Au bout de deux ans (presque) : bilan des recherches

Image par David Schwarzenberg de Pixabay

Image par David Schwarzenberg de Pixabay

 

Ça va bientôt faire deux ans maintenant que je suis en thèse, sous contrat, donc théoriquement presque à plein temps. Deux ans, c’est le moment du premier comité de suivi 😬 Et moi, j’ai fait des milliards de choses tout ce temps-là – j’ai rencontré beaucoup de monde, lu énormément, participé à la création des Jaseuses et aussi de plus loin à celle de Philomel, écrit foule d’articles pour des revues, ou pour le carnet, ou pour le grand public, j’ai donné cours (et j’y ai passé bien trop de temps), j’ai dû gérer un certain nombre de problèmes privés envahissants, j’ai pris part à beaucoup de mobilisations politiques énergivores, j’ai appris à coudre des masques en quantités affolantes – mais je n’ai toujours pas écrit un seul mot pour ma thèse. À la question « Combien de pages avez-vous rédigées jusqu’à présent ? », j’ai répondu 0. Il paraît que j’aurais dû mentir…

Personne n’a eu l’air de trouver ça trop alarmant, mais je me suis dit que c’était le moment d’y aller, quand même 💪 L’an prochain, je redonne les mêmes cours, ils sont presque prêts ; j’aurai moins de copies ; j’aurai moins de soucis personnels à gérer, et j’espère qu’on sortira à peu près de la pandémie ; bref, si tout se passe bien, je suis prête pour passer en mode full rédaction. Ça y est, mon plan est prêt 😊

Je ne sais pas trop qui ça pourra intéresser, mais je vais rédiger ce billet à partir des notes que j’ai prises pour faire mon propre bilan ces derniers jours : je raconte où j’en suis concrètement de mon travail, les interrogations qui me restent, les choix que je maintiens ou que j’abandonne.

 

Le corpus

Pour le corpus littéraire, j’ai plusieurs problèmes : d’abord, l’énormité de mon corpus ; aussi, sa circonscription – est-ce que je reste sur « littérature féministe » de manière si générale, alors que ça implique justement d’avoir plusieurs centaines d’œuvres à analyser, ou est-ce que je resserre sur « lesbianisme » ? – ; et puis, son inscription dans mon champ d’étude, la littérature comparée.

 

L’ampleur du corpus d’étude

J’avais au départ détaillé mes critères de définition du corpus dans mon projet de thèse : en gros, je prends les œuvres qui s’inscrivent dans un champ littéraire féministe (elles se citent entre elles, sont publiées dans des maisons féministes, diffusées dans des librairies féministes), entre 1971 et 1980. Avec ces critères, je repère environ 300 œuvres qui font potentiellement partie de mon corpus d’étude, entre la France et le Québec, sans compter les essais féministes théoriques. Parfois, je sais d’avance quel livre parle de quoi ; mais la plupart du temps absolument pas, car dans leur majorité ces œuvres ont été peu lues, et sont en tout cas oubliées aujourd’hui : donc dans l’ensemble, je suis bien obligée de les lire pour voir si elles répondent à certaines de mes interrogations sur l’engagement littéraire des féministes, ou si ce n’est pas le cas. En réalité, après dépouillement, peu demeurent vraiment fondamentales, mais beaucoup sont ponctuellement intéressantes.

Là où j’en suis au bout de deux ans : j’ai lu / annoté / enregistré environ le tiers des œuvres de mon corpus, dont toutes les principales (à l’exception d’une ou deux dont je viens de me rendre compte qu’elles seraient vraiment intéressantes pour moi). J’ai commencé à travailler sérieusement sur toutes celles qui m’importent vraiment, à travers communications ou articles. J’arrive à environ quatre ou cinq autrices vraiment importantes pour mon travail par pays, à peu près autant pour le corpus d’étude secondaire, intéressant de manière plus ponctuelle. Lui, il est toujours en cours d’exploration, et je ne pourrai pas l’arrêter avant la fin de la thèse quoiqu’il soit une part non-prioritaire du travail : c’est au hasard des lectures que je trouve des éléments intéressants. Dans l’ensemble, le corpus reste donc assez énorme, malgré l’éviction progressive de certains volumes.

