“un sous-bois où je me sens respirer, où je peux humer l’humidité, l’humus de la terre, mots secourables, mots sauveurs”

Écrire : rendre à la lumière du corps l'intellect, le culturel, le social qui, au lieu de venir l'éclairer, l'épanouir, l'a toujours dédaignée, l'a abandonnée à la violence ou à l'angoisse, en la refoulant, ou bien en a fait le cobaye de la science. Il y a des mots forestiers : ils ne s'écrivent pas. Ils se plantent dans le sol de la syntaxe, et quelques phrases plus loin, ces mots poussent des branches et produisent des rameaux de feuilles vertes, un sous-bois où je me sens respirer, où je peux humer l'humidité, l'humus de la terre, mots secourables, mots sauveurs, quand, au dehors, à l'extérieur de l'écriture, les tours, impitoyablement, élèvent et multiplient leurs géométriques phallus de béton [...] Il y a des mots d'amour qu'on injecte dans le texte pour qu'ils passent dans le torrent circulatoire d'un personnage féminin qu'on s'émerveille d'animer et d'inventer en écrivant les pages charnues, les pages-mères, les pages-filles de la fiction... [...] Il y a cette fonction de nourrir et de constituer le tissu des mots, des phrases et des paragraphes, à l'intérieur de l'écriture [...] cette douce phosphorescence du travail de l'inconscient

— Chantal Chawaf, Chair chaude, Paris, Mercure de France, 1976, p. 82-83.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search