« lèvre sournoise que le vent retourne contre son gré »

lèvre sournoise
  que le vent retourne contre son gré
lèvre brûlée
  au retour de la vague sur le cœur
lèvre crépue
  à lueur d'une ombre fondue
lèvre luisante
  de regard et de glace

lèvre
cousue de mon œil
le jour ne peut surgir
sans te cribler d'oscillements
les ongles s'arrachent le ventre
pour une strie de ta couleur

lèvre
ouverte d'un doigt
et d'une algue flagelle

lèvre
sourire et grimace
en croupe de poisson

lèvre sculptée
rare de ta douceur
écaille en ta morsure
ouvre et referme
le royaume du jour
en ton silence de pâle mouvance

— Nicole Brossard, Mordre en sa chair, éditions Esterel, Montréal, 1966, p. 16.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search