« Lèche les parois. Prolonge les désirs de la narration, du baiser sans relais »

Où le texte se ralentit dans la bouche et salive des mots et des lettres d'amour pour... baiser des fragments de fiction. Avec toute l'énergie des irritations et des convergences. Des membranes qui se rencontrent et s'épuiseront l'une avec l'autre jusqu'aux dernières contractions. La dilatation absolue. Perfusion extatique dans la bouche de Camomille. Un exil durant ce long voyage lingual sur toutes les surfaces et muqueuses plausibles qui se connextent dans sa bouche. Comme en un univers feutré rempli de symptômes liquides. [...] Lèche les parois. Prolonge les désirs de la narration, du baiser sans relais. Qu'il devient difficile d'articuler, d'inventer des compromis. Le baiser, le feu roulant. Le sérum vital ramené à soi par un lent mouvement ondulatoire et pénétrant, revivant les odeurs de la naissance de la langue qui s'épuise en une danse au palais actuel de Camomille que j'aime avec toute la force de l'intervention. Pour les cloisons abolies entre les bouches. Saveur.

— Nicole Brossard, French kiss, éditions du Jour, Montréal, 1974, p. 75.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search