Corriger les copies : barèmes et automatisation des notes

Il faut que j’écrive un premier article pour la catégorie « Enseigner » : pour rester dans du matériel concret et objectif, aujourd’hui, je vais parler de corrections de copies (oui cette association est presque une énormité).

Mon expérience d’enseignement est encore toute petite : outre les cours particuliers, ça se résume pour le moment à une année de secondaire — deux classes de seconde générale, en tant que stagiaire, avec formation parallèle à l’Espé — et une année de supérieur — cette année j’ai géré cinq TD d’une heure chacun par semaine, pour des étudiant·es de deuxième année de licence de lettres modernes. Néanmoins, avec tout le zèle dont il paraît qu’il n’est l’apanage que des débutant·es, en deux ans j’ai dû corriger environ 1 300 devoirs1 — je commence à savoir un peu ce que c’est que de corriger, de se prendre la tête pour noter le plus justement possible, d’en avoir physiquement marre d’écrire les mêmes remarques sur toutes les copies et de déprimer devant un tas qui diminue de volume beaucoup trop lentement. Pour le moment je suis très attachée à faire faire de nombreux exercices à mes étudiant·es, parce que ça marche très bien : les progrès d’une copie à l’autre sont nets. Le problème c’est que j’y passe un temps monstrueux.

Cette année j’ai donc testé la mise au point d’un barème pour aller plus vite ; à ce barème était associé un tableau de notation automatique. Je vais les présenter pour deux raisons : d’une part il est toujours utile je pense de consulter des exemples de barèmes de collègues, d’autre part je vais fournir quelques explications techniques pour les personnes qui ne se sentent pas très à l’aise avec le numérique, dans l’espoir que ça puisse aider.

 

Le barème

Mettre au point le barème permet de stabiliser un peu la notation : j’ai moins peur de l’arbitraire, de laisser interférer les relations affectives que j’entretiens avec les étudiant·es, ou de privilégier certaines compétences sur d’autres. Je vais présenter ce que j’ai fait avec les secondes, puis ce que j’ai fait avec les licence 2 : malgré des exigences tout à fait différentes, la démarche d’élaboration du barème est sensiblement la même — mon expérience de lycée a clairement été importante pour l’année à l’université.

 

Avec les lycéen·nes : un barème pour un premier commentaire composé

J’avais mis au point un plan de travail pour les premiers commentaires composés qu’on a rédigés avec les secondes. Les élèves avaient eu du mal à saisir l’intérêt de la chose au départ, mais au bout d’un travail suivi d’un mois où l’on se référait systématiquement à ce tableau ça a fonctionné — ils et elles comprenaient beaucoup mieux quoi faire et surtout comment progresser — c’était même assez extraordinaire de les voir cheminer.

Aurore Turbiau - Plan de travail1

Aurore Turbiau - Plan de travail annoté2

Plan de travail pour le mois

Ce plan de travail leur avait été distribué et expliqué en début de séquence, il devait couvrir un mois de travail : chaque semaine était consacrée à l’une des étapes, nous le faisions en classe, je corrigeais puis, la semaine suivante, les élèves pouvaient améliorer leur travail et passer à l’étape suivante. Ça a d’ailleurs été l’occasion de leur faire comprendre l’intérêt des brouillons : grosse avancée.

Aurore Turbiau - Plan de travail annoté

Exemple de plan de travail complété et suivi tout le mois.

 

À l’issue de ce mois de travail, les élèves avaient rédigé leur premier commentaire composé. On a donc élaboré un barème final pour que je puisse noter les copies : j’ai demandé aux élèves de me dire ce que je devais noter ; on a choisi ensemble les points à attribuer à chacune des compétences. Et voilà ce que ça donnait à la fin :

Aurore Turbiau - Bilan copie avec barème

Exemple de barème complété pour un élève de seconde.

 

Au lycée c’est facile : il faut la base de la base, donc pas mal de points de barème étaient consacrés à de la technique pure — présence des guillemets, sauts de ligne, etc. Pour noter des copies de fac évidemment ça marche moins bien.

