“the lesbian subject redraws the gender boundaries in the narrative categories in which subjectivity is posited”

The narrativized lesbian is not simply a given [...] rather, it is a trope, developed in the twentieth century and especially in the last twenty-five years, that functions in a variety of literal and non-literal ways. This figure, which can function as a single character, as a couple, or as a community, is gendered female, but an excessive or grotesque female because by refusing to position itself in opposition to the male, it exceeds cultural and narrative boundaries. The lesbian subject’s gendered excess implies that it is perceived as an ambiguously gendered figure – one that occupies both active and passive positions at the same time or crosses these boundaries. But the narrative consistently attempts to force this figure into recognizable gender categories. If, for instance, a male remains in a traditional story, the narrative – or the reader – will attempt to force the female figure into the narrative space of subordination. Thus the film Aliens refuses to allow Ripley to fall in love because she would lose her agency under those circumstances. [...] The lesbian subject, however, is a text image that refuses to align itself with the gendered mechanics and instead challenges those mechanics for its own narrative space, a lesbian narrative space. Because narrative space is, in effect, the structural function of narrative elements, lesbian narrative space is the combination and interchangeability of the conventional active and passive functions that have been strictly divided into male and female and, most often, male and female characters. As a result, the lesbian subject realigns some of the accepted narrative categories, particularly those of protagonist and object, narrator, and closure. In other words, the lesbian subject redraws the gender boundaries in the narrative categories in which subjectivity is posited. The narrative system, then, is unavoidable, but also can be stretched to accomodate different power relations. This approach, I believe, will make easier the identification as lesbian texts that do not contain specific lesbian characters, themes, or lesbian authors and yet not exclude more traditionally defined lesbian narratives.

***

La lesbienne narrativisée n'est pas simplement une donnée [du récit] [...] il s'agit plutôt d'un trope, développé au cours du XXe siècle et surtout au cours des vingt-cinq dernières années, qui fonctionne de diverses manières, littérales et non littérales. Cette figure, qui peut fonctionner comme un personnage unique, comme un couple ou comme une communauté, est identifiée au genre féminin, mais à un genre féminin excessif ou grotesque, parce qu'en refusant de se positionner elle-même par opposition à l'homme, elle passe les bornes culturelles et narratives. L'excès genré du sujet lesbien implique qu'il est perçu comme une figure de genre ambigu - qui occupe en même temps à la fois des positions actives et passives, ou qui franchit ces bornes. Mais le récit tente constamment de forcer cette figure à entrer dans des catégories de genre reconnaissables. Si, par exemple, un homme se trouve dans une histoire traditionnelle, le récit -- ou le lecteur ou la lectrice -- tentera de placer de force la figure féminine dans l'espace narratif de la subordination. Ainsi, le film Aliens refuse de permettre à Ripley de tomber amoureuse, parce qu'elle perdrait sa capacité d'agir dans ces circonstances. [...] Le sujet lesbien, cependant, est un texte-image qui refuse de s'aligner sur les mécaniques genrées et qui les défie plutôt pour créer son propre espace narratif, un espace narratif lesbien. Parce que l'espace narratif est, en effet, la fonction structurelle des éléments narratifs, l'espace narratif lesbien est la combinaison et l'interchangeabilité des fonctions actives et passives conventionnelles, qui ont été strictement partagées entre masculines et féminines et, très souvent, entre personnages masculins et personnages féminins. En conséquence, le sujet lesbien réaligne certaines des catégories narratives préconçues, particulièrement celles de protagoniste et d'objet, de narrateur·ice et de dénouement. En d'autres termes, le sujet lesbien redessine les frontières du genre dans les catégories narratives dans lesquelles la subjectivité est située. Le système narratif est, donc, inévitable, mais peut également être étiré pour inclure différents rapports de force. Cette approche, je pense, facilitera l'identification des textes lesbiens qui ne contiennent pas de personnages, de thèmes ou d'auteur·ices spécifiquement lesbiens, et sans pour autant exclure les récits lesbiens définis de manière plus traditionnelle.

— Marilyn R. Farwell, Heterosexual Plots & Lesbian Narratives, New York and London, New York University Press, 1996, p. 61-62. Ma traduction.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search