Amour et sexualité dans la littérature des années 1970 – pour Matilda Éducation

Matilda Education - Aurore Turbiau - L'amour et la sexualité dans la littérature des années 70

Cliquez pour ouvrir la vidéo

À voir sur le site de Matilda Education (ou lien ci-dessus), une petite vidéo pédagogique de 15 minutes, adressée à des lycéen·nes, où on parle littérature, féminisme et lesbianisme. On évoque :

  • Kate Millett, Sexual Politics (1970)
  • Monique Wittig, Le Corps lesbien (1973)
  • Monique Wittig, Brouillon pour un dictionnaire des amantes (1976)
  • Adrienne Rich, La Contrainte à l’hétérosexualité (1980)
  • Le slogan féministe des années 1970 : “Le privé est politique”

À quoi peut servir cette vidéo ?

  • À l’origine, offrir des pistes de réflexion aux lycéen·nes qui préparent le concours vidéo “Buzzons contre le sexisme”. Il porte cette année sur le thème “Mythes et réalités autour des questions d’amour et de sexualité”.
  • Pour un usage pédagogique en classe, certains des textes rapidement cités, notamment dans Le Corps lesbien, ne sont sans doute pas directement utilisables — registre trop directement érotique. En revanche, la section consacrée au Brouillon, au travail de réappropriation des mythes par les femmes, à la réécriture du dictionnaire, me semble intéressante pour un jeune public.
  • La dernière partie de la vidéo parle plus directement des théories politiques autour du féminisme et du lesbianisme — éventuellement utile pour des séances d’EMC autour de l’égalité homme-femme ou de l’homosexualité : on évoque l’idée que l’hétérosexualité n’est pas (qu’)un fait de nature, l’idée que “le privé est politique”, et quelques mots sur le rôle que peut jouer la littérature pour changer les imaginaires.

Quelques erreurs ou imprécisions cependant 👇

En développant sur Kate Millett, je parle d’une certaine littérature qui représente la violence sexuelle envers les femmes comme le summum de l’érotisme. En fait je glisse un peu dans mon discours : au début je parle de la tendance générale de la littérature à reproduire des phénomènes de domination sexuelle, puis je passe un peu sans le dire sur l’analyse de livres plus précis en disant que les femmes sont traitées comme des bouts de viande (my bad). Kate Millett parle précisément d’auteurs comme Lawrence, Miller, Mailer, dont les livres ont représenté pour beaucoup de gens, au moment de la “libération sexuelle” (années 1960), une “grande” littérature libérée des tabous moraux — mais qui ne résument bien sûr pas l’ensemble de l’histoire de la littérature, seulement une partie particulièrement valorisée dans la seconde moitié du XXe siècle.

À propos de l’invention du mot “cyprine” par Wittig pour désigner le fluide sexuel : on attribue parfois au Corps lesbien la première utilisation du mot. Premier passage où Monique Wittig emploie le mot :

Les doigts pris dans le flux bougent un peu s’allongent se desserrent ramènent leurs bouts le long des lèvres remuent s’étendent palpent les muqueuses avec des mouvements ralentis. Le flot devient continu, la cyprine écumeuse blanchie dans ses tourbillons remonte jusqu’aux épaules, la tête émerge cheveux étalés joues pâles. Les doigts sur les membranes font à présent un battement continu. Une agitation trouble l’écoulement de la cyprine eau fluide transparente. Les larmes abondantes se jettent dans le flot coulantes salées, j/e m/e noie, l’eau m/e rentre par les yeux cyprine larmes, j//y vois les noirs les ors les feux les cristaux les écailles. Un grand trouble m/e prend, m/es oreilles sont soulevées tintées heurtées choquées. Les doigts se palment pour nager étendus de part et d’autre des grands corps, ils se touchent se trouvent se prennent, la fenêtre s’ouvre brutalement sous la poussée de nos membres flottant sur une grande masse de liquide lactique bleuté, l’eau monte iodée translucide1

Dans son article “Faire advenir le sujet lesbien en devenir”, publié dans Lire Monique Wittig aujourd’hui2, Céline Belledent parle d’un néologisme et d’une innovation de Monique Wittig — que l’on trouve répertoriée effectivement dans ceux des dictionnaires qui référencent le sens organique du mot “cyprine”. Mais en fait, après enquête, il semblerait que le mot ait déjà été utilisé sous ce sens dans la littérature pornographique, avant Monique Wittig. J’en ai au moins trouvé une occurrence dans un texte de 1907 — pas avant, mais je n’ai pas approfondi plus que ça (déroulez les tweets pour un modeste détail).

Notes :

  1. Monique Wittig, Le Corps lesbien. []
  2. Céline Belledent, “Faire advenir le sujet lesbien en devenir”, in Benoît Auclerc, Yannick Chevalier (dir.), Lire Monique Wittig aujourd’hui, Presses Universitaires de Lyon, Lyon, 2012, p. 175-197. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.