 

Avec les étudiant·es : barème pour un paragraphe de dissertation

Le cours que je donnais cette année à la fac était un cours d’histoire littéraire assez léger : il ne donnait pas lieu à des partiels, et j’étais assez libre de choisir le mode d’évaluation que je voulais. J’ai choisi de les faire travailler souvent mais peu : les étudiant·es devaient me rendre deux devoirs maison au cours du semestre, courts (une page environ), où il s’agissait de faire une petite analyse de texte en lien avec une problématique décidée à l’avance par le programme que j’avais établi — en gros, je leur demandais de me rédiger l’équivalent d’une sous-partie de dissertation. Le DST final reproduisait cet exercice : les DM devaient y préparer. J’ai très vite croulé sous les copies (environ 60 par semaine) et j’ai eu la surprise de découvrir que les étudiant·es ne se comportaient pas tout à fait comme les lycéen·nes : je recevais des copies doubles au lieu du petit paragraphe que j’avais demandé. Malgré tout j’ai persévéré parce que les étudiant·es profitaient de ce travail et avançaient réellement ; ils m’ont d’ailleurs confirmé en fin de semestre que ça les avait aidés.

Pour alléger un peu mon travail et fixer les exigences, j’ai rédigé le barème reproduit ci-dessous, établi selon le modèle hérité du collège — souvent décrié (?) — des compétences acquises / non acquises. Il paraît qu’il faut suivre quelques petites règles quand on rédige un barème :

  • Ne jamais se contenter de trois colonnes (non acquis / en voie d’acquisition / acquis), sinon on a tendance à toujours noter au milieu. Quatre colonnes c’est bien.
  • Rédiger précisément ce qu’on attend dans chaque case : ne pas se contenter de jugements mais donner les critères les plus précis possibles.

J’ai constaté personnellement que ça marchait effectivement mieux : l’année passée je ne connaissais pas ces règles et je tombais plus facilement dans l’arbitraire.

Aurore Turbiau - Barème précis fac1Aurore Turbiau - Barème précis fac2

J’ai corrigé presque 200 copies de DST avec ce barème ; les étudiant·es en disposaient à l’avance et pendant le DST, ce qui m’a permis de faire moins d’annotations à la main. Quand je le pouvais, je mettais des notes en marge des copies renvoyant à une case du tableau, pour que l’étudiant·e comprenne que c’était à cet endroit-là qu’il y avait un problème (ou quelque chose de remarquable !). Ce que j’en tire finalement :

  • Par rapport au temps de correction. J’ai mis BEAUCOUP moins de temps à corriger ainsi qu’en correction classique stylo à la main, environ six fois moins.
  • Par rapport aux étudiant·es. Il n’y a pas eu de situation de conflit, ou plutôt elles étaient systématiquement désamorcées par le recours au barème : les critères étaient clairs et les notes ne pouvaient pas être contestées. Pouvoir se référer ensemble au barème lorsqu’il y a eu des incompréhensions a été utile : certain·es (assez peu pour être honnête, je pense) ont eu des déclics. Les étudiant·es étaient content·es de voir qu’on attendait des compétences précises, et de savoir lesquelles. En revanche, lorsque je les ai questionné·es en fin d’année sur la manière dont ils avaient perçu cela, tous·tes m’ont dit qu’ils préféraient quand je prenais le temps d’ajouter aussi des commentaires à la main plus personnalisés.
  • Par rapport à la qualité de la correction. Je rejoins l’avis des étudiant·es : j’ai corrigé comme une machine — c’est assez bizarre de corriger sans donner ou presque de remarques personnalisées. Malgré tout l’essentiel était dit via le barème : si l’étudiant·e relisait avec attention sa copie avec le barème à côté (mais c’est sans doute là que le bât blesse…), il / elle savait en détails ce qui allait ou n’allait pas dans sa copie. Je n’ai pas eu l’impression de manquer des remarques, le barème tel qu’établi à l’avance était exhaustif.
  • Par rapport aux notes. Moins d’arbitraire c’est sûr : le barème me recadrait souvent. Néanmoins j’ai eu quelques moments de frustration : il est par exemple difficile de mettre une mauvaise note à un·e étudiant·e qui par exemple n’a pas du tout compris comment devait se présenter graphiquement un devoir, mais qui a rendu un travail par ailleurs excellent. Inversement, certaines copies franchement médiocres qui faisaient le strict minimum de l’attendu ont eu des notes acceptables (et en même temps, peut-être que le barème me permet alors d’être plus juste et de moins céder à mon dépit ?).

