« Le moins que les hommes puissent faire est de collaborer à leur propre guérison. »

Certains disent que les hommes sont naturellement ou biologiquement agressifs. Mais ceci nous laisse dans l’impasse. Si les valeurs de la société sont toutes orientées vers le pouvoir, il n’y a aucune chance que les hommes acceptent de subir un traitement pour devenir humains.
On a proposé aussi l’alternative d’éliminer les hommes parce qu’ils sont biologiquement incapables de rapports humains et sont donc une menace pour la société. Il est possible que j’aie de la sympathie pour la frustration et la rage qui ont conduit à cette suggestion.
Mais la proposition d’éliminer les hommes, si je comprends bien, laisse supposer qu’ils constituent une sorte de maladie sociale : les “hommes” étant ces individus nantis de certaines caractéristiques génitales communes. Ces caractéristiques génitales sont censées déterminer tous les mécanismes biochimiques de l’organisme et donc les structures psychiques qui en dépendent. Comme dans d’autres dérèglements mentaux (et je crois vraiment que les hommes se comportent en déréglés mentaux avec les femmes) il se peut qu’il existe une correspondance biochimique, mais le déterminant ultime est la conduite et non la génétique.
Ce sont les rôles sexuels – masculin et féminin – qui doivent être détruits, et non les individus qui par hasard possèdent un pénis ou un vagin, ou les deux, ou aucun. Mais nombre d’hommes auxquels j’ai parlé voient si peu de différence entre rôle et sexe qu’ils préféreraient mourir plutôt que de perdre leur rôle.
Certes, ce sont les maîtres qui résistent à l’abolition de l’esclavage. Surtout lorsqu’on ne leur offre aucune compensation de pouvoir en échange. Je pense que le besoin masculin du rôle d’Oppresseur est la source et la base de toute oppression humaine. Les hommes souffrent d’une maladie propre à l’Humanité, que j’appelle "cannibalisme métaphysique". Le moins que les hommes puissent faire est de collaborer à leur propre guérison.

— Atkinson Ti-Grace, L’Odyssée d’une Amazone [1974], Des Femmes, Paris, 1975, p. 71. Traduction de Amazon Odyssey, New York, Links Books, par Martha Carlisky et Michèle Causse.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search