“puissance des inscriptions qui demeurent … moi, femme, n’y comprends pas grand chose”

Apprendre à échanger dans la perte du corps, sang, lait ou larmes, apprendre à couler et se souvenir des traces le jour où elles sont effacées. Pour moi la parole a toujours coulé libre comme les graphes sur l'ardoise.
Droits d'auteur, de survie ou d'immortalité, puissance des inscriptions qui demeurent ; obsessions des traductions ou de la mort, moi, femme, n'y comprends pas grand chose.

— Madeleine Gagnon, "Mon corps dans l'écriture", dans Hélène Cixous, Madeleine Gagnon, Annie Leclerc, La Venue à l'écriture, Paris, Union générale d'édition, 1977, p. 69.



Citer ce billet
Aurore Turbiau (2021, 1 février). “puissance des inscriptions qui demeurent … moi, femme, n’y comprends pas grand chose” Littératures engagées. Consulté le 13 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/odzw

Aurore Turbiau

Docteure en littérature comparée, actuellement ATER en littérature française et études de genre (Université Lyon 2 Lumière, Passages). Spécialiste sur le sujet des littératures politiques des années 1970-1980, spécialement féministes et lesbiennes, entre la France et le Québec.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search