Est-ce que je dois le resserrer vraiment, éviter ainsi la dispersion ? Pourquoi pas, mais ça me frustrerait, et les autrices que je repère comme essentielles sont aussi celles sur lesquelles il y a déjà eu le plus de textes écrits (quoique, relativement à ce qui s’écrit sur des auteurs plus canoniques, ça reste peu). En plus, comme je l’expliquais dans cet article sur la base de données que j’utilise, un des mérites de ma méthode de travail est que je peux plutôt facilement réussir à mobiliser beaucoup de lectures différentes – jusque-là, si j’en crois les compte-rendus que je reçois, ce système a fait ses preuves. Et puis l’objectif de ma thèse est de montrer qu’on zappe tout un pan de l’histoire de l’engagement littéraire du XXe siècle si on oublie de considérer les littératures des femmes : j’ai intérêt à accentuer l’idée qu’il y a un engagement massif des femmes à ce moment-là1. Donc : j’ai plutôt envie de continuer à mobiliser tout ça en même temps.

Je craignais que ça ne soit impossible : qu’on juge le projet trop ambitieux, pour ne pas dire illusoire et ridicule. Quand bien même je pourrais – et oui en fait, après discussion avec ma directrice, on a décidé que je pouvais –, il y a un risque de catalogue : si je dois présenter autant d’œuvres dans ma thèse, alors qu’elles ne sont pas connues du tout et que je ne peux donc pas les citer sur le ton du « vous voyez bien de quoi je parle », ça peut soit alourdir considérablement la rédaction, soit rendre le propos trop elliptique et incompréhensible.

Pour le coup, les réponses que ma directrice m’a données sont simples et efficaces :

  • Je garde mon corpus énorme, en prenant simplement bien soin de distinguer le noyau des œuvres que j’étudie de manière vraiment approfondie, d’un cercle plus périphérique d’œuvres que je mobiliserai de temps en temps. Les premières devront être précisément contextualisées dans des chapitres dédiés, pour les autres quelques phrases rapides, ou des notes, suffiront : les œuvres du noyau suffiront à donner le contexte des œuvres périphériques.
  • J’ai intérêt à bien dire que le corpus secondaire reste ouvert, très large, en mouvement jusqu’à la fin de la thèse, et à confirmer que je n’ambitionne pas de faire l’étude approfondie de chacune des œuvres : ça confirme ce que je postule de toute façon – que le mouvement des littératures féministes est massif et se maintient tout au long de la décennie 1970 –, ça évite de porter trop loin les prétentions2, et du même coup ça me permet de remplir précisément les objectifs de recherche réalistes que je me donne.
  • Si besoin (certainement), je prévois un volume d’annexes à côté de la thèse : où présenter les autrices et les œuvres méconnues, où contextualiser mieux, où proposer des approches un peu différentes. Le texte de la thèse n’en sera pas alourdi, les lecteurs et lectrices ne seront pas frustré·es. Ça n’est pas une évidence : jusque-là, dans les thèses de littérature que j’ai pu consulter, je n’ai jamais trouvé énormément d’annexes3, je ne savais simplement pas si c’était envisageable ou pas.

 

Lesbianisme ou pas lesbianisme ?

Une autre des évolutions de ma thèse concerne le lesbianisme. L’an dernier j’avais décidé de tenter de voir si je pouvais restreindre mon corpus aux textes qui parlaient de lesbianisme ou de relations amoureuses ou sexuelles entre femmes (donc potentiellement de bisexualité aussi), je m’en étais expliquée ici : ça paraissait pertinent, parce que les questions lesbiennes sont souvent paradigmatiques des questions féministes, en tout cas au moins pour les questions qui structurent mon travail de thèse, et cela m’aurait permis de restreindre un peu le corpus.

Seulement, un an plus tard, j’ai eu le temps de beaucoup lire, et franchement je n’ai pas trouvé grand chose : quelques mentions de lesbianisme par-ci par-là, la plupart du temps assez voire très cryptées (par exemple dans L’Encontre de Michèle Causse), et jamais vraiment utilisées dans un contexte de réflexion sur les pouvoirs de la littérature ou sur le travail politique des écrivaines – sauf évidemment chez Monique Wittig ou Nicole Brossard par exemple, mais je ne voudrais pas me concentrer que sur elles deux. En outre, j’avais voulu donner un peu de place à la « bisexualité » – dans un souci d’ouverture de mes recherches aux interrogations actuelles des militantismes féministes et LGBT+, et pour éviter de parler de lesbianisme sans questionner ma démarche en tant que je ne suis pas moi-même lesbienne (là encore, je renvoie à mon autre article) ; je voulais voir ce qui s’en disait dans mes livres, si je pouvais en faire quelque chose. Résultat, jusqu’à présent : j’ai piétiné. Les autrices n’en parlent jamais, les trois quarts du temps s’il est question de bisexualité c’est pour parler de l’utopie d’un monde sans normes de genre, d’une manière générale s’il est question de relations entre femmes il est alors franchement question de lesbianisme, et c’est de toute façon cette notion-là qui cristallise toutes les interrogations politiques, toutes les actions et toutes les théories (j’ai d’ailleurs commencé ici une série d’articles sur les tensions entre hétérosexuelles et lesbiennes, telles qu’elles se lisent dans mon corpus d’œuvres). En fait, parler de « bisexualité » par rapport aux autrices féministes des années 1970 que j’étudie, c’est carrément un contresens.