Dernière remarque : ce genre de barème est assez facilement adaptable pour les cas particuliers — étudiant·es dyslexiques ou dyspraxiques par exemple.

 

La grille de notation automatique

J’en viens à la technique :) Je pense que l’usage de ce genre de barème est d’autant plus pertinent qu’on l’associe avec une notation automatique. Voilà ce que finalement j’ai rendu aux étudiant·es avec leur copie :

Aurore Turbiau - Grile de notation automatique

Grille de notation par barème

 

Je rappelle que j’ai procédé ainsi parce que je manquais de temps : j’avais une semaine pour corriger 200 copies, j’ai donc automatisé mon barème. Je m’explique : j’avais avec moi la copie, le tableau détaillé de barème, et sur mon écran d’ordinateur ce fichier calc où je me contentais de mettre des croix — et c’est tout. Mon fichier calculait directement les points avec les croix que je plaçais, il ne me restait plus ensuite qu’à enregistrer le tableau pour le restituer à l’étudiant·e.

Comment faire ?

  1. D’abord, choisir une unité de points par lignes. Par exemple, la ligne « Maîtrise de l’œuvre » doit apporter au maximum 1 point ; si la copie est « trop faible », l’étudiant·e n’aura rien ; si elle est faible, il y aura 0,33 points ; si elle est correcte, 0,66 — en gros, la colonne « trop faible » vaut toujours zéro, la colonne « faible » vaut une unité de points, la colonne « correct » en vaut deux, et la colonne « bon » en vaut trois (le maximum). Donc pour choisir l’unité de points, il suffit de diviser par trois la note maximale que vous voulez attribuer — ici, 1 divisé par 3 = 0,332.
  2. Ensuite, par bloc de compétences, faire la somme des points. Ce sont les cellules où on lit « 2,67 », « 0,99 » et « 0,92 » ici. Voilà la formule qui y est entrée : « =(NBVAL(F8:F9)*0,33)+(NBVAL(G8:G9)*0,33*2)+(NBVAL(H8:H9)*0,33*3) ». Je déchiffre : on fait la somme de la (colonne « faible ») + (colonne « correct ») + (colonne « bon »).
    • Colonne « faible » : la fonction nbval sert à compter le nombre de croix que j’ai placées dans cette colonne3, et multiplie le chiffre obtenu par 0,33, mon unité de point.
    • Colonne « correct » : la fonction nbval compte le nombre de croix que j’ai placées dans cette colonne, et multiplie le chiffre obtenu par 0,33*2 (deux unités de points).
    • Colonne « bon » : la fonction nbval compte le nombre de croix que j’ai placées dans cette colonne, et multiplie le chiffre obtenu par 0,33*3 (trois unités de points).
  3. Puis faire la somme des points des blocs. C’est une simple formule, à la place ici du « 4,6 » : « =SOMME(B3;B7;B10) »

C’est tout : pas besoin de sortir de calculette pour additionner les points, pas non plus besoin de conformer la notation à des notes rondes puisque de toute façon c’est la machine qui fait les calculs.

Voilà ! J’espère que ça pourra être utile à d’autres :)

 

Citer cet article : Aurore Turbiau, "Corriger les copies : barèmes et automatisation des notes", dans Littératures engagées (ISSN : 2679-4950), publié le 07/07/2019, https://engagees.hypotheses.org/312, consulté le 29/11/2020.

 

  1. Je me suis « amusée » à calculer. Si les détails vous intéressent : entre interrogations, oraux, DST et travaux de groupe, j’ai mené 24 évaluations par classe de seconde l’année dernière, chacune de 31 élèves : ça fait déjà 744 évaluations. Cette année, deux DM par étudiant·e plus un DST pour un total de 187 étudiant·es, sans compter les absent·es chroniques ni les évaluations bonus : 561 copies. []
  2. Par trois, parce qu’il n’y a que trois colonnes qui peuvent apporter des points, la première valant zéro []
  3. Littéralement, « nbval » = nombre de valeurs inscrites dans la zone désignée. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search