“écartée pour manque de pureté littéraire. Elle le formulait ainsi : mon féminisme est l’arbre qui cache la forêt”

La grandeur de son travail en littérature n'était jamais reconnue. Elle n'avait pas reçu de prix ni de récompense réelle ou symbolique pour une œuvre majeure, d'une grande maîtrise et d'une véritable originalité. Elle souffrait de cela. C'était véhément. La nécrose intellectuelle des institutions charrie de la pourriture.
Je n'ai jamais pu analyser les arrières-pensées de mes contemporains. Devant une œuvre immense, hors de l'ordinaire, disproportionnée, personne n'a envisagé l'attribution d'une récompense littéraire. Ce n'est pas l'auteure qu'il faut questionner. Plutôt l'ensemble de la société. Mille fois, je m'interroge sur la nature de cette société. La sortie d'un grand livre a été ratée, le livre n'a pas été vu et considéré pour ce qu'il était. L'auteure a eu une longue vie, elle pouvait recevoir un prix de carrière, pour l'œuvre entière. Cela non plus n'a pas eu lieu. [...] Il est impossible d'imaginer un traitement plus dur et réprobateur que l'ignorance et le passage sous silence de livres imposants et novateurs. [...]
Tout ce qui était institutionnel l'avait écartée pour manque de pureté littéraire. Elle le formulait ainsi : mon féminisme est l'arbre qui cache la forêt. On la disait auteure idéologique. Ainsi, ceux qui pouvaient la lire ne la lisaient pas, jugeaient inutile d'y consacrer leur temps. De cela, elle m'a parlé, de son féminisme qui jetait de l'ombre sur la matière textuelle, son travail raffiné et conséquent.
Son monde, celui des écrivains, la rejetait. Les institutions sont les gardiennes de la pureté littéraire à toutes les époques. Son œuvre imposante n'a pu être dissimulée, tant elle occupait un espace visible. Il a bien fallu en accuser la présence. La première et sans doute la dernière définition, comme un label : une œuvre féministe. Elle était étiquetée, cataloguée, cela n'allait pas changer.

— France Théoret, Va et nous venge, Montréal, Léméac, 2015, p. 140-141.

À propos de l’œuvre de Louky Bersianik


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search