Donc, finalement, j’abandonne : je reste sur un corpus féministe – qui intègre des œuvres lesbiennes –, je ne fais pas du lesbianisme, et encore moins de la bisexualité, un objet d’étude en soi. En revanche, il y a certains points qui restent hyper intéressants pour moi : justement, c’est quand même très étonnant que les lesbiennes, qui souvent occupent les positions les plus radicales et les plus « politiquement engagées » par rapport à l’ensemble du féminisme, ne se soient pas plus que ça « engagées en littérature » (sauf, et là aussi c’est frappant, celles qui sont demeurées depuis les plus connues : Monique Wittig et Nicole Brossard). Quand les œuvres sont cryptées, quand on comprend à mi-mots qu’il y a lesbianisme mais que le propos est comme gêné, est-ce que ça ne révèle pas aussi quelque chose des conditions dans lesquelles une œuvre peut être « engagée » ? Le placard apparaît alors comme une sorte de limite, aussi en littérature.

 

Comparatisme ou pas comparatisme ?

Dernier souci concernant la définition du corpus, qui était là aussi présent dès le début mais sur lequel je dois aujourd’hui faire une sorte de bilan : son inscription dans le champ d’étude de la littérature générale et comparée. En principe, la littérature comparée peut logiquement accueillir des études monolingues et pluriculturelles, comme c’est le cas dans ma thèse : même si les Québécoises comme les Françaises parlent et écrivent en français, même si elles appartiennent plus ou moins aux mêmes réseaux de diffusion littéraire, elles appartiennent à des territoires et à des sphères culturelles distinctes, et comparer leurs approches fait découvrir plein de choses. En pratique, au moment de passer les qualifs en section 10, on a quand même intérêt à avoir travaillé de manière plurilingue.

Au début de ma thèse, on se demandait un peu – sans y croire énormément – si je ne pourrais pas tirer les fils des échanges entre Françaises, Québécoises et États-Uniennes, pour ainsi introduire de la littérature et de la théorie anglo-saxonnes dans ma thèse. Ce qui est certain, c’est que les États-Uniennes influencent énormément les féministes des deux continents. Mais par contre, plus j’ai avancé dans les recherches, plus il était clair qu’elles n’étaient que très rarement lues dans le texte d’origine : les Françaises lisent des traductions qu’elles produisent, les Québécoises en général lisent les traductions importées de France – du coup dans l’ensemble, les comparaisons croisées ne sont pas hyper intéressantes. Il y a quelques exceptions, quelques Québécoises qui lisent couramment l’anglais et qui échangent avec les anglophones : mais c’est rare, et ça n’est vraiment pas mis en avant dans leur manière d’interagir avec le réseau féministe francophone. Un fait notable : c’est plus courant chez les lesbiennes que chez les hétéros.

Pas vraiment de solution à ce problème, si ce n’est qu’il va falloir qu’effectivement j’affirme positivement mener une recherche comparatiste « monolingue et pluriculturelle ». Il faudra creuser l’aspect linguistique, montrer que ce n’est pas tout à fait le même français qui est utilisé dans les œuvres françaises et dans les œuvres québécoises – dans le cas de celles qui utilisent le joual, ce sera plutôt facile. Mais pour le problème de la qualification CNU, effectivement, ça ne suffira sans doute pas : il faudra publier des articles plurilingues en dehors de la thèse.

 

L’engagement littéraire

Finalement, outre ces menues hésitations, je reste donc fixée au programme prévu il y a deux ans : je garde en gros le même corpus, et la même ligne directrice.

Des panoramas historiques très exhaustifs ont déjà été établis par Audrey Lasserre ou Isabelle Boisclair et d’autres : je n’ai pas besoin de lister les œuvres concernées par mon questionnement littéraire, ni besoin de les présenter en ordre diachronique. Avec les choix que j’ai faits, il y a un petit risque de thèse-catalogue, que je veux absolument éviter : j’aimerais pouvoir faire une thèse de théorie littéraire plus que d’histoire littéraire, et donc tout centrer sur la part « engagement littéraire », sur les rapports entre littérature et politique.

