symbole à droite n’est plus un compteur mais le volet “notes libres” qu’on peut associer à certaines tâches.

Planning des tâches

Une autre fonction utile tient à l’organisation du planning : on peut planifier certaines tâches, prévoir par exemple d’avoir fini tel chapitre à telle date. Dans ce cas, on peut dérouler la ligne du temps totale pour voir ce qui nous attend de manière synthétique.

Statistiques

Et enfin, notez qu’on peut accéder aux statistiques globales d’un projet : temps total passé, jours travaillé, etc.

Sans capture d’écran, infos supplémentaires. 1. Il est possible de se programmer des messages d’encouragement à soi-même, why not (le logiciel en contient par défaut). 2. On peut paramétrer la gestion des pauses pour se forcer à en prendre plus souvent : par exemple, on peut demander à ce qu’un pop-up vienne exiger une pause toutes les 45min, ou toutes les 2h, ou comme on veut. J’ai testé ça, mais ça m’a très vite saoulée : flemme de culpabiliser en plus parce que je prends pas correctement mes pauses 🙂

Voilà pour la présentation du logiciel ! Je le trouve utile : pour organiser les tâches et aider à la concentration. Dans certains cas, pour avoir une idée du temps qu’on passe sur tel ou tel projet. En particulier pour les chapitres de thèse : ça m’intéresse de voir combien de temps je passe sur chacun, et à l’intérieur, sur chaque type de tâche — pour pouvoir anticiper la suite de la rédaction de manière réaliste, notamment. J’ai trouvé ça utile aussi pour mesurer d’autres éléments, comme le temps moyen passé à gérer les mails chaque jour (assez effrayant), ou le temps nécessaire à l’enregistrement d’une bibliographie Zotero (pareil !).

Concrètement, quand je rencontre un vrai souci de procrastination, j’utilise ce logiciel comme outil de concentration par l’auto culpabilisation (yay, fun) : je clique sur le compteur “Réseaux sociaux” quand je quitte mon fichier de thèse, et comme je n’ai pas envie de voir le chiffre monter trop vite, ça limite la casse — je reviens vite à mon fichier. Les autres compteurs simples je les ai très vite laissé tomber, ça m’a juste fait rire de les créer au début. En réalité, la grande majorité du temps, je ne décompte rien du tout et je fais passer mes journées sans faire particulièrement attention : mais le logiciel est en arrière-plan en roue de secours, au cas où une journée dégénère dans un cycle de procrastination/colère contre moi-même. J’utilise du coup surtout les fonctions d’organisation des listes de tâches à faire. Les plannings, j’ai essayé mais à part me faire paniquer ça n’a pas eu grand effet.

Voilà ! En espérant que ça puisse éventuellement être utile (?)…

 

 

Notes :

  1. Vraiment ce nom par contre, impossible à assumer… []
  2. Il sort en mai !! Co-écrit avec Margot Lachkar, Camille Islert, Manon Berthier et Alexandre Antolin : Écrire à l’encre violette. Littératures lesbiennes en France de 1900 à nos jours, aux éditions du Cavalier bleu. []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Aurore Turbiau (31 mars 2022). Rédaction et procrastination : décomposition des tâches, décompte du temps. Littératures engagées. Consulté le 18 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/oe0p


Aurore Turbiau

Docteure en littérature comparée, actuellement ATER en littérature française et études de genre (Université Lyon 2 Lumière, Passages). Spécialiste sur le sujet des littératures politiques des années 1970-1980, spécialement féministes et lesbiennes, entre la France et le Québec.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search