Bisexualités : sommaire pour des bouts de discussion

Couverture du numéro 39 de Lesbia, mai 1986.

 

Cette page est destinée à constituer une sorte de sommaire de billets sur le thème de la “bisexualité”. Comme celle que j’essaie peu à peu (lentement) de constituer sur les débats entre hétérosexuelles et lesbiennes, tels que je les aperçois depuis la petite fenêtre de ma thèse (les textes féministes littéraires des années 1970-1980 de France et du Québec), cette page est à la fois fondée sur le dépouillement progressif de mon corpus d’étude, orientée par des questions méthodologiques et théoriques, et liée à des questionnements personnels. Elle devrait en principe répertorier parfois de longs articles, parfois des brèves.

***

(Je sais, à force de discussions, que cette manière de mélanger questions scientifiques et questions personnelles dérange parfois : je précise donc que je parle ici de mes négociations avec moi-même — idéologiques et scientifiques –, qui ont évidemment des conséquences sur ma recherche puisqu’elles en modèlent l’objet exact, mais ne la “faussent” pas : en contexte scientifique, j’argumente de manière scientifique — moins ici. Je trouve des compromis entre les mondes.)

J’ai régulièrement parlé des difficultés que je rencontre quant à ces questions, par rapport à mon corpus d’étude. Au début, j’ai cru que j’allais parler d’autrices féministes sans avoir à considérer spécifiquement ce qu’elles disaient des questions d’hétérosexualité / de lesbianisme / de bisexualité : c’était un sujet, mais mineur. Ensuite, j’ai vu que c’était plus important que ce que je pensais ; j’ai eu de plus en plus envie de m’y intéresser — mais j’ai eu peur d’aller trop loin. J’ai cru que je n’en avais pas vraiment le droit, en raison d’un double problème de légitimité :

  1. D’un point de vue professionnel, celui de la position que j’occupe à l’université (je n’ai pas été recrutée pour faire une thèse sur le lesbianisme, mais sur le féminisme ; les sujets lesbiens déplaisent à certain·es, on me l’a suffisamment fait comprendre par divers moyens ; j’ai eu peur de trahir, j’ai eu peur de fâcher).
  2. D’un point de vue personnel, social et épistémologique, celui de ma position de personne qui s’identifie comme bisexuelle (et donc, pas lesbienne : est-ce que j’empiète, est-ce que je prends la place de quelqu’un·e d’autre ? Est-ce que je ne risque pas de manquer une partie de mon objet de recherche, de rater la prise en compte de ma position spécifique par rapport à ce sujet ?).

Dans la mesure toutefois où une bonne proportion des principales autrices de mon corpus non seulement sont lesbiennes, mais se sont battues pour la reconnaissance d’une identité et d’une culture lesbienne, et en ont fait la matière principale de leur engagement littéraire féministe, il est tout de même finalement apparu que je ne pouvais guère, de toute façon, parler de féminisme sans parler de lesbianisme. Sur ce plan, j’ai fait des allers-retours, comme en témoigne l’article-bilan des deux ans : depuis, j’ai changé quelques frontières chronologiques… qui modifient beaucoup le paysage de mon corpus et rendent la question lesbienne absolument centrale1. Le sujet de ma thèse s’est donc réorienté vers la prise en compte explicite et spécifique des questions lesbiennes : ce n’est pas le sujet (qui reste le féminisme en général), mais c’en est une part fondamentale. Je les abordais donc avec prudence, par l’oblique, croyant que ma position devait m’imposer cette ambiguïté.

J’ai voulu voir, quand même, si je pouvais faire quelque chose de ma position particulière en parlant de bisexualité, pas seulement de lesbianisme. Parce que : pourquoi pas ? C’était peut-être un angle intéressant pour aborder ces œuvres ; j’entendais des personnes parler d’une culture bisexuelle à construire — j’étais sceptique, mais je me disais qu’il y avait au moins quelque chose à défricher, peut-être des œuvres enfouies.

Avant de m’apercevoir que, de bisexualité, il n’était quasiment jamais question dans mon corpus de thèse. Que c’était une catégorie des identités sexuelles récente, plus récente sous sa forme actuelle que celle de “lesbienne” ; qu’elle n’avait presque aucun sens pour les écrivaines des 1970-1980, qui n’en avaient (presque) rien fait ni d’un point de vue littéraire, ni d’un point de vue théorique, ni d’un point de vue politique. Théoriquement, politiquement, littérairement, en 1970-1980, c’est le lesbianisme qui compte. Et pour moi aussi, depuis ma position personnelle et au-delà des questions de recherche : si, concrètement, j’ai une histoire de “femme qui aime les femmes” bisexuelle, et si je peux occuper par conséquent des positions sociales hétérosexuelles, à partir du moment où l’on parle non plus de vie-matérielle-concrète-de-l’instant-T, mais de culture — d’identifications, d’histoire et de creuset personnel, de romans, d’idées, de goûts, d’aspirations, de convictions, etc. — c’est une culture lesbienne qui me concerne et qui m’importe2. Donc, pour nommer la part “femmes qui aiment les femmes” de mon objet d’étude, j’opte doublement pour ce qui reste négociable quant à ma position personnelle, et pour ce qui a le plus de sens du point de vue de l’histoire : en général, je parle de “littérature lesbienne” et de “lesbianisme”.

***

Sur la bisexualité, il y a tout de même des choses. Peu, en tout cas trop peu pour en faire un vrai objet d’étude à l’intérieur de ma thèse. Mais assez pour en faire quelques billets, et défricher un peu la question depuis les années 1970-1980 :

  • Dans l’article sur “Lesbianisme et féminisme dans Écrits, voix d’Italie » : quelques mots sur l’inclusion des bisexuelles dans les groupes militants homosexuels lesbiens.
  • Dans l’article sur Virgile, non, de Monique Wittig, l’évocation des âmes “bicéphales”, qui regardent à la fois vers l’enfer hétérosexuel et vers l’enfer lesbien.
  • [Très bientôt] Un article consacré à l’Eros minoritaire de Françoise d’Eaubonne (1970), où elle utilise un grand nombre de sens de la “bisexualité”.
  • [Bientôt] Un compte-rendu de l’histoire de la bisexualité de Steven Angelides.
  • [Un jour] Bisexualité en revues et magazines : ce qu’on en dit dans Les Têtes de pioche, dans Lesbia, etc.

 

Citer cet article : Aurore Turbiau, "Bisexualités : sommaire pour des bouts de discussion", dans Littératures engagées (ISSN : 2679-4950), publié le 31/08/2021, https://engagees.hypotheses.org/3087, consulté le 28/10/2021.

 

Notes :

  1. Passée, en gros, d’une délimitation 1970-1980 à une délimitation 1969-1985, plus pertinente à mon sens sur le sujet de l’engagement littéraire, du combat par la littérature, pour le contexte franco-québécois qui est celui de ma thèse. []
  2. Sur la question du flou de ces frontières, je renvoie au billet de Camille Islert sur la bisexualité : “Choisir son camp”. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search