Dans le projet de thèse initial, je proposais principalement de partir de l’idée qu’on désigne souvent les années 1970 comme des années de « désengagement » de la littérature — par opposition aux décennies précédentes marquées par les théories sartriennes — pour montrer qu’au contraire les années 1970 prolongent les réflexions sur l’engagement au lieu de les condamner : si l’on acceptait de considérer la place des femmes dans l’histoire littéraire, alors on verrait qu’à l’évidence l’histoire de l’engagement littéraire se prolonge dans la seconde moitié du XXe siècle. Elle change de nature, ça c’est certain, mais pour autant on peut continuer de penser des rapports forts entre politique et littérature, à travers le féminisme, sans avoir besoin d’édulcorer à outrance la notion d’« engagement littéraire » jusqu’à la vider de sa substance vraiment politique – comme on le voit souvent. Pour le moment, j’en suis toujours là, mes lectures ont confirmé que l’angle était pertinent. Le seul vrai écueil que je vois par rapport à l’état initial du projet ou à certaines tendances de rédaction que j’ai dans les articles, c’est de vouloir parler d’« un » mouvement littéraire féministe : comme si, pour pouvoir justifier ce que je demande, c’est-à-dire que ces écrivaines-là entrent dans une certaine histoire canonique de la littérature (de l’engagement), il fallait respecter des règles d’unité – un mouvement, une école, un chef de file, etc. À la réflexion je pense que c’est un peu idiot, et qu’on peut revaloriser la place des femmes dans une histoire générale sans avoir à passer par ce processus réducteur et scolaire.

Je dégage pour le moment plusieurs grands axes d’étude théorique, qui correspondent en gros aux articles que j’ai commencé à publier et qui constituent les grandes parties du plan que je viens de mettre sur pied :

  1. « Des histoires de l’engagement littéraire » : réfléchir aux traditions théoriques de l’engagement littéraire : celles d’avant la seconde guerre mondiale, celles de Sartre, celles qui sont liées à l’histoire du marxisme, à la Révolution tranquille et au nationalisme au Québec ; voire comment elles sont traitées depuis (non-spoiler : décidément, on oublie vraiment presque toujours les femmes).
  2. « Théories-fictions féministes : littérature et politique » : ce sera le moment de présenter les principales œuvres féministes du corpus, de montrer comment « s’engager » dans l’histoire littéraire et s’y faire une place en tant que militantes féministes signifie repenser un certain nombre de normes littéraires ; ce sera aussi le moment de parler de deux polarités fortes de ces littératures, d’un côté l’utopie, de l’autre le terrorisme.
  3. « Littératures situées, des récits de l’expérience vécue à la révolution féministe » : là, l’idée serait plutôt de re-définir les termes de l’engagement littéraire par rapport à la manière dont s’écrivent les littératures féministes. Elles reprennent certaines choses et les redéploient : l’idée d’une littérature qui sert à dévoiler et dénoncer est réorientée, l’idée d’une littérature nécessairement « située » résonne d’une toute nouvelle manière avec l’émergence des nouvelles épistémologies féministes, le point de vue depuis lequel écrit l’écrivain·e n’a plus besoin de prétendre être autre chose que foncièrement particulier, voire minoritaire (lesbien, colonisé…).

***

Et voilà ! Finalement, assez peu de choses ont bougé depuis le début, j’ai surtout résolu progressivement des questions qui traversaient mes recherches, et confirmé des choix que j’avais faits sans trop savoir au départ. Maintenant, il reste à rédiger 🙊

 

Citer cet article : Aurore Turbiau, "Au bout de deux ans (presque) : bilan des recherches", dans Littératures engagées (ISSN : 2679-4950), publié le 14/07/2020, https://engagees.hypotheses.org/2353, consulté le 29/11/2020.

 

Notes :

  1. Je dis bien « accentuer », car d’autres l’ont déjà montré, notamment Audrey Lasserre et Isabelle Boisclair sur les travaux desquelles je m’appuie en permanence. []
  2. Ça m’a fait penser aux chapitres de Pierre Mounier, dans Les Humanités numériques, sur les ambitions illusoires et fallacieuses de certains théoriciens des humanités numériques qui prétendaient pouvoir, grâce au numérique, établir des études vraiment exhaustives de certains corpus. Je me suis sentie personnellement très concernée, moi qui chéris les bases de données aux milliards d’entrées. []
  3. Tout de même cinquante pages dans la thèse d’Audrey Lasserre, mais qui forcément rencontrait le même souci que moi. Je recommande d’ailleurs d’aller y consulter la retranscription des chansons du MLF qu’elle y a inscrites ! []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search