“Je ne parle tu seule […] Je suis une fée, j’ai soif. C’est plein de putains et de vierges dans mon corps”

Je ne parle tu seule.
Je. Zéro. Fille de rien. Fille de joie. Femme de peine. [...]
Soudain autour de moi les femmes.
À vivre avec des muettes et avec des sourds comment avons-nous appris à parler ?
Je suis une fée, j’ai soif. C’est plein de putains et de vierges dans mon corps.
Grossesses nerveuses ?
Les fées étaient des résistantes.
Ce sont des femmes qui en Bretagne, à l’annonce de l’arrivée sur terre
du Christ et des apôtres, ont refusé de se prosterner.
Elles ont refusé d’arrêter de chanter et de danser.
Les fées autour des berceaux : pour que n'arrive point le baptême. [...]
Je suis une fée. Je ne suis nulle part dans la peau soumise.
Je parle tu seule. Ou avec Michelet qui m’a raconté les fées.
Je suis une fée qui chante et qui danse. Qui suis-je ?
Si tu me trouves. Si tu viens me voir. On va chanter. On va danser.
Pis on va jaser.
Ce n’est pas de la psychanalyse collective. Pour faire éclater le réel il faut de la subversion. La psychanalyse n’est pas subversive. [...]
Je me chante et me danse et me jase qui je suis.
Qui suis-je ?
Un double scotch, s'il-vous-plaît.
La fée a soif.

— Denise Boucher, "Autour le monde a perdu ses oreilles", in Sorcières : les femmes parlent, n°14, « La Jasette », p. 41.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.