“Les straights de la gang imposent leurs anomalies” : trois récits féministes pour ébranler la norme (Rochefort, Wittig, Yvon)

Monique Wittig, <em>The Lesbian Body</em>, New York, Avon Books, 1976.

Monique Wittig, The Lesbian Body, New York, Avon Books, 1976.

 

J’ai le plaisir d’annoncer la parution d’un article de comparée qui interroge les œuvres de Christiane Rochefort, Monique Wittig et Josée Yvon sous l’angle de “l’anomalie”, dans le numéro 26 de la revue TRANS- consacré à “L’Anomalie en question(s)”.

Vous trouverez l’article ici : ““Les straights de la gang imposent leurs anomalies” : trois récits féministes pour ébranler la norme (Rochefort, Wittig, Yvon)”.

Résumé : Cet article propose une analyse de l’anomalie littéraire telle qu’elle se manifeste dans trois textes féministes publiés au début de la décennie 1970 en France et au Québec (Archaos ou le jardin étincelant de Christiane Rochefort, 1972 ; Le Corps lesbien de Monique Wittig, 1973 ; Filles-commandos bandées de Josée Yvon, 1976). L’anomalie y est à la fois thème de l’écriture et manifestation formelle de l’interrogation qu’elle suscite : on en parle et on l’expérimente directement, on confronte les lecteurs et lectrices à des textes hybrides qui ne se laissent saisir dans aucune norme littéraire ou idéologique stable. Dans la parodie d’utopie anarchiste, joyeuse et enlevée, de Christiane Rochefort, l’instauration de l’anarchie a un pouvoir révélateur : les femmes découvrent ce qu’est le viol, qui se révèle comme une monstruosité que les femmes vont pouvoir commencer à contester et refuser. Dans Le Corps lesbien, recueil de fragments amoureux à mi-chemin entre le récit érotique et le récit horrifique, l’inscription littéraire du lesbianisme et de corps féminins, et en particulier du corps organique, est posée d’emblée comme une incongruité par rapport au canon traditionnel : il s’agit à la fois d’une anomalie – d’un hapax littéraire –, et d’une anormalité, non seulement inattendue mais rejetée en principe par les valeurs et le bon goût conventionnels des lettres. Dans le texte de Josée Yvon, long poème nerveux sur la violence des femmes, le choix d’une écriture agressive et d’une idéologie révolutionnaire terroriste interrogent aussi “l’autre” du normal, du standard moral – soit, comme Wittig le dira plus tard aussi, du « straight ». Chez les trois autrices, la mise en scène permanente de la subversion morale et littéraire empêchent le sens de s’installer, l’idéologie de couver, et l’écriture ouvre ainsi de nouveaux possibles révolutionnaires. L’anomalie joue plusieurs rôles : elle interroge philosophiquement les notions de norme et d’anomalie, elle a un pouvoir heuristique qui lui permet de révéler la puissance des normes sociales qui sont ordinairement plus dissimulées, et elle les ébranle en renouvelant profondément le sens politique de la création littéraire.

Plan de l’article :

  • Anormal et anomal : le point de vue d’un féminisme radical
  • Anomalie révélatrice : sortir du cadre pour en révéler la norme
  • La littérature comme « cheval de Troie » : l’anomalie fascinante et violente
  • Mutations littéraires : montrer ce que peut la littérature dans le monde
  • Conclusion

 

Revue Trans, littérature générale et comparée


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search