“c’est Pandora, la mère de toutes les bacchantes, qui revit en nous. Que de maux nous avons lâchés sur le monde !”

Nous portons toutes en nous une bacchante, cette aïeule des sorcières ; et qui terrifie le pouvoir mâle. Quand les petites puritaines de Salem, frustrées et refoulées au paroxysme, s'acoquinent avec des esclaves noires pour aller boire du sang et danser dans les clairières, quand deux siècles plus tard les suffragettes anglaises découvrent la grande récréation du bris de vitrines et des marches accompagnées d'« extravagances", quand soixante - soixante-dix ans plus tard les si enviables ménagères de la grande banlieue américaine connaissent cette mystérieuse épidémie qui les jette hurlantes, la nuit, en chemises ou nues, pour courir vers une nature de plus en plus invisible (détruite par l'homme), quand dix à quinze ans plus tard le M.L.F. répand dans les rues des métropoles et dans les campagnes écartées des flots de femmes déguisées, bariolées, criantes, agressives, chantantes, et à chaque fois qu'on nous traite d'hystériques, de mégères, de revanchardes, de lesbiennes, de meurtrières avorteuses, d'asociales, d'anormales, que l'index nous désigne, que la police nous charge, que l'Intérieur nous fiche, ou que tout simplement nous crions et pleurons très fort et que "les voisins vont t'entendre", -- c'est Pandora, la mère de toutes les bacchantes, qui revit en nous.

***

Que de maux nous avons lâchés sur le monde ! Entendez bien, ils sont deux, les petits mots pas dits : des hommes.

— Françoise d'Eaubonne, Contre-violence ou La Résistance à l'État, Paris, Tierce, 1978, p. 24.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search