« je viens de leur révolte masquée pour apparaître aujourd’hui … plus puissante de nous toutes »

je m'appelle Liberty-Rose Barreau, je m'appelle Marie-Barbe Parent,

je m'appelle Anne Quatresols.

je m'appelle du nom de chacune des femmes de la Révolution française où mes mouvements de spontanéité de masse commandent d'abord à la Révolution de me considérer comme une force. Mais on fait vite de moi une pulsion instinctive qu'on convient de maîtriser et d'endiguer.

je m'appelle Claire Lacombe, je finis vendeuse de pains d'épice aux portes du Luxembourg, je m'appelle Olympe de Gouge, je publie en 1790 la DÉCLARATION DU DROIT DE LA FEMME. Quatre ans plus tard, la Révolution m'envoie à l'échafaud.

je m'appelle Simone de Beauvoir, j'ai fondé en 1974 la Ligue du droit des femmes, ligue qui tient en ce moment son premier tribunal mondial à Bruxelles pour nommer tous les crimes commis contre les femmes.

je m'appelle Virginia Woolf, je change la littérature en lui demandant d'exprimer, de n'exprimer que l'expérience personnelle, je revendique tous les droits pour toutes les femmes, je pense et je le dis que "chaque fois qu'il est question de sorcières à qui on fit prendre un bain forcé ou des femmes possédées par le démon ou de rebouteuses, nous sommes sur les traces d'un écrivain, d'un poète qui ne se révéla pas, qui se fit sauter la cervelle sur la lande ou qui, rendue folle courut, le visage convulsé par les chemins", j'imagine le sort d'une sœur de Shakespeare douée du même génie que lui. Que serait-elle devenue?

je m'appelle Christine de Pisan, je suis du Moyen-Âge. On dit de moi que je suis la première féministe au sens moderne du terme. Que je suis assez insolite pour aimer mon époux et le pleurer après sa mort, je dois gagner mon pain, celui de mes enfants et de ma mère, je réussis à le faire avec l'écriture, je suis la première à avoir osé chanter en vers la beauté d'un homme et à la détailler sans grimaces. Puis, j'écris un manifeste-plaidoyer en faveur des femmes. Plaidoyer contre l'abjection où nous relègue, nous femmes, la pensée mâle.

je m'appelle Mary Wollstonecraft, en 1792, animée par la révolte des femmes françaises, je publie à Londres Les Revendications des droits de la femme dans lesquelles je prône la révolte féminine, mes diatribes sont violentes parce que je sais que : "tous les hommes sont des séducteurs, tous les pères des tyrans et toutes les femmes de misérables victimes du système social" à quarante ans, j'épouse un penseur révolutionnaire et nous avons une fille, elle s'appellera Mary Shelley et écrira à son tour une œuvre féministe, une histoire de monstre, elle écrira Frankenstein.

je m'appelle la première sorcière brûlée en 1258;

je m'appelle Hadewyck, la Flamande, brûlée en 1310.

je m'appelle du nom de chacune des huit millions de sorcières brûlées vives jusqu'en 1782, je m'appelle du nom de chacune des héritières de ces sorcières et je viens de leur révolte masquée pour apparaître aujourd'hui au grand jour, non moins sorcière, mais plus puissante de nous toutes.

je m'appelle la Corriveau et je cherche mon histoire.

je m'appelle Flora Tristan, je suis "la femme paria de naissance, serve de condition et malheureuse par devoir", je suis née a Paris en 1803, avant Marx et Engels, j'écris cette phrase (entre autres) qu'ils répètent souvent sans me citer jamais : "on a observé que le degré de civilisation auquel les diverses sociétés sont parvenues a toujours été proportionnel au degré d'indépendance dont y a joui les femmes."

je m'appelle du nom de chacune des femmes du textile du 8 mars 1917 de Saint-Pétersbourg et dont l'insurrection de ce jour et celle du lendemain a rallié l'armée aux forces révolutionnaires et a mené directement à la grande révolution russe.

je m'appelle Lydia Falcon, je m'appelle Eva Forest, je suis d'espagne où le fascisme de Franco et de l'après Franco me garde en prison où je subis des sévices graves et où, en plus, en tant que femme, je dois me demander si demain je ne me retrouverai pas enceinte de mes bourreaux.

je m 'appelle du nom de chacune des femmes du Chili, je m'appelle du nom de chacune des martyres de Pinochet, je m'appelle du nom de chacune des victimes du fascisme a qui l'on met des souris dans le vagin et qu'on livre aux fureurs sexuelles de chiens pavloves pour me réduire.

je m'appelle du nom de chacune des femmes qui aiment qui accouchent qui luttent pour que le sadisme achève de faire de l'amour un instrument de torture

je m'appelle du nom de chacune des femmes qui optent pour Eros contre Thanatos.

je m'appelle du nom de chacune des femmes qui ré-inventent l'amour partout.

je m'appelle Jeanne-Mance et revendique la fondation de Ville-Marie, son établissement, la création de son agriculture, de toutes ses industries et de tous ses services, je m'appelle Jeanne-Mance et suis fondatrice quand Maisonneuve n'est qu'un prête-nom.

je m'appelle l'amie de Jeanne-Mance, je m'appelle Marguerite Bourgeois et suis venue en Neuve-France dans un esprit essentiellement révolutionnaire, pour y fonder une communauté de femmes qui dispensera l'instruction gratuitement à tous les enfants du peuple et non seulement aux garçons riches comme c'était la coutume, pour fonder une communauté vouée à l'instruction du peuple et qui subvient elle-même à tous ses besoins, une communauté de femmes autonomes.

je m'appelle Idola Saint-Jean et en 1930, alors même que les Québécoises n'ont pas le droit de vote, je suis la première femme à me présenter comme candidate aux Élections fédérales et j'obtiens dans Dorion-Saint-Denis 3 000 votes. En 1934, je force la loi à accorder aux femmes le droit d'avoir un compte en banque à leur nom.

je m'appelle du nom de chacune des femmes qui, en 1971, le ler mars, s'est emparé du banc des jurés au procès de Paul Rose pour protester contre le fait qu'il n'y ait jamais eu de femmes jurées au Québec, j'obtiens par la suite gain de cause mais, cette année-la, on m'enferme en prison.

je m'appelle du nom de chacune des femmes du textile qui, en 1937, fait les premières grèves dans l'industrie du vêtement. Grèves appelées alors "grèves de la guenille."

je m'appelle Irma Levasseur, après des études en médecine aux États-Unis, je rentre au Québec en 1903 et, pour y être admise au Collège des médecins et chirurgiens, la province doit voter un bill privé.

je m'appelle du nom de chacune des femmes de la Ligue des ménagères qui en 1914 a commencé à publier dans les quotidiens la liste des prix qu'il est raisonnable de payer pour les denrées, mes enquêtes et pressions forcent les marchands à se conformer à mes prix.

je m'appelle du nom de chacune des Québécoises en lutte aujourd'hui dans tous les milieux

je m'appelle Odette Gagnon du 8 mars 1976

— Denise Boucher, "Je m'en vais vous raconter mon histoire parce que ça me soulage...", dans Les Têtes de Pioche, vol. 1, n°2, avril 1976, p. 4.

Texte rédigé par Denise Boucher, lu par Odette Gagnon lors de la célébration du 8 mars 1976. Texte intégral.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search