« j/e t’en prie à voix très douce, vomis m/oi de toutes tes forces »

Le plus sûr de m/es doigts l'index s'insinue le long de ton rectum, à peine pressé par lui jusqu'au côlon il se fraie là un passage à travers les fèces, il atteint le coude de l'intestin, il grandit, il se recourbe par deux fois, il descend le long du côlon ascendant, il se recourbe encore, il touche l'ïléon de l'intestin grêle faisant presque un cercle complet ceinturant l'intestin grêle à la manière d'un lasso. Le majeur en même temps s'est introduit dans le col de ton utérus, il traverse la matrice, il perfore la paroi intestinale s'introduisant dans l'intestin grêle. Ainsi dérangée de part en part tu as cessé de protester, tu es complètement immobilisée clouée, tu t'évanouis à plusieurs reprises. J/e te parle alors, j/e te demande de m/e dire de poursuivre, tu le fais, ton estomac se révulse cependant, les vomissures qui atteignent ton ventre sont absorbées par m/oi au fur et à mesure tandis que j//essuie ta peau de m/a langue de m/es lèvres [...] j/e cherche à être absorbée par toi au cours de m/a reptation dans tes intérieurs à être recrachée rejetée complètement vomie, j/e t'en prie à voix très douce, vomis m/oi de toutes tes forces agnelle de lait muselée reine chat crache m/oi, vomis m/oi.

— Monique Wittig, Le Corps lesbien, éditions de Minuit, Paris, 1973, p. 98-99.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search