« L’universalité fut désormais leur tour favori »

On peut bien écrire : tout homme est Homme. Mais pas : toute femme est Homme. Ce n'est pas seulement drôle, c'est incompréhensible.
Je suis comme les autres, je parle la langue des hommes. La nuance entre homme et Homme est inaudible. Homme et homme c'est pareil ; je ne vous le fais pas dire...
Une femme n'est pas un homme, donc pas un Homme. Une femme est une femme ; rien de plus clair.
[...] Ils ont fait naître l'universel du particulier. Et l'universel a porté le visage du particulier.
L'universalité fut désormais leur tour favori. Le décret parut légitime et la loi parut bonne : une parole pour tous. Si la parole est unique, un seul peut la parler. L'homme.
Mais ce n'est pas sans peine qu'ils parvinrent à convertir en justice la tyrannie de l'universalité.
Ils ont conçu leur machine de guerre [...] : le logos. Et la fonction la plus durablement appréciée a été celle de logomachiniste.

— Annie Leclerc, Parole de femme [1974], éditions Actes Sud, Arles, 2001, p. 17-